contributions

Par la rédaction de Cheek

C’est notre jeunesse qu’ils ont voulu tuer

_kratozovsky / Instagram
_kratozovsky / Instagram

_kratozovsky / Instagram


Putain, le Carillon, j’y étais avant-hier!”. “Et moi, on m’avait proposé d’aller à ce concert du Bataclan!” Lequel d’entre nous n’a pas entendu l’une de ces phrases depuis hier soir? Quand il n’a pas appris le décès d’une personne de son entourage… Car les identifications des victimes commencent à tomber et malheureusement, certains noms sont familiers. Pas étonnant puisque la rue Bichat, la rue de Charonne, le boulevard Richard Lenoir appartiennent à l’un des quartiers préférés de la jeunesse parisienne.

Certes, il s’agit d’une certaine frange de la jeunesse, plutôt arty, plutôt de gauche, assez privilégiée, sacrément hipster. Mais une jeunesse ouverte, multiculturelle, et surtout libre. Libre de sortir et de s’amuser, de boire et de coucher avec n’importe qui, libre de se cultiver. Une jeunesse où femmes et hommes sont assis aux terrasses des cafés, où des groupes de filles prennent le métro la nuit, où tous déambulent le week-end jusqu’au petit matin.

Que se passe-t-il dans notre pays pour que le destin collectif d’une génération soit ainsi mortellement brisé?

Cette jeunesse, c’est la nôtre, et tous ceux qui restent, hébétés aujourd’hui, se disent qu’ils auraient pu être au mauvais endroit au mauvais moment en ce vendredi 13 novembre 2015, après avoir passé une soirée cauchemardesque à traquer tous leurs potes via Facebook, WhatsApp ou Twitter. Certains n’ont jamais répondu à l’appel. Frapper des endroits tels que le Bataclan, le Petit Cambodge ou la Belle Équipe, c’est toucher au cœur une partie de la population qui incarne merveilleusement bien le jeune Paris de 2015, aussi agaçant qu’intéressant.

Le pire, c’est que cette jeunesse qui a été volontairement ciblée hier soir -il faut sacrément bien la connaître pour prévoir des attaques dans ce style de lieux- l’a probablement été par des personnes du même âge. Que se passe-t-il dans notre pays pour qu’une jeunesse s’en prenne à une autre, pour que le destin collectif d’une génération soit ainsi mortellement brisé? Il est encore bien trop tôt pour avoir des réponses. Mais quand le noir décompte des victimes sera terminé, gageons que la moyenne d’âge n’excèdera pas 40 ans.


1. J'ai couché avec un seul homme dans ma vie, et tout va bien

J’ai 30 ans. Je n’ai jamais été larguée et je n’ai jamais largué personne. Non vous n’êtes pas en train de lire le journal de Bridget Jones et d’ailleurs je ne suis pas là pour me plaindre. Mais les faits sont là: la rupture, je…
_kratozovsky / Instagram - Cheek Magazine
_kratozovsky / Instagram

2. J'ai fait un AVC à 33 ans

Ce matin de novembre 2018, j’ignorais en me réveillant que toute ma vie changerait en quelques heures. Je m'appelle Margot, à l'époque j'ai 33 ans, je suis prof en collège, jeune maman et je vais basculer dans le monde du handicap. Tout s'enchaîne, les secours, l'arrivée aux…
_kratozovsky / Instagram - Cheek Magazine
_kratozovsky / Instagram

3. L’égalité des genres commence par l’éducation de nos filles et de nos garçons 

Qui fait à manger ce midi? Qui lance une machine? Qui range, passe l’aspirateur ou fait la liste des courses? Et par-dessus tout, à l’heure du télétravail généralisé, qui s’occupe des enfants? Le confinement a été notre grand tête-à-tête avec les inégalités de genre. En…
_kratozovsky / Instagram - Cheek Magazine
_kratozovsky / Instagram

4. La culture du viol n'est pas un mythe, la vie des femmes est semée d'agressions sexuelles

Vers 8 ans, un baby-sitter de 20 ans, pour nous punir ma sœur et moi d’une soi-disant bêtise, nous a donné le choix: “C’est le baiser ou la fessée!” Évidemment, on a choisi le baiser. Sur la bouche. À 9 ans, un garçon de 13…
_kratozovsky / Instagram - Cheek Magazine
_kratozovsky / Instagram

5. Journal du confinement: Ce déconfinement qui ne vend pas du rêve

Quand nous nous sommes embarqué·e·s dans la grande aventure du confinement, il y a presque deux mois, nous ne savions pas très bien ce que nous faisions. Nous avons donc commencé par nous barricader chez nous quand nous le pouvions, en stockant des pâtes et…
_kratozovsky / Instagram - Cheek Magazine
_kratozovsky / Instagram

6. Comment les films déprimants ont sauvé mon confinement

Je n’ai jamais compris pourquoi la majorité des gens regardaient Love Actually pour se consoler d’une rupture amoureuse. Assister aux prémices d’une histoire d’amour quand on lorgne sa boîte de Lexomil du coin de l’œil relève plus du masochisme que du réconfort. Regarder pour la énième…
_kratozovsky / Instagram - Cheek Magazine
_kratozovsky / Instagram

7. Confinement: suis-je la seule à aimer ça (et à en avoir honte…)?

Attention, il ne s’agit pas de sexe: aimer ça, je suis loin d’être la seule, et avoir honte, ce n’est plus le cas de personne, j’espère. Non, il s’agit du confinement. Pour de multiples raisons, j’adore ce que je suis en train de vivre, et…
_kratozovsky / Instagram - Cheek Magazine
_kratozovsky / Instagram