contributions

Par Tatyana Razafindrakoto, des Aliennes

“Je suis une Alienne. Et vous?”


Muni.e.s de loupes anti-stéréotypes et armé.e.s d’idées laser éradiquant le sexisme ordinaire, Les Aliennes débarquent sur Terre! Leur principale mission? Développer des actions culturelles, ludiques et tout public pour faire progresser l’égalité entre les genres aux quatre coins de la planète! Leur mode opératoire? Organiser chaque année un grand festival pour propulser les femmes artistes sur le devant de la scène et promouvoir les droits et l’émancipation des femmes.

L’histoire a commencé en juin 2015, avec un constat simple mais préoccupant: essayez de dire que vous êtes féministe en France, en ce début de XXIème siècle, et on vous regardera comme un.e extraterrestre! Bien décidée à m’approprier ce rôle de créature venue d’ailleurs, j’ai décidé de créer le festival Les Aliennes et d’embarquer dans l’aventure le collectif d’artistes La Formule. La première édition du festival a eu lieu en mars 2016, à la Flèche d’Or dans le 20ème arrondissement. Et ce fut une chouette réussite! Près de 1200 personnes réunies, une cinquantaine d’artistes au programme et une équipe de super bénévoles… Toute cette humanité rassemblée pour célébrer les femmes artistes et faire progresser l’égalité! Pas de doute, les Aliennes sont bien arrivé.e.s et ne comptent pas repartir de sitôt!

 

Les Aliennes poursuivent leur mission optimiste pour l’égalité entre les genres et l’émancipation des femmes.

L’arme secrète des Aliennes, c’est de faire rimer féminisme et optimisme! Les membres de cette toute nouvelle association, créée à l’issue du premier festival, partagent les mêmes envies et les mêmes valeurs: engagement, enthousiasme et intelligence collective! Les Aliennes sont convaincu.e.s que le sexisme peut être renversé en chatouillant les vieux réflexes structurels de la société, avec art et détermination. Ce qu’elles ont en commun, c’est une même vision pour demain: celle d’un monde qui repose sur l’égalité et qui offre à chacun.e les mêmes possibilités.

 

Festival Les Aliennes #2

Un festival c’est bien, deux festivals c’est mieux… Alors Les Aliennes reviennent en mars prochain! Elles poursuivent leur mission optimiste pour l’égalité entre les genres et l’émancipation des femmes. Elles redescendent sur Terre avec de nouveaux objectifs mais sans changer leur mode opératoire: la deuxième édition du festival sera une grande fête proposant concerts, spectacles mais aussi une exposition, un village associatif, des stands de créatrices, des ateliers ludiques et des conférences pas barbantes pour faire progresser l’égalité. 

Ils font vendre des brosses à dents mais filent des constellations de complexes à leur propriétaire…

Cette année le nom de code de la mission, c’est BODY PRIDE. Parce que les sondes Aliennes sont formelles: il y a des corps de femmes partout! Dans les médias, les publicités, les fantasmes, les colères, dans la rue, sur les murs, au foyer, au travail… Partout! Tout nus ou très habillés, avec ou sans tête, réel ou inventé, ils prolifèrent. Ils envahissent l’espace sans être jamais vraiment à leur place. Ils font vendre des brosses à dents mais filent des constellations de complexes à leur propriétaire… On les admire autant qu’on les critique et, selon les analyses télépathiques réalisées par les expertes Aliennes, les occupantes de ces vaisseaux corporels ne parviennent pas toujours à se les approprier… Pour un peu, on croirait que ce ne sont que des objets! Bref. Il était temps d’intervenir!

 

Plan de vol de la mission 

Les Aliennes vous donnent rendez-vous les 11 et 12 mars prochains à la Serre du Grand Parc de Saint-Ouen. Au programme: beaucoup de concerts, des spectacles, une expo, à boire et à manger, des stands associatifs et, grâce à la collaboration du collectif Les Chahuteuses, un parcours body positive absolument cosmique! 

 

Serre du Grand Parc de Saint-Ouen
32 rue Albert Dhalenne
93400 Saint-Ouen
Métro : Mairie de Saint-Ouen
Entrée libre et gratuite de 12h à 18h30
Tarif plein: 10€ / Tarif réduit: 8€* pour les concerts et les spectacles du soir (sur présentation des justificatifs pour les demandeurs.uses d’emploi, étudiant.e.s et habitant.e.s de Saint-Ouen)

Retrouvez toute la programmation et les liens vers la billetterie ici.


1. Il est temps que les politiciens argentins laissent aux femmes le droit d’avorter dans un cadre légal

En juin 2018, sous la pression de la société civile, la Chambre des Députés approuvait enfin une proposition de loi en faveur d’un avortement légal et gratuit. L’Argentine faisait alors son premier pas hésitant en dehors d’un carcan religieux qui avait jusque-là fortement marqué la…
Tatyana Razafindrakoto de l'association Les Aliennes - Cheek Magazine
Tatyana Razafindrakoto de l'association Les Aliennes

2. Je souffre du trouble dysphorique menstruel et j'aurais aimé y être préparée

On m’a dit d’écrire, alors je me lance. Écrire, pourquoi? Parce que, je suis malade. Ma maladie s’appelle le trouble dysphorique prémenstruel. C'est quoi exactement? D’après mes recherches, voilà comment on pourrait le définir: si le syndrome prémenstruel -qui se caractérise par des symptômes physiques et psychiques liés…
Tatyana Razafindrakoto de l'association Les Aliennes - Cheek Magazine
Tatyana Razafindrakoto de l'association Les Aliennes

3. Pourquoi la (non) maternité reste un facteur d’inégalité majeur entre les femmes et les hommes

Aujourd’hui sort en librairie le récit de mon parcours pour faire congeler mes ovocytes en Espagne, faute d’avoir pu le faire en France, où cette pratique est toujours illégale. Dans Et toi tu t’y mets quand?, je relate en effet les questions qui, comme beaucoup…
Tatyana Razafindrakoto de l'association Les Aliennes - Cheek Magazine
Tatyana Razafindrakoto de l'association Les Aliennes

4. Ces hommes qui détestaient les femmes

Le 6 décembre 1989, Marc Lépine est entré dans une salle de classe de l’École Polytechnique de Montréal. Il a abattu 14 femmes, des futures ingénieures. Il a laissé une lettre où l’on pouvait lire ses motifs antiféministes. Les femmes l’auraient fait rager au point…

5. Mon féminisme à moi, c’est la culotte Petit Bateau

Il y a quelques jours, c’était la Journée internationale des droits des femmes. On a pu constater la richesse des sujets, débats et opinions que cet évènement annuel soulève. L’une des thèmatiques qui enflamme les médias français le 8 mars autant que le reste de…
Tatyana Razafindrakoto de l'association Les Aliennes - Cheek Magazine
Tatyana Razafindrakoto de l'association Les Aliennes

6. Mais lâchez-nous l’empowerment!

Ça couvait depuis quelques jours et ça s’est déclaré brutalement tout à l’heure, en pleine après-midi, en pleine rue. Je bourgeonnais comme je pouvais sur le pavé parisien, je frottais mon esprit tout gris contre les pâles rayons du soleil pour me réchauffer l’intérieur quand…
Tatyana Razafindrakoto de l'association Les Aliennes - Cheek Magazine
Tatyana Razafindrakoto de l'association Les Aliennes

7. Stop à la désinformation autour des méthodes naturelles de contraception!

Dans un récent communiqué de presse et une vidéo dans Le Point, Madame de Reilhac, présidente de la Fédération Nationale des Collèges de Gynécologie Médicale “alerte” sur les “méthodes naturelles” de contraception qui seraient un “retour en arrière” car elles présenteraient un taux d’échec élevé.…