La langue française n'a pas toujours été machiste

contributions

Par Cyna Bel

La langue française n'a pas toujours été machiste

Le magazine Lire publiait dans son numéro n°461 une chronique intitulée La confusion des genres, qui portait sur l’écriture inclusive. Sous couvert de présenter le débat relatif à la démasculinisation de la langue avec la plume objective d’un expert de la linguistique -Bruno Dewaele-, cette chronique a un parti pris machiste auquel je veux apporter une réponse sous forme de défense. La langue française fait primer le masculin sur le féminin. Le “ils” représente à lui seul l’intégralité des genres -masculin, neutre, féminin. Il se veut universel. Il est “tous” et il est “chacune”. La langue française est sexiste. En douter, c’est déjà prendre parti du côté de la langue des forts. Lorsque Bruno Dewaele, champion du monde d’orthographe 1994, écrit que la langue française est “censée” reproduire les préjugés machistes, et qu’elle accorde des…
Pourquoi la tribune de Catherine Deneuve and co a-t-elle fait tant de bruit?
Pourquoi la tribune de Catherine Deneuve and co a-t-elle fait tant de bruit? - Cheek Magazine

contributions

Par Charlotte Lazimi, des Martiennes

Pourquoi la tribune de Catherine Deneuve and co a-t-elle fait tant de bruit?

Depuis une semaine, on ne parle que de ça. En effet, la tribune Nous défendons une liberté d’importuner, indispensable à la liberté sexuelle a suscité depuis sa publication le mardi 9 janvier un certain émoi. En cause, des propos jugés outranciers par une…
“Chères Catherines”: notre réponse à la tribune du Monde

contributions

Par Fiona Schmidt

“Chères Catherines”: notre réponse à la tribune du Monde

Chères Catherines, Dans cette tribune que l’on soupçonne d’avoir été sponsorisée par un grand groupe pétrolier tant elle est inflammable, vous vous émouvez du tsunami de puritanisme qui a déferlé sur le monde sous l’impulsion de #metoo et #balancetonporc, vous vous inquiétez pour les hommes “qui n’ont eu pour seul tort que d’avoir touché un genou, tenté de voler un baiser, parlé de choses intimes lors d’un dîner professionnel ou d’avoir envoyé des messages à connotation sexuelle à une femme chez qui l’attirance n’est pas réciproque”, pauvres zozos mazoutés par un féminisme censeur et sans humour qui condamne “la liberté d’importuner, indispensable à la liberté sexuelle.” Vous vilipendez la radicalité et l’outrance de certaines femmes qui, après s’être laissées peloter (notamment) le genou en silence pendant des siècles, osent désormais brider la radicalité et l’outrance de…
En Belgique, la garde alternée égalitaire existe depuis plus de 10 ans et tout va bien!
En Belgique, la garde alternée égalitaire existe depuis plus de 10 ans et tout va bien! - Cheek Magazine

contributions

Par Marie Thibaut de Maisières

En Belgique, la garde alternée égalitaire existe depuis plus de 10 ans et tout va bien!

La semaine dernière, Le Haut Conseil à l’Egalité entre les femmes et les hommes (HCE) a demandé le retrait immédiat de la proposition de loi sur la résidence alternée systématique. Ai-je bien compris? Le HCE voudrait empêcher que les deux parents soient…
Pourquoi je veux lire des contes pour enfants où la princesse ne fait pas le ménage
Pourquoi je veux lire des contes pour enfants où la princesse ne fait pas le ménage - Cheek Magazine

contributions

Par Cyna Bel

Pourquoi je veux lire des contes pour enfants où la princesse ne fait pas le ménage

Le 30 octobre dernier, Le Monde concluait son éditorial, intitulé #metoo ou #balancetonporc, le flot ne s’arrêtera pas, sur cette phrase: “Ce qui se passe depuis quelques semaines est un profond bouleversement, qu’il faut d’abord chercher à comprendre, puis sur…
On ne naît pas porc, on le devient
On ne naît pas porc, on le devient - Cheek Magazine

contributions

Par Ariane Lavrilleux

On ne naît pas porc, on le devient

Ces derniers jours, beaucoup de personnes ont sursauté à la vue du hashtag #balancetonporc et se sont largement épanchés sur leurs doutes et leurs critiques. Peut-être parce qu’en France, nous adorons discuter de la forme, du registre de langage, des…
Mon année sabbatique: un voyage à la rencontre de moi-même
Mon année sabbatique: un voyage à la rencontre de moi-même - Cheek Magazine

contributions

Mon année sabbatique: un voyage à la rencontre de moi-même

Manon a la trentaine et rentre tout juste d’une année sabbatique, qui l’a fait voyager à travers les continents, mais surtout à la rencontre de ses envies profondes. 
Combat capillaire d’une femme métisse en 17 rounds
Combat capillaire d’une femme métisse en 17 rounds - Cheek Magazine

contributions

Combat capillaire d’une femme métisse en 17 rounds

Je m'appelle Émilie, je suis née en 1982. Mon père est noir (du Mali), ma mère est blanche (de Loire-Atlantique). Je suis née toute blanche avec pleins de cheveux raides, noirs et droits sur la tête. Dès le départ, je…
Réhabilitons la connasse!
Réhabilitons la connasse! - Cheek Magazine

contributions

Par Fiona Schmidt

Réhabilitons la connasse!

Les gens qui me connaissent peu ou Proust s’attendaient à un roman trapu et grave comme un rugbyman le soir d’une finale du XV de France. C’est un livre de cuisine que je leur ai tendu, intitulé: Les Recettes d’une connasse,…
La grossesse vous va si bien
La grossesse vous va si bien - Cheek Magazine

contributions

Par Cécile

La grossesse vous va si bien

Faire un enfant est, chacun en conviendra à peu près, un acte déterminant et réellement impactant pour un couple. Il semble que ce constat fasse l'unanimité ou presque. Mon expérience personnelle de la grossesse ne va pas contredire cette vérité.…
Le VIH, si proche et si lointain

contributions

Par Léa Gabrié

Le VIH, si proche et si lointain

“Je ne vais pas pouvoir venir avec toi en voyage”, m’a-t-il dit. Je vivais à l’époque au Vietnam et nous avions prévu de nous retrouver au Cambodge quelques semaines plus tard, un pays qu’il connaissait bien, et moi aussi. C’est par ces mots, si pudiques et qui le caractérisent tant, que mon meilleur ami m’a appris qu’il était atteint d’une maladie que je n’avais jusque-là rencontrée que dans les livres ou par de lointains récits. “Ne t’en fais pas, c’est une maladie très bien soignée aujourd’hui.” Blanc au bout du fil. Dû au choc de l’annonce et des mille questions qui surgissaient, mais aussi à ce réflexe si puissant et si beau qui consiste à, quand on est dans une situation des plus critiques, vouloir rassurer ceux que l’on aime. Comme pour alimenter la discussion qui…
Lettre à mon stérilet

contributions

Par Girlshood

Lettre à mon stérilet

Cher Mimi, Cinq années de cohabitation intra-utérine nous attendent, alors tu permets que je t’appelle Mimi, n’est ce pas? Un surnom presque affectueux pour éviter un nom qui fait peur. Mirena. On dirait le nom d’une gorgone grecque. Ou d’un monstre de l’Odyssée. Certaines vont de Charybde en Scylla, moi je vais de Leeloo en Mirena. Je préfère être honnête, malgré ta petite taille, tu m’impressionnes (une phrase que j’ai déjà dû sortir à mon ex en d’autres circonstances, pour le rassurer). Je ne peux pas m’empêcher d’angoisser pour nos futures années de vie commune, pour des raisons médicales gynécologiques que je n’expliquerai pas ici (j’ai un nombre de caractères limité mais tu peux en avoir une idée là), et aussi suite à cet article sur lequel je suis tombée, le hasard faisant bien les choses, deux jours avant d’aller…
-

NE MANQUEZ
JAMAIS UN ARTICLE

Restez informé(e) en temps réel de chaque nouvelle publication grâce aux réseaux sociaux ! Suivez Cheek Magazine sur Facebook :