contributions

Par Les Glorieuses

Cultivons l'entraide et l'amitié entre femmes!


Les amitiés entre femmes font l’objet de tous les fantasmes. Entre la bataille de polochons, le crêpage de chignons, les commérages et les indispensables pestes, les préjugés sur l’absence d’entraide entre les femmes ne sont pas en reste.

D’où viennent-ils? Sheryl Sandberg, la numéro 2 de Facebook, et Adam Grant, ont souligné dans le New York Times que le mythe de la “femme méchante” reposait sur une série de clichés complètement faux. Il y aurait quelque chose d’inhérent dans le genre féminin qui pousserait les femmes à être constamment en compétition. L’autre mythe est celui de la femme puissante qui, au lieu d’aider les autres femmes, utiliserait son pouvoir pour les déstabiliser:

– “Elles sont trop portées sur les émotions” (c’est vrai que les émotions sont problématiques).

– “Elles sont sournoises” (il a pourtant été démontré que les hommes s’adonnaient plus facilement aux agressions indirectes, telles que le commérage ou l’exclusion sociale).

– “Elles font toujours des problèmes” (pour vérifier cette dernière affirmation, nous vous conseillons d’ouvrir un livre d’histoire).

Si la fraternité est un concept inhérent à celui de citoyenneté ou encore de démocratie, celui de la sororité a été quelque peu (et c’est un euphémisme) laissé à la marge. Sororité? Encore un nouveau mot? Effectivement, quand Ségolène Royal avait prononcé le mot dans l’un de ses discours en 2007, elle avait été attaquée par des journalistes pour sa manie de ne pas s’en tenir à la langue française. Mais il n’en était rien! Le mot “sororité” existe bien (même si Google s’évertue à le souligner comme une faute d’orthographe) et vient du latin soror, qui signifie “sœur”. La sororité (ou “sisterhood” en anglais) est une communauté de femmes liées ensemble par un intérêt commun. Nous ajouterons que la sororité est la capacité de toutes les femmes à s’entraider et à reconnaître que chacune vit différemment sa condition selon son milieu social, sa religion, ses origines…

Femmes de toutes origines, de toutes sexualités, de toutes convictions, nous sommes des sœurs. Nous sommes là pour nous entraider. Peu importe si nous n’avons pas le même visage, la même religion, le même mode de vie. Si nous nous tournons le dos, si nous ne nous ne soutenons pas chaque jour, personne ne sera là pour le faire.  


1. Je souffre du trouble dysphorique menstruel et j'aurais aimé y être préparée

On m’a dit d’écrire, alors je me lance. Écrire, pourquoi? Parce que, je suis malade. Ma maladie s’appelle le trouble dysphorique prémenstruel. C'est quoi exactement? D’après mes recherches, voilà comment on pourrait le définir: si le syndrome prémenstruel -qui se caractérise par des symptômes physiques et psychiques liés…
Je souffre du trouble dysphorique menstruel et j'aurais aimé y être préparée - Cheek Magazine

3. Ces hommes qui détestaient les femmes

Le 6 décembre 1989, Marc Lépine est entré dans une salle de classe de l’École Polytechnique de Montréal. Il a abattu 14 femmes, des futures ingénieures. Il a laissé une lettre où l’on pouvait lire ses motifs antiféministes. Les femmes l’auraient fait rager au point…

4. Mon féminisme à moi, c’est la culotte Petit Bateau

Il y a quelques jours, c’était la Journée internationale des droits des femmes. On a pu constater la richesse des sujets, débats et opinions que cet évènement annuel soulève. L’une des thèmatiques qui enflamme les médias français le 8 mars autant que le reste de…
Mon féminisme à moi, c’est la culotte Petit Bateau - Cheek Magazine

5. Mais lâchez-nous l’empowerment!

Ça couvait depuis quelques jours et ça s’est déclaré brutalement tout à l’heure, en pleine après-midi, en pleine rue. Je bourgeonnais comme je pouvais sur le pavé parisien, je frottais mon esprit tout gris contre les pâles rayons du soleil pour me réchauffer l’intérieur quand…
Mais lâchez-nous l’empowerment! - Cheek Magazine

6. Stop à la désinformation autour des méthodes naturelles de contraception!

Dans un récent communiqué de presse et une vidéo dans Le Point, Madame de Reilhac, présidente de la Fédération Nationale des Collèges de Gynécologie Médicale “alerte” sur les “méthodes naturelles” de contraception qui seraient un “retour en arrière” car elles présenteraient un taux d’échec élevé.…

7. Les gens, merci de ne pas me souhaiter une “bonne fête de la femme” le 8 mars

Et pourtant, tout avait si bien commencé… Enfin non: c’est justement parce que les choses n’avaient pas si bien commencé que ça pour les femmes qu’un jour de mars 1911, un syndicat d’ouvrières américaines organisa la première manifestation visant à obtenir le droit de vote,…
Les gens, merci de ne pas me souhaiter une “bonne fête de la femme” le 8 mars - Cheek Magazine