cheek_contributions_habillage_desktop

contributions

Par Nathalie Blu-Perou

“Gaspard”, nouvel accessoire connecté anti-viol: le drame de l'indifférence?


En France, certaines études avancent qu’il n’y aurait pas moins d’une victime de viol toutes les huit minutes. Pas étonnant, dans ces conditions, que certains concepteurs voient en ce fléau un marché potentiel. Hier, dans mes mails, il y avait celui de Nicolas Desachy, à l’origine de la création d’une nouvel objet connecté anti-agression, répondant au nom de “Gaspard”. 

Il s’agit d’un petit gadget pouvant se fixer discrètement sur vos vêtements, votre sac à main, vos bijoux, ou même dans vos cheveux, de façon à être facilement accessible en cas d’agression. Connecté à votre téléphone, par simple pression, il permet de vous géolocaliser et de déclencher immédiatement l’alerte auprès de vos proches, de passants se trouvant autour, de la police ou de toute autre personne ayant téléchargé l’application. Ces derniers reçoivent également, en temps réel, un itinéraire pour venir vous secourir rapidement.

Derrière la vision idyllique proposée par la vidéo de démonstration, semblent cependant subsister des problèmes techniques de taille.

M’invitant tout d’abord à visionner la vidéo de présentation (ci-dessous) pour mieux en comprendre le fonctionnement, mon interlocuteur m’exhorte ensuite à lui faire un “retour” objectif. Ce que je m’empresse de faire, par retour de mail et ici. Rappelons d’abord, en postulat de départ, que même si ce sont avant tout les mentalités qu’il faut changer par un travail d’éducation, toute initiative susceptible de permettre d’éviter ne serait-ce qu’un seul viol, est, par essence, à saluer. Ce qui, néanmoins, n’interdit pas d’émettre quelques réserves quant à la réelle efficacité de ce nouveau concept. Car derrière la vision idyllique proposée par la vidéo de démonstration, semblent cependant subsister des problèmes techniques de taille.

 

 La vidéo de présentation de “Gaspard”

Chacun sait qu’en France, toutes les zones géographiques ne sont pas égales du point de vue de la couverture du réseau de téléphonie mobile. Quid de l’intérêt d’une telle application en zone reculée Ardéchoise, par exemple? Ou en cas de panne de réseau (et Dieu sait si cette éventualité est fréquente chez certains opérateurs)?

S’il faut reconnaître que cet objet est beaucoup plus confortable et discret à porter que d’autres accessoires anti-viols imaginés jusqu’ici (culottes, jean, soutiens-gorge, collants anti-viol, etc…), c’est aussi et surtout parce qu’il n’est pas destiné à éviter techniquement le viol, mais simplement à signaler que celui-ci est en train de se produire. Une nuance d’autant plus importante que le temps écoulé avant qu’une personne prévenue ne se porte au secours de la victime peut parfois être très long (la majorité des femmes violées le sont en quelques minutes, voire quelques secondes).

Tout dans leur vidéo évoque, au contraire, la peur: petits bonhommes effrayants représentant les agresseurs, femme prise au piège dans une cage transparente, représentation concrète d’armes de défense. 

Comment ne pas imaginer, également, puisqu’“qu’une simple pression suffit à déclencher” le processus d’alerte, les conséquences (non prévues) d’une possible fausse manip’. Il pourrait ainsi être particulièrement cocasse de voire débarquer Papa, un inconnu ou pire, Jules, alors que vous vous adonniez, à l’abri des regards, à des ébats (bien consentis) dans les bras de votre amant d’un soir…

Loin de remettre en question les intentions sincères des inventeurs de cet outil, je ne suis pour autant pas totalement convaincue lorsque ces derniers estiment que leur communication “joue sur un accessoire de mode, mais ne surfe pas sur le commerce de la peur”. Parce qu’absolument tout dans leur vidéo évoque, au contraire, la peur: petits bonhommes effrayants représentant les agresseurs, femme prise au piège dans une cage transparente, représentation concrète d’armes de défense (pistolets, couteaux, etc…). Mais, après tout, pourquoi éprouver une telle nécessité de s’en défendre? Pourquoi, diable, une invention destinée à rassurer les femmes naîtrait forcément de mauvaises intentions, et devrait obligatoirement se priver d’avoir des ambitions commerciales?

Mais, en vérité, combien, parmi leurs contacts virtuels (et même réels) accourront vraiment, en cas de danger?

En réalité, cette invention “connectée” (qui s’appuie, donc, sur le concept de réseaux sociaux), surfe davantage sur le marché de la solitude, de l’indifférence générale et de l’égocentrisme, généré par notre triste société. En concluant sa démonstration par un “You’ll never be alone again” (Ndlr: “Tu ne seras plus jamais seule”), les concepteurs semblent exploiter les mêmes faux-semblants et miroirs aux alouettes que les Facebook, Twitter and Co, donnant à leurs usagers l’illusion d’être “entourés”, d’appartenir à une grande communauté. Mais, en vérité, combien, parmi leurs contacts virtuels (et même réels) accourront vraiment, en cas de danger?

Il est permis de douter, lorsqu’on voit qu’aujourd’hui, on peut se faire agresser en plein métro à Lille, sous le regard indifférent, imperturbable de ses semblables. Plus encore, je trouve aussi particulièrement malsaine l’idée de relayer, quasi en direct, les pseudo-sauvetages sur les réseaux sociaux. Mettre ainsi à l’honneur les “héros” du jour à grands coups de “like” (le site pousse même la mise en scène jusqu’à leur offrir des mugs, t-shirts et autres trophées à son effigie) revient, au final, à rendre exceptionnel un geste qui, au fond, devrait être banal. Un simple acte de civisme. Un réflexe de savoir-vivre.


1. On ne naît pas porc, on le devient

Ces derniers jours, beaucoup de personnes ont sursauté à la vue du hashtag #balancetonporc et se sont largement épanchés sur leurs doutes et leurs critiques. Peut-être parce qu’en France, nous adorons discuter de la forme, du registre de langage, des mots avant de discuter du…
On ne naît pas porc, on le devient - Cheek Magazine

2. Mon année sabbatique: un voyage à la rencontre de moi-même

Au départ, l’idée a suscité l’hilarité. De quoi pouvais-je donc vraiment me plaindre? Je faisais un métier passionnant, j’avais un salaire correct, de nombreux et fidèles amis. Mais depuis quelques semaines, je la sentais, la boule qui montait. L’envie de tout envoyer valdinguer. La difficulté…
Mon année sabbatique: un voyage à la rencontre de moi-même - Cheek Magazine

3. Combat capillaire d’une femme métisse en 17 rounds

Je m'appelle Émilie, je suis née en 1982. Mon père est noir (du Mali), ma mère est blanche (de Loire-Atlantique). Je suis née toute blanche avec pleins de cheveux raides, noirs et droits sur la tête. Dès le départ, je ne ressemble ni à mon…
Combat capillaire d’une femme métisse en 17 rounds - Cheek Magazine

4. Réhabilitons la connasse!

Les gens qui me connaissent peu ou Proust s’attendaient à un roman trapu et grave comme un rugbyman le soir d’une finale du XV de France. C’est un livre de cuisine que je leur ai tendu, intitulé: Les Recettes d’une connasse, et édité par Hachette Cuisine.…
Réhabilitons la connasse! - Cheek Magazine

5. La grossesse vous va si bien

Faire un enfant est, chacun en conviendra à peu près, un acte déterminant et réellement impactant pour un couple. Il semble que ce constat fasse l'unanimité ou presque. Mon expérience personnelle de la grossesse ne va pas contredire cette vérité. En revanche, beaucoup d’autres  postulats …
La grossesse vous va si bien - Cheek Magazine

6. Le VIH, si proche et si lointain

“Je ne vais pas pouvoir venir avec toi en voyage”, m’a-t-il dit. Je vivais à l’époque au Vietnam et nous avions prévu de nous retrouver au Cambodge quelques semaines plus tard, un pays qu’il connaissait bien, et moi aussi. C’est par ces mots, si pudiques et…
Le VIH, si proche et si lointain - Cheek Magazine

7. Lettre à mon stérilet

Cher Mimi, Cinq années de cohabitation intra-utérine nous attendent, alors tu permets que je t’appelle Mimi, n’est ce pas? Un surnom presque affectueux pour éviter un nom qui fait peur. Mirena. On dirait le nom d’une gorgone grecque. Ou d’un monstre de l’Odyssée. Certaines vont de Charybde…