cheek_contributions_habillage_desktop

contributions

Par Charlotte Lazimi, des Martiennes

Les femmes reprennent-elles enfin le pouvoir dans “Game of Thrones”?

Faut pas trop emmerder Sansa Stark...
Faut pas trop emmerder Sansa Stark...

Faut pas trop emmerder Sansa Stark...


Game of Thrones a-t-il résolu son problème avec les femmes? s’est demandé il y a quelques semaines le magazine américain Vulture. Cette question n’est pas anodine. Il y a trois ans, nous nous sommes déjà interrogées sur le féminisme et le sexisme de cette série médiévale. En dépit de la présence de personnages principaux féminins forts, le constat était sans appel: toutes les héroïnes étaient violées ou violentées. Surtout, elle se définissaient et étaient définies d’abord  comme “des mères”, des amoureuses, ou les deux. Assiste-t-on au retour en force d’une série ENFIN féministe? Pas sûr. [ATTENTION SPOILERS]

 

Viols, humiliations et violences 

Le viol et la vente des femmes demeurent omniprésents dans la série. Pas un épisode sans qu’on y fasse référence ou qu’y on assiste. Certes, Daenerys Targaryen, Cersei Lannister, Sansa et Arya Stark, Mélisandre, Yara Greyjoy, Margaery Tyrell, ou Brienne de Torth opèrent un vrai volte-face. Car elles étaient en très mauvaise posture jusqu’à présent. D’un côté Daenerys Targaryen a échappé cette saison à des viols collectifs et a survécu à l’enlèvement des Dothrakis -en revanche, elle a subi au début de son mariage forcé des viols conjugaux. De l’autre, Cersei Lannister a survécu à son interminable humiliation publique nue, sous les crachats et les cris de la foule. Sans oublier Arya Stark d’abord aveugle, puis sévèrement battue et poignardée, ou Sansa Stark, mutilée et violée par son sadique époux, Ramsay Bolton. Les femmes de Game of Thrones reviennent de loin. Cela étant dit, elles ne sont pas les seules à souffrir dans cet univers sanguinaire impitoyable. Jon Snow est revenu parmi les vivants après un assassinat collectif. Jaime Lannister a assisté impuissant au meurtre de sa fille empoisonnée tandis que Theon Greyjoy a été torturé et castré pendant des jours. L’idée n’est pas de contester les difficultés qu’affrontent les personnages notamment masculins, mais de s’interroger sur les situations dans lesquelles ils se trouvent.

Dans cet avant-dernier épisode, les héroïnes s’allient, prennent en main leur destin et c’est rafraîchissant.

Car, jusqu’à présent, Game of Thrones n’était pas avare en scènes de sexe inutiles -avec de nombreuses apparitions de jeunes femmes nues ou de scènes de viols. Deux viols n’apparaissent pas dans les livres de George R.R. Martin: celui de Sansa Stark par Ramsay Bolton le soir de leur nuit de noces devant son ami d’enfance Theon Greyjoy, ou celui de Cersei Lannister sur la tombe de son fils par son frère Jamie. Ces ajouts des scénaristes avaient d’ailleurs scandalisé les fans.

 

Un revirement féministe?

Dans cet avant-dernier épisode, les héroïnes s’allient, prennent en main leur destin et c’est rafraîchissant. Yara Greyjoy s’allie à Daenerys Targaryen, avec laquelle elle a beaucoup en commun, notamment un destin de reine et un père fou. Sansa Stark, à défaut de combattre, conseille son frère, défie Ramsay Bolton, et assiste imperturbable à sa mort, dévoré par ses chiens affamés depuis des jours. Peut-on pour autant dire, comme l’écrivaient Les Inrocks, que “les femmes ont pris le pouvoir”? Pas sûr, tant l’ADN de la série est fait de violence et de menace à l’égard des femmes. Dans la société dépeinte, les femmes sont très majoritairement silencieuses, condamnées à endurer les pires sévices. Certes, des personnages sont en lice pour se disputer le Trône de fer. Mais cela ne change pas le sort des femmes. La preuve, Yara Greyjoy fait aussi partie de ceux qui profitent des bordels, si caractéristiques de GoT. La série progresse peut-être, mais on est encore loin du compte. Depuis l’alliance Daenerys Targaryen/ Yara Greyjoy, des femmes fortes unissent leurs forces. Jusqu’à présent, elles s’opposaient à l’image de Margaery Tyrell et Cersei Lannister. Mais c’est encore trop  exceptionnel pour être durable. Si une femme remporte le Trône de fer, peut-être concèdera-t-on un peu de féminisme à la série. En attendant, tout est encore possible.

Ce papier a été initialement publié sur le blog des Martiennes.


1. On ne naît pas porc, on le devient

Ces derniers jours, beaucoup de personnes ont sursauté à la vue du hashtag #balancetonporc et se sont largement épanchés sur leurs doutes et leurs critiques. Peut-être parce qu’en France, nous adorons discuter de la forme, du registre de langage, des mots avant de discuter du…
Faut pas trop emmerder Sansa Stark...  - Cheek Magazine
Faut pas trop emmerder Sansa Stark...

2. Mon année sabbatique: un voyage à la rencontre de moi-même

Au départ, l’idée a suscité l’hilarité. De quoi pouvais-je donc vraiment me plaindre? Je faisais un métier passionnant, j’avais un salaire correct, de nombreux et fidèles amis. Mais depuis quelques semaines, je la sentais, la boule qui montait. L’envie de tout envoyer valdinguer. La difficulté…
Faut pas trop emmerder Sansa Stark...  - Cheek Magazine
Faut pas trop emmerder Sansa Stark...

3. Combat capillaire d’une femme métisse en 17 rounds

Je m'appelle Émilie, je suis née en 1982. Mon père est noir (du Mali), ma mère est blanche (de Loire-Atlantique). Je suis née toute blanche avec pleins de cheveux raides, noirs et droits sur la tête. Dès le départ, je ne ressemble ni à mon…
Faut pas trop emmerder Sansa Stark...  - Cheek Magazine
Faut pas trop emmerder Sansa Stark...

4. Réhabilitons la connasse!

Les gens qui me connaissent peu ou Proust s’attendaient à un roman trapu et grave comme un rugbyman le soir d’une finale du XV de France. C’est un livre de cuisine que je leur ai tendu, intitulé: Les Recettes d’une connasse, et édité par Hachette Cuisine.…
Faut pas trop emmerder Sansa Stark...  - Cheek Magazine
Faut pas trop emmerder Sansa Stark...

5. La grossesse vous va si bien

Faire un enfant est, chacun en conviendra à peu près, un acte déterminant et réellement impactant pour un couple. Il semble que ce constat fasse l'unanimité ou presque. Mon expérience personnelle de la grossesse ne va pas contredire cette vérité. En revanche, beaucoup d’autres  postulats …
Faut pas trop emmerder Sansa Stark...  - Cheek Magazine
Faut pas trop emmerder Sansa Stark...

6. Le VIH, si proche et si lointain

“Je ne vais pas pouvoir venir avec toi en voyage”, m’a-t-il dit. Je vivais à l’époque au Vietnam et nous avions prévu de nous retrouver au Cambodge quelques semaines plus tard, un pays qu’il connaissait bien, et moi aussi. C’est par ces mots, si pudiques et…
Faut pas trop emmerder Sansa Stark...  - Cheek Magazine
Faut pas trop emmerder Sansa Stark...

7. Lettre à mon stérilet

Cher Mimi, Cinq années de cohabitation intra-utérine nous attendent, alors tu permets que je t’appelle Mimi, n’est ce pas? Un surnom presque affectueux pour éviter un nom qui fait peur. Mirena. On dirait le nom d’une gorgone grecque. Ou d’un monstre de l’Odyssée. Certaines vont de Charybde…