contributions

Par Les Pauline

Je suis une fille et je voyage seule

Les Pauline à Montréal, Canada, DR
Les Pauline à Montréal, Canada, DR

Les Pauline à Montréal, Canada, DR


Je m’appelle Pauline, tout comme mon amie d’enfance, Pauline, avec qui j’ai monté le blog Les Pauline où l’on partage nos expériences de voyage à travers le monde depuis trois ans. Et bien qu’on adore partir à deux en mode girlsquad, on fait aussi partie de ces filles qui “osent” partir en solo: oser se découvrir, oser aller vers les autres, oser se retrouver avec soi-même, oser ne pas avoir peur… Et découvrir que l’on est capable de beaucoup de choses.

Aujourd’hui, le voyage est un vrai besoin pour notre génération: V.I.E, Working Holiday, tour du monde… On ne part plus simplement en vacances mais vivre une véritable aventure. Preuve en est, d’après une vaste enquête de Mondial Assistance menée dans 11 pays, seule une infime proportion des 18-30 ans ne s’est jamais envolée vers l’étranger: en France, ils ne sont que 4%. Mais alors que le voyage est totalement banalisé, pourquoi est-ce si difficile d’être une fille et d’oser voyager seule?

Quel intérêt de partir solo? Tu n’as pas d’amis ou quoi?” 

Un acte aussi ordinaire que de prendre son sac à dos ou sa valise et de monter dans un avion seule est encore beaucoup trop vu  comme un acte de rébellion, d’inconscience ou limite de dépression. Nombreuses sont les idées reçues qui ressortent invariablement quand une fille parle de son projet. “Tu es plus vulnérable!”, “Comment feras-tu si tu te retrouves toute seule dans une ruelle la nuit?”, “Tu n’as pas peur de tomber en panne pendant ton road trip?”, “Non mais vu ton sens de l’orientation…”, “Quel intérêt de partir solo? Tu n’as pas d’amis ou quoi?” Entre le regard des autres, les freins de notre société et la peur de s’ennuyer (ou de se faire agresser), il est très dur de se lancer… Mais pourtant, une fois l’expérience achevée, on a qu’une hâte: recommencer.

Les Pauline à HorseShoe Bend, USA, DR

 

“Tu vas te faire agresser, c’est sûr”

Le stéréotype qui a sans doute la dent la plus dure est celui de la vulnérabilité. Que ce soient nos parents, les collègues, ma boulangère, tous ont tendance à penser qu’une femme en voyage, seule qui plus est, est la proie rêvée pour toutes les agressions du monde. Leurs craintes sont en partie fondées, car oui, que l’on soit à Paris, Pékin ou Sydney, être une femme aujourd’hui, c’est être la proie potentielle de slut-shaming et autres joyeusetés dans la rue. Mais pas plus en voyage qu’ailleurs, malheureusement. On ne dit pas qu’il ne faut pas être vigilante ou ne pas avoir conscience de potentiels dangers, mais il ne faut pas que cela devienne une barrière alors dédramatisez tout ça et lancez-vous!

On oublie bien souvent qu’être une femme qui baroude seule, c’est aussi être aidée en permanence. Les locaux ou autres voyageurs font en général preuve d’une grande bienveillance et, il faut le dire… d’un peu d’admiration! En voyage solo en Amérique du Nord en ce moment même, je vais souvent au resto (ma passion) toute seule et fais toujours l’objet d’une incroyable curiosité de la part des serveuses ou cuistots qui me parlent, me conseillent et me prennent sous leurs ailes! Bref, faites confiance à votre instinct, renseignez-vous sur le pays visité, respectez ses cultures et les règles minimum de sécurité (la bague de fiançailles à 40 000 dollars reste à la maison) et faites-vous confiance! Surpasser ses peurs et a priori, c’est déjà le début de l’aventure, non?

L’un des freins majeurs n’est ni l’argent, ni le temps ni la sécurité, mais la peur de se retrouver seule.

En voyage solo, on se retrouve parfois seule avec soi-même. Monter une tente, changer une roue ou se retrouver dans la jungle, tant de challenges qui nous semblent impossibles, mais qui au final se révèlent assez simples à relever quand on n’a pas d’autre choix que de trouver une solution à son problème. Même si parfois, il faut bien le dire, on découvre ses limites… Faire un feu aux États-Unis par exemple s’est révélé être plus dur que je ne le pensais: législation compliquée, petits problèmes techniques, j’avais décidé d’abandonner quand d’autres voyageurs de passage m’ont invitée à partager des marshmallows grillés autour d’un feu de camp. Voyager seule, c’est aussi pouvoir compter sur la bienveillance des personnes rencontrées sur la route.

 

 

“Tu n’as pas peur de t’ennuyer toute seule?”

Quand Pauline et moi parlons de nos voyages solo avec des copines, on se rend compte que l’un des freins majeurs n’est ni l’argent, ni le temps ni la sécurité, mais plutôt la peur de se retrouver seule. Alors disons-le une bonne fois pour toutes, les filles: même à l’autre bout du monde, voyager seule, c’est ne jamais l’être vraiment. Entre les nouvelles technologies (Facebook, WhatsApp, Skype, welcome to 2017!) qui permettent de rester en contact avec ses proches ou de rencontrer de nouvelles personnes (Merci les groupes Facebook de voyageuses, comme We Are Backpackeuses) et les rencontres faites au fil du voyage, on ne se sent que rarement seule. Voyager en solitaire inspire la confiance, l’entraide, la solidarité: le contact s’établit très facilement. Les amitiés se créent rapidement, que ce soit pour partager une randonnée, une soirée ou même une partie de l’aventure. Il faut comprendre que, lors d’un voyage, et encore plus en solo, on n’est plus du tout dans le même état d’esprit que celui de la vie quotidienne: plus ouverte aux autres, moins timide, plus attentive et donc plus encline à la rencontre.  Si vous en doutez, on vous conseille de partir en Asie ou en Amérique du Sud: on n’a jamais rencontré autant de voyageurs et voyageuses solo que là-bas!

Voyager seule, c’est surtout être libre.

Bien sûr que la solitude pourra être parfois pesante: dans “voyager seule”, il y a en effet le mot “seule”. Mais il faut savoir apprivoiser et savourer ces moments: écrire un carnet de voyage, trier ses photos, préparer la sortie du lendemain… Dans une société où tout va très vite et où l’on ne prend jamais le temps, un moment pour se retrouver est un luxe qu’il ne faut pas gâcher.

Car, oui, le voyage en solo c’est surtout accepter d’être seul avec soi-même: assumer la solitude, prendre le temps de se (re)découvrir et partager tout ça avec de nouveaux amis autour d’une bière ou pourquoi pas sur Facebook avec sa mamie connectée.

Une fois passées ces appréhensions, on se rend compte que voyager seule, c’est surtout être libre! Libre de voyager comme on en a envie. Entre amis, en couple ou en famille, on est souvent tributaires des désirs des uns et des autres: on a toutes vécu ce moment où on veut visiter ce musée, mais notre pote/notre mec/notre mère veut plutôt chiller à l’hôtel… Les compromis, c’est épuisant, et une fois seule, tout est possible: je fais ce que je veux, quand je le veux! En solo, je suis à mon rythme et mes envies guident mes choix, ce qui signifie zéro frustration et 100% liberté. Alors, vous attendez quoi pour vous lancer?

Le blog voyage des Pauline, c’est par ici


1. Je souffre du trouble dysphorique menstruel et j'aurais aimé y être préparée

On m’a dit d’écrire, alors je me lance. Écrire, pourquoi? Parce que, je suis malade. Ma maladie s’appelle le trouble dysphorique prémenstruel. C'est quoi exactement? D’après mes recherches, voilà comment on pourrait le définir: si le syndrome prémenstruel -qui se caractérise par des symptômes physiques et psychiques liés…
Les Pauline à Montréal, Canada, DR  - Cheek Magazine
Les Pauline à Montréal, Canada, DR

2. Pourquoi la (non) maternité reste un facteur d’inégalité majeur entre les femmes et les hommes

Aujourd’hui sort en librairie le récit de mon parcours pour faire congeler mes ovocytes en Espagne, faute d’avoir pu le faire en France, où cette pratique est toujours illégale. Dans Et toi tu t’y mets quand?, je relate en effet les questions qui, comme beaucoup…
Les Pauline à Montréal, Canada, DR  - Cheek Magazine
Les Pauline à Montréal, Canada, DR

3. Ces hommes qui détestaient les femmes

Le 6 décembre 1989, Marc Lépine est entré dans une salle de classe de l’École Polytechnique de Montréal. Il a abattu 14 femmes, des futures ingénieures. Il a laissé une lettre où l’on pouvait lire ses motifs antiféministes. Les femmes l’auraient fait rager au point…

4. Mon féminisme à moi, c’est la culotte Petit Bateau

Il y a quelques jours, c’était la Journée internationale des droits des femmes. On a pu constater la richesse des sujets, débats et opinions que cet évènement annuel soulève. L’une des thèmatiques qui enflamme les médias français le 8 mars autant que le reste de…
Les Pauline à Montréal, Canada, DR  - Cheek Magazine
Les Pauline à Montréal, Canada, DR

5. Mais lâchez-nous l’empowerment!

Ça couvait depuis quelques jours et ça s’est déclaré brutalement tout à l’heure, en pleine après-midi, en pleine rue. Je bourgeonnais comme je pouvais sur le pavé parisien, je frottais mon esprit tout gris contre les pâles rayons du soleil pour me réchauffer l’intérieur quand…
Les Pauline à Montréal, Canada, DR  - Cheek Magazine
Les Pauline à Montréal, Canada, DR

6. Stop à la désinformation autour des méthodes naturelles de contraception!

Dans un récent communiqué de presse et une vidéo dans Le Point, Madame de Reilhac, présidente de la Fédération Nationale des Collèges de Gynécologie Médicale “alerte” sur les “méthodes naturelles” de contraception qui seraient un “retour en arrière” car elles présenteraient un taux d’échec élevé.…

7. Les gens, merci de ne pas me souhaiter une “bonne fête de la femme” le 8 mars

Et pourtant, tout avait si bien commencé… Enfin non: c’est justement parce que les choses n’avaient pas si bien commencé que ça pour les femmes qu’un jour de mars 1911, un syndicat d’ouvrières américaines organisa la première manifestation visant à obtenir le droit de vote,…
Les Pauline à Montréal, Canada, DR  - Cheek Magazine
Les Pauline à Montréal, Canada, DR