contributions

Par Soraya Addi

Mon féminisme à moi, c’est la culotte Petit Bateau

© Petit Bateau
© Petit Bateau

© Petit Bateau


Il y a quelques jours, c’était la Journée internationale des droits des femmes. On a pu constater la richesse des sujets, débats et opinions que cet évènement annuel soulève. L’une des thèmatiques qui enflamme les médias français le 8 mars autant que le reste de l’année est la question de la tenue des femmes. L’avancée de leurs droits dans le monde combinée aux réseaux sociaux nous permet de voir en temps réel la différence des enjeux auxquels fait face le féminisme selon les régions, les pays et les cultures. On peut donc légitimement se poser la question de savoir si au moment où en Iran des femmes sont emprisonnées pour avoir violé la loi iranienne en ôtant leurs voiles en public, il est de bon goût de soutenir les femmes qui en France souhaitent se couvrir les cheveux par choix?

Alors que je connais ma position sur les violences faites aux femmes (je suis contre), ma position sur l’égalité salariale (je suis pour), je constate avec effroi que je suis démunie d’opinion quant à la toilette que “La Femme” doit ou non arborer en France en 2018, car mon instinct premier est d’opiner que les femmes adultes sont capables de se vêtir elles-mêmes. Grosse erreur! C’est donc le féminisme en panique que je me suis attelée à la tâche de déterminer si j’étais une féministe pudique ou au contraire exhibitionniste. Plutôt voile ou plutôt string donc? Après de longues heures de réflexion sur fond d’Aretha Franklin, j’ai décidé que j’étais contre les deux, et que mon féminisme à moi c’était la petite culotte en coton.

“Je rejetais le voile et le string avec la même force, car ils symbolisaient à mes yeux les deux extrêmes d’une hypersexualisation du corps de ‘La Femme’.”

Mon féminisme personnel revigoré, j’étais enfin prête à défendre ces femmes qui ne partagent pas mes opinions car sûrement opprimées par une société patriarcale qui leur incombe de se couvrir la tête d’un côté pour mieux se découvrir les fesses de l’autre. En pleine confection de mes pancartes à paillettes et de mon bleu d’ouvrière que je ne suis pas, je me répétais qu’étant une femme et me sachant féministe, mon opinion était forcément LE féminisme. “N’est-ce pas?” ai-je demandé en fixant ma petite culotte. “Si je brûle tous les voiles et tous les strings de la Terre, aurai-je libéré les femmes, ou serai-je devenue son nouvel oppresseur? Mon plan est-il celui d’une féministe convaincue ou d’une pyromane non assumée?” Culotte restait de marbre, silencieuse et inerte, face à mon questionnement existentiel.  

Je rejetais le voile et le string avec la même force, car ils symbolisaient à mes yeux les deux extrêmes d’une hypersexualisation du corps de “La Femme”. Cependant cette même Femme pourrait voir en ma culotte en coton son infantilisation et la négation de sa sexualité. Et si le féminisme était en réalité plus grand et plus vaste que ces considérations de chiffons plus ou moins couvrants? Le féminisme serait-il plus grand et plus vaste que mon opinion culottée?

Après tout ce n’est pas le voile que porte Malala qui lui a donné accès à l’éducation et l’a récompensée d’un prix Nobel. Ce n’est pas grâce à ses jambes dénudées que Beyoncé est devenue l’une des cheffes d’entreprise les plus influentes du monde. Enfin, Frida Kahlo ne doit certainement pas son statut d’icône à son monosourcil ou à ses couronnes de fleurs. C’est par leur travail et leurs convictions que ces femmes redéfinissent le monde tel que nous le connaissons.

C’est en changeant la narrative, en affirmant nos termes du débat, et en refusant de répondre à des invectives prédéfinies par une société patriarcale et une majorité ethnique subjective, que nous, femmes, reprendrons le contrôle de ce qu’est le féminisme. Car le féminisme ne doit plus être une réponse enfermée dans les limites d’une oppression, mais une idéologie indépendante de toutes les femmes pour toutes les femmes. Car nous ne pourrons atteindre l’égalité face aux hommes si nous ne sommes pas capables de nous l’accorder entre nous. Il n’est donc aucunement contradictoire qu’une femme adulte qui choisit librement de porter le voile en France soutienne les femmes iraniennes qui souhaitent que cette même tenue ne leur soit plus imposée.

“Le féminisme n’a ni couleur de peau, ni nationalité, ni religion, ni uniforme.”

Le féminisme n’est ni culturellement arrogant ni culturellement complexé. Le féminisme n’a ni couleur de peau, ni nationalité, ni religion, ni uniforme. Le féminisme élève toutes les femmes, même celles qui le renient et le méprisent, celles qui le rejettent et le méprennent. Le féminisme ignore ses propres limites et lutte pour que toutes les femmes aient entre leurs mains les outils nécessaires à la construction d’un monde qu’elles définiront ensemble pour ne plus avoir à subir un monde qui les définit selon des catégories artificielles.

Nous, femmes, avons les moyens de changer les termes du débat, pour imposer les thèmes de l’accès à l’éducation de toutes les jeunes filles, l’égalité des chances en matière d’emploi, la prise en compte de nos voix sur les questions sociales, sanitaires, économiques, écologiques et politiques. Nous ne devrions plus justifier nos choix vestimentaires, mais rappeler que nos tenues, quelles qu’elles soient, n’excuseront jamais la privation de nos droits humains et de nos libertés fondamentales, et laisser aux hommes, si ça leur chante, le hobby superficiel et chronophage de débattre entre eux de chiffons au nom de leur droit auto-attribué de nous regarder ou de nous cacher.

Féministement vôtre.


1. Mais lâchez-nous l’empowerment!

Ça couvait depuis quelques jours et ça s’est déclaré brutalement tout à l’heure, en pleine après-midi, en pleine rue. Je bourgeonnais comme je pouvais sur le pavé parisien, je frottais mon esprit tout gris contre les pâles rayons du soleil pour me réchauffer l’intérieur quand…
© Petit Bateau - Cheek Magazine
© Petit Bateau

2. Stop à la désinformation autour des méthodes naturelles de contraception!

Dans un récent communiqué de presse et une vidéo dans Le Point, Madame de Reilhac, présidente de la Fédération Nationale des Collèges de Gynécologie Médicale “alerte” sur les “méthodes naturelles” de contraception qui seraient un “retour en arrière” car elles présenteraient un taux d’échec élevé.…

3. Les gens, merci de ne pas me souhaiter une “bonne fête de la femme” le 8 mars

Et pourtant, tout avait si bien commencé… Enfin non: c’est justement parce que les choses n’avaient pas si bien commencé que ça pour les femmes qu’un jour de mars 1911, un syndicat d’ouvrières américaines organisa la première manifestation visant à obtenir le droit de vote,…
© Petit Bateau - Cheek Magazine
© Petit Bateau

4. Naissance d’une conscience féministe

Je suis une femme née dans les années 80 en France. Je suis née avec le droit de voter, le droit d’étudier ce que bon me semble, le droit d’exercer le métier de mon choix. Libres et égaux en droits. Alors non, je ne suis…

5. Ni Mennel Ibtissem ni aucune autre Française musulmane n’a à se (dé)solidariser de quoi que ce soit

Il n’y a qu’en France qu’on trouve du temps et du plaisir à s’acharner sur une jeune femme qui participe à un télé-crochet parce qu’elle porte un turban qui fait office de voile. Heureusement qu’elle est belle et talentueuse, sinon elle aurait eu droit à…
© Petit Bateau - Cheek Magazine
© Petit Bateau

6. La langue française n'a pas toujours été machiste

Le magazine Lire publiait dans son numéro n°461 une chronique intitulée La confusion des genres, qui portait sur l’écriture inclusive. Sous couvert de présenter le débat relatif à la démasculinisation de la langue avec la plume objective d’un expert de la linguistique -Bruno Dewaele-, cette…

7. Pourquoi la tribune de Catherine Deneuve and co a-t-elle fait tant de bruit?

Depuis une semaine, on ne parle que de ça. En effet, la tribune Nous défendons une liberté d’importuner, indispensable à la liberté sexuelle a suscité depuis sa publication le mardi 9 janvier un certain émoi. En cause, des propos jugés outranciers par une bonne partie des Français·e·s, dont…
© Petit Bateau - Cheek Magazine
© Petit Bateau