contributions

Par Georgette Sand

#TamponTax: Bientôt la fin de règles inutiles?


Après la taxe rose, la “tampon tax”. Visiblement, user de sa calculatrice n’est pas un luxe. Le nouveau lièvre? La TVA sur les protections périodiques, utilisées par quelques 14,7 millions de Françaises. En effet, ces produits -dont les femmes ne peuvent se passer- sont aujourd’hui taxés au même niveau que le caviar: 20%. À l’instar du dentifrice, alors que les produits d’absolue première nécessité – comme le Coca-Cola (sic)- le sont à 5,5%.

En France, la dépense en protections périodiques représenterait en moyenne 1500 euros dans une vie pour chaque femme… Soit une fortune, notamment pour les personnes les plus précaires qui optent souvent pour des solutions alternatives non adaptées. En interpellant directement le ministère des finances et des comptes publics, nous posons deux questions.

Voici la première: qui compose le bureau qui fixe ces taux de taxation? De notre côté, on parie sur de vieux hommes blancs qui voient cela comme un luxe: eux-mêmes n’en ont jamais acheté, voici donc la preuve de leur caractère accessoire! La seconde question est un brin plus lyrique: de simples impératifs économiques doivent-ils faire oublier l’importance de la santé publique et du bien-être des femmes, et en premier lieu bien sûr des femmes en situation de précarité?

Nous demandons que la TVA sur les tampons, serviettes et coupes menstruelles passe a minima de 20% à 5,5%, comme pour d’autres produits “de première nécessité”.

L’initiative initiale est anglaise et Laura Coryton a en quelques mois provoqué 200 000 signatures et un rendez-vous le 11 mars à Downing Street. En France, le sujet perce doucement, sans doute dû au tabou que représentent encore les règles. Et l’amitié franco-anglaise de rêver donc à une révolution européenne, où le législateur pourrait lancer un signal fort en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes, mais aussi en matière de santé et d’hygiène à l’heure où la crise bat si fort. Dans ces moments-là, même le dentifrice devient un sujet sérieux.

Georgette Sand appelle à une action collective transnationale, afin que le Parlement européen puisse être saisi, et demande que la TVA sur les tampons, serviettes et coupes menstruelles passe a minima de 20% à 5,5%, comme pour d’autres produits “de première nécessité” tels que l’eau, les denrées alimentaires ou les préservatifs.

Vous pouvez signer la pétition ici.


1. Mon féminisme à moi, c’est la culotte Petit Bateau

Il y a quelques jours, c’était la Journée internationale des droits des femmes. On a pu constater la richesse des sujets, débats et opinions que cet évènement annuel soulève. L’une des thèmatiques qui enflamme les médias français le 8 mars autant que le reste de…
DR - Cheek Magazine
DR

2. Mais lâchez-nous l’empowerment!

Ça couvait depuis quelques jours et ça s’est déclaré brutalement tout à l’heure, en pleine après-midi, en pleine rue. Je bourgeonnais comme je pouvais sur le pavé parisien, je frottais mon esprit tout gris contre les pâles rayons du soleil pour me réchauffer l’intérieur quand…
DR - Cheek Magazine
DR

3. Stop à la désinformation autour des méthodes naturelles de contraception!

Dans un récent communiqué de presse et une vidéo dans Le Point, Madame de Reilhac, présidente de la Fédération Nationale des Collèges de Gynécologie Médicale “alerte” sur les “méthodes naturelles” de contraception qui seraient un “retour en arrière” car elles présenteraient un taux d’échec élevé.…

4. Les gens, merci de ne pas me souhaiter une “bonne fête de la femme” le 8 mars

Et pourtant, tout avait si bien commencé… Enfin non: c’est justement parce que les choses n’avaient pas si bien commencé que ça pour les femmes qu’un jour de mars 1911, un syndicat d’ouvrières américaines organisa la première manifestation visant à obtenir le droit de vote,…
DR - Cheek Magazine
DR

5. Naissance d’une conscience féministe

Je suis une femme née dans les années 80 en France. Je suis née avec le droit de voter, le droit d’étudier ce que bon me semble, le droit d’exercer le métier de mon choix. Libres et égaux en droits. Alors non, je ne suis…

7. La langue française n'a pas toujours été machiste

Le magazine Lire publiait dans son numéro n°461 une chronique intitulée La confusion des genres, qui portait sur l’écriture inclusive. Sous couvert de présenter le débat relatif à la démasculinisation de la langue avec la plume objective d’un expert de la linguistique -Bruno Dewaele-, cette…