contributions

Par Charlotte Lazimi, des Martiennes

Marine Le Pen et la stratégie d’une “femme comme les autres”


Marine Le Pen a choisi l’angle de sa campagne: les femmes. Et pour ce faire, elle a décidé de les cibler et de jouer sur les soi-disant particularités de sa “féminité”. Elle proclame donc qu’elle est “une femme” et “une mère”, à la fois dans son clip de campagne et dans son tract, qui est un mauvais mix de revue people et de magazine féminin. Sa démarche? Se présenter comme femme, car selon elle, “qui mieux qu’une femme pour comprendre les femmes”, écrit-elle. Et c’est là que le bât blesse.

Une autre obsession du FN et de l’extrême droite: renvoyer les femmes à la maison, en les payant pour ne pas travailler.

Depuis sa première candidature à l’élection présidentielle en 2012, elle tente de jouer la carte “femme”. Mais son programme est ou a été à l’opposé de cette affirmation. D’abord, parce qu’elle défend une idée rétrograde de la femme attachée au foyer et à ses enfants. En 2012, elle dénonçait un “avortement de confort” et souhaitait le “dérembourser”. Si elle fait machine arrière sur cette question, c’est plus par stratégie politicienne, pour se distinguer de sa nièce. Une autre obsession du FN et de l’extrême droite: renvoyer les femmes à la maison, en les payant pour ne pas travailler. L’idée est simple: cela libérerait des postes si les femmes quittaient leurs fonctions. Une idée aussi stupide que simpliste. Rappelons que les femmes ont toujours travaillé dans la société, même si leur travail n’était pas reconnu. Si le fait d’être une femme compte autant pour Marine Le Pen aujourd’hui, c’est parce qu’elle se veut le rempart de “l’islamisme”, qui menacerait la liberté des femmes. Mais qu’on ne s’y trompe pas, la vision que propose Marine Le Pen est rétrograde. Si elle est candidate et présidente du FN, c’est uniquement parce qu’elle est la fille de son père. C’est l’une des bizarreries de l’extrême droite. On y trouve beaucoup de femmes, mais elles ne sont présentes que par népotisme.

Le paradoxe du tract de Marine Le Pen, c’est qu’elle tente de mettre en avant sa féminité, à travers un pastiche de journal féminin. Une anomalie: elle se présente comme “député et leader” et non “députée”. Pour celle qui se présente comme LA femme politique par excellence, c’est un peu court. Idem, elle considère qu’être une femme dans le monde politique est “un atout et non un handicap”. Peut-être parce que son expérience se résume à un coup d’état de son père dans son parti, qui l’avait imposée comme vice-présidente contestée à l’époque. La présence de sa nièce n’est qu’un autre exemple d’une famille dynastique qui veut prendre le pouvoir mais n’a aucun respect pour la démocratie. Rappelons que Marine Le Pen est contre la parité. Car selon elle, il n’y aurait pas de femmes qui souhaiteraient se lancer en politique. Leur vie familiale et personnelle ne serait pas compatible avec les responsabilités… Et aujourd’hui, elle se pose en exemple de la conciliation vie professionnelle/ vie personnelle. Plus c’est gros, plus ça passe.

La présence de Marine Le Pen comme candidate à l’élection présidentielle éligible n’est pas “la victoire du féminisme”.

Contrairement à ce que disait Elisabeth Badinter sur France Inter cette semaine, la présence de Marine Le Pen comme candidate à l’élection présidentielle éligible n’est pas “la victoire du féminisme”. Au contraire, elle représente ce que le féminisme a toujours combattu: une vision partielle de la femme et de la féminité et des droits bafoués. Toutes les femmes ne sont pas féministes. Les femmes Le Pen en sont un exemple probant. Le combat pour la lutte contre les violences faites aux femmes, les discriminations dans le monde du travail n’ont jamais été aussi prégnantes. Quant à l’extrême droite, ne nous leurrons pas, il ne suffit pas de porter les apparats d’une soi-disant “féminité” pour défendre et protéger les droits des femmes. Ici, le loup s’habille juste en agneau pour mieux dévorer (notamment) ses électrices, une fois arrivé au pouvoir.

Article initialement publié sur le blog Les Martiennes.


1. Vos préférences sexuelles sentent-elles bon le racisme?

“Je suis désolé·e mais je ne sors pas avec des noir·es”, “Moi j’adore parce que vous avez des trop belles formes (sous-entendu des grosses fesses / des gros seins)”, “J’ai jamais essayé avec une noire”, “tu es tellement exotique”, “panthère”, “lionne”, “tigresse”, sont autant de…
Vos préférences sexuelles sentent-elles bon le racisme? - Cheek Magazine

2. Les femmes doivent apprendre à draguer, et les hommes à se laisser draguer

J’ai toujours dragué les hommes avec lesquels j’ai eu des histoires d’amour et/ou de cul, depuis l’époque où l’amour consistait à se rouler des pelles aussi métalliques qu’interminables sous le préau du lycée jusqu’à aujourd’hui. Cette particularité jugée peu féminine est moins due à un féminisme…
Les femmes doivent apprendre à draguer, et les hommes à se laisser draguer - Cheek Magazine

4. Endométriose: lettre ouverte à Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé

A l’attention de Madame Agnès Buzyn, Ministre des Solidarités et de la Santé Madame la Ministre, Nous venons par la présente vous interroger à propos d’une situation, qui étonnamment, est absente des débats publics sur la santé, et plus particulièrement celle des femmes. Depuis quelques…
Endométriose: lettre ouverte à Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé - Cheek Magazine

5. L’Asia Argento gate ou la revanche minable des machos

J’aurais pu intituler ce billet “#MeToo vaut mieux que ça” ou “#MeToo: gros coup de capharnaüm”, tant le sujet présente d’angles aussi tranchants que tranchés. Résumé des faits à l’attention des deux qui auraient suivi leur détox digitale estivale sans tricher: l’actrice italienne Asia Argento, l’une…
L’Asia Argento gate ou la revanche minable des machos - Cheek Magazine

6. Il est temps que les politiciens argentins laissent aux femmes le droit d’avorter dans un cadre légal

En juin 2018, sous la pression de la société civile, la Chambre des Députés approuvait enfin une proposition de loi en faveur d’un avortement légal et gratuit. L’Argentine faisait alors son premier pas hésitant en dehors d’un carcan religieux qui avait jusque-là fortement marqué la…
Il est temps que les politiciens argentins laissent aux femmes le droit d’avorter dans un cadre légal - Cheek Magazine

7. Je souffre du trouble dysphorique menstruel et j'aurais aimé y être préparée

On m’a dit d’écrire, alors je me lance. Écrire, pourquoi? Parce que, je suis malade. Ma maladie s’appelle le trouble dysphorique prémenstruel. C'est quoi exactement? D’après mes recherches, voilà comment on pourrait le définir: si le syndrome prémenstruel -qui se caractérise par des symptômes physiques et psychiques liés…
Je souffre du trouble dysphorique menstruel et j'aurais aimé y être préparée - Cheek Magazine