contributions

Du problème de la visibilité dans la littérature jeunesse

DR
DR

DR


Il y a 15 ans, quand j’ai écrit Dis mamanS -un livre qui s’adresse aux tout-petits et qui raconte les réactions des copains de classe de Théo qui a deux mamans à la maison-, AUCUN éditeur de jeunesse généraliste n’en avait voulu. Les réponses (négatives) allaient de “Ça ne correspond pas à la ligne éditoriale” (soft) à “Les homos n’ont pas d’enfants” (à côté de la plaque) ou “Parler d’homosexualité aux enfants, vous n’y pensez pas” (frileux voire homophobe).

Le livre est finalement sorti grâce à un petit éditeur estampillé LGBT et depuis, il s’est vendu en même quantité chaque année, non parce qu’il est réussi (graphiquement, il a même beaucoup vieilli) mais parce qu’il fut le premier à paraître en France, pour les enfants, sur l’homoparentalité.

 

Dis Maman

Y a-t-il beaucoup de livres pour enfants qui bénéficient d’une telle durée de vie? Et ce, en dehors de tout circuit “classique”, uniquement via le bouche-à-oreille, puisqu’on ne le trouve jamais dans les librairies? Probablement que non. Ces livres répondent à un besoin sociétal: les homos ont des enfants, de plus en plus fréquemment, et pourtant, les familles homoparentales sont toujours invisibles dans la littérature jeunesse (mis à part quelques exceptions que j’applaudis) donc les rares livres qui parlent d’elles, ces familles les possèdent.

 

Quand les éditeurs LGBT meurent, les livres qui représentent des personnages LGBT meurent avec eux.

Pourquoi je vous dis ça ?


Parce que le “petit éditeur estampillé LGBT” de Dis mamanS met la clé sous la porte et donc, mon livre va bientôt être introuvable alors qu’il est encore recherché en 2018.
C’est le cas d’un autre de mes livres pour enfants (L’Arc en ciel des familles, qui décrit TOUTES les familles d’aujourd’hui) qui, lui aussi, vient de disparaitre du circuit en même temps que son (petit) éditeur. Quand les éditeurs LGBT meurent, les livres qui représentent des personnages LGBT meurent avec eux.

Lors du Salon du livre de jeunesse de Montreuil de l’année dernière, les éditeurs que j’ai rencontrés me disaient qu’il fallait absolument qu’on publie des livres sur les familles d’aujourd’hui, qu’il était important de lutter contre l’homophobie grâce à la littérature jeunesse, etc. et depuis, RIEN. Ces livres n’existent toujours pas et les rares qui existent, disparaissent. Pourtant, le mariage pour tous date de 2013! Quand est-ce que les livres pour enfants auront le courage de représenter la société dans sa diversité?

Alors je lance une bouteille à la mer. Si un éditeur courageux entend ce message, qu’il me fasse signe. Ces livres ont besoin d’être retravaillés graphiquement, remis au goût du jour, mais sur le fond, ils parlent de la vraie vie.


7. L’Asia Argento gate ou la revanche minable des machos

Les révélations du New York Times accusant l’actrice italienne d’avoir agressé sexuellement un mineur et acheté son silence ont ragaillardi les détracteurs de #MeToo.
DR - Cheek Magazine
DR