contributions

Par la rédaction de Cheek

C’est notre jeunesse qu’ils ont voulu tuer

_kratozovsky / Instagram
_kratozovsky / Instagram

_kratozovsky / Instagram


Putain, le Carillon, j’y étais avant-hier!”. “Et moi, on m’avait proposé d’aller à ce concert du Bataclan!” Lequel d’entre nous n’a pas entendu l’une de ces phrases depuis hier soir? Quand il n’a pas appris le décès d’une personne de son entourage… Car les identifications des victimes commencent à tomber et malheureusement, certains noms sont familiers. Pas étonnant puisque la rue Bichat, la rue de Charonne, le boulevard Richard Lenoir appartiennent à l’un des quartiers préférés de la jeunesse parisienne.

Certes, il s’agit d’une certaine frange de la jeunesse, plutôt arty, plutôt de gauche, assez privilégiée, sacrément hipster. Mais une jeunesse ouverte, multiculturelle, et surtout libre. Libre de sortir et de s’amuser, de boire et de coucher avec n’importe qui, libre de se cultiver. Une jeunesse où femmes et hommes sont assis aux terrasses des cafés, où des groupes de filles prennent le métro la nuit, où tous déambulent le week-end jusqu’au petit matin.

Que se passe-t-il dans notre pays pour que le destin collectif d’une génération soit ainsi mortellement brisé?

Cette jeunesse, c’est la nôtre, et tous ceux qui restent, hébétés aujourd’hui, se disent qu’ils auraient pu être au mauvais endroit au mauvais moment en ce vendredi 13 novembre 2015, après avoir passé une soirée cauchemardesque à traquer tous leurs potes via Facebook, WhatsApp ou Twitter. Certains n’ont jamais répondu à l’appel. Frapper des endroits tels que le Bataclan, le Petit Cambodge ou la Belle Équipe, c’est toucher au cœur une partie de la population qui incarne merveilleusement bien le jeune Paris de 2015, aussi agaçant qu’intéressant.

Le pire, c’est que cette jeunesse qui a été volontairement ciblée hier soir -il faut sacrément bien la connaître pour prévoir des attaques dans ce style de lieux- l’a probablement été par des personnes du même âge. Que se passe-t-il dans notre pays pour qu’une jeunesse s’en prenne à une autre, pour que le destin collectif d’une génération soit ainsi mortellement brisé? Il est encore bien trop tôt pour avoir des réponses. Mais quand le noir décompte des victimes sera terminé, gageons que la moyenne d’âge n’excèdera pas 40 ans.


1. Je souffre du trouble dysphorique menstruel et j'aurais aimé y être préparée

On m’a dit d’écrire, alors je me lance. Écrire, pourquoi? Parce que, je suis malade. Ma maladie s’appelle le trouble dysphorique prémenstruel. C'est quoi exactement? D’après mes recherches, voilà comment on pourrait le définir: si le syndrome prémenstruel -qui se caractérise par des symptômes physiques et psychiques liés…
_kratozovsky / Instagram - Cheek Magazine
_kratozovsky / Instagram

2. Pourquoi la (non) maternité reste un facteur d’inégalité majeur entre les femmes et les hommes

Aujourd’hui sort en librairie le récit de mon parcours pour faire congeler mes ovocytes en Espagne, faute d’avoir pu le faire en France, où cette pratique est toujours illégale. Dans Et toi tu t’y mets quand?, je relate en effet les questions qui, comme beaucoup…
_kratozovsky / Instagram - Cheek Magazine
_kratozovsky / Instagram

3. Ces hommes qui détestaient les femmes

Le 6 décembre 1989, Marc Lépine est entré dans une salle de classe de l’École Polytechnique de Montréal. Il a abattu 14 femmes, des futures ingénieures. Il a laissé une lettre où l’on pouvait lire ses motifs antiféministes. Les femmes l’auraient fait rager au point…

4. Mon féminisme à moi, c’est la culotte Petit Bateau

Il y a quelques jours, c’était la Journée internationale des droits des femmes. On a pu constater la richesse des sujets, débats et opinions que cet évènement annuel soulève. L’une des thèmatiques qui enflamme les médias français le 8 mars autant que le reste de…
_kratozovsky / Instagram - Cheek Magazine
_kratozovsky / Instagram

5. Mais lâchez-nous l’empowerment!

Ça couvait depuis quelques jours et ça s’est déclaré brutalement tout à l’heure, en pleine après-midi, en pleine rue. Je bourgeonnais comme je pouvais sur le pavé parisien, je frottais mon esprit tout gris contre les pâles rayons du soleil pour me réchauffer l’intérieur quand…
_kratozovsky / Instagram - Cheek Magazine
_kratozovsky / Instagram

6. Stop à la désinformation autour des méthodes naturelles de contraception!

Dans un récent communiqué de presse et une vidéo dans Le Point, Madame de Reilhac, présidente de la Fédération Nationale des Collèges de Gynécologie Médicale “alerte” sur les “méthodes naturelles” de contraception qui seraient un “retour en arrière” car elles présenteraient un taux d’échec élevé.…

7. Les gens, merci de ne pas me souhaiter une “bonne fête de la femme” le 8 mars

Et pourtant, tout avait si bien commencé… Enfin non: c’est justement parce que les choses n’avaient pas si bien commencé que ça pour les femmes qu’un jour de mars 1911, un syndicat d’ouvrières américaines organisa la première manifestation visant à obtenir le droit de vote,…
_kratozovsky / Instagram - Cheek Magazine
_kratozovsky / Instagram