cheek_contributions_habillage_desktop

contributions

Par Georgette Sand

#TamponTax: Bientôt la fin de règles inutiles?


Après la taxe rose, la “tampon tax”. Visiblement, user de sa calculatrice n’est pas un luxe. Le nouveau lièvre? La TVA sur les protections périodiques, utilisées par quelques 14,7 millions de Françaises. En effet, ces produits -dont les femmes ne peuvent se passer- sont aujourd’hui taxés au même niveau que le caviar: 20%. À l’instar du dentifrice, alors que les produits d’absolue première nécessité – comme le Coca-Cola (sic)- le sont à 5,5%.

En France, la dépense en protections périodiques représenterait en moyenne 1500 euros dans une vie pour chaque femme… Soit une fortune, notamment pour les personnes les plus précaires qui optent souvent pour des solutions alternatives non adaptées. En interpellant directement le ministère des finances et des comptes publics, nous posons deux questions.

Voici la première: qui compose le bureau qui fixe ces taux de taxation? De notre côté, on parie sur de vieux hommes blancs qui voient cela comme un luxe: eux-mêmes n’en ont jamais acheté, voici donc la preuve de leur caractère accessoire! La seconde question est un brin plus lyrique: de simples impératifs économiques doivent-ils faire oublier l’importance de la santé publique et du bien-être des femmes, et en premier lieu bien sûr des femmes en situation de précarité?

Nous demandons que la TVA sur les tampons, serviettes et coupes menstruelles passe a minima de 20% à 5,5%, comme pour d’autres produits “de première nécessité”.

L’initiative initiale est anglaise et Laura Coryton a en quelques mois provoqué 200 000 signatures et un rendez-vous le 11 mars à Downing Street. En France, le sujet perce doucement, sans doute dû au tabou que représentent encore les règles. Et l’amitié franco-anglaise de rêver donc à une révolution européenne, où le législateur pourrait lancer un signal fort en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes, mais aussi en matière de santé et d’hygiène à l’heure où la crise bat si fort. Dans ces moments-là, même le dentifrice devient un sujet sérieux.

Georgette Sand appelle à une action collective transnationale, afin que le Parlement européen puisse être saisi, et demande que la TVA sur les tampons, serviettes et coupes menstruelles passe a minima de 20% à 5,5%, comme pour d’autres produits “de première nécessité” tels que l’eau, les denrées alimentaires ou les préservatifs.

Vous pouvez signer la pétition ici.


1. On ne naît pas porc, on le devient

Ces derniers jours, beaucoup de personnes ont sursauté à la vue du hashtag #balancetonporc et se sont largement épanchés sur leurs doutes et leurs critiques. Peut-être parce qu’en France, nous adorons discuter de la forme, du registre de langage, des mots avant de discuter du…
DR - Cheek Magazine
DR

2. Mon année sabbatique: un voyage à la rencontre de moi-même

Au départ, l’idée a suscité l’hilarité. De quoi pouvais-je donc vraiment me plaindre? Je faisais un métier passionnant, j’avais un salaire correct, de nombreux et fidèles amis. Mais depuis quelques semaines, je la sentais, la boule qui montait. L’envie de tout envoyer valdinguer. La difficulté…
DR - Cheek Magazine
DR

3. Combat capillaire d’une femme métisse en 17 rounds

Je m'appelle Émilie, je suis née en 1982. Mon père est noir (du Mali), ma mère est blanche (de Loire-Atlantique). Je suis née toute blanche avec pleins de cheveux raides, noirs et droits sur la tête. Dès le départ, je ne ressemble ni à mon…
DR - Cheek Magazine
DR

4. Réhabilitons la connasse!

Les gens qui me connaissent peu ou Proust s’attendaient à un roman trapu et grave comme un rugbyman le soir d’une finale du XV de France. C’est un livre de cuisine que je leur ai tendu, intitulé: Les Recettes d’une connasse, et édité par Hachette Cuisine.…
DR - Cheek Magazine
DR

5. La grossesse vous va si bien

Faire un enfant est, chacun en conviendra à peu près, un acte déterminant et réellement impactant pour un couple. Il semble que ce constat fasse l'unanimité ou presque. Mon expérience personnelle de la grossesse ne va pas contredire cette vérité. En revanche, beaucoup d’autres  postulats …
DR - Cheek Magazine
DR

6. Le VIH, si proche et si lointain

“Je ne vais pas pouvoir venir avec toi en voyage”, m’a-t-il dit. Je vivais à l’époque au Vietnam et nous avions prévu de nous retrouver au Cambodge quelques semaines plus tard, un pays qu’il connaissait bien, et moi aussi. C’est par ces mots, si pudiques et…
DR - Cheek Magazine
DR

7. Lettre à mon stérilet

Cher Mimi, Cinq années de cohabitation intra-utérine nous attendent, alors tu permets que je t’appelle Mimi, n’est ce pas? Un surnom presque affectueux pour éviter un nom qui fait peur. Mirena. On dirait le nom d’une gorgone grecque. Ou d’un monstre de l’Odyssée. Certaines vont de Charybde…