contributions

Par Marlène Schiappa

Quelle génération de parents sommes-nous?


Nous sommes cette génération de parents qui passe Gangnam style aux goûters d’anniversaires et qui élève ses enfants en direct sur les réseaux sociaux, ambiance “si cette photo obtient plus de 10000 likes, mon fils rangera sa chambre”. Nous trouvons tous nos enfants surdoués; d’ailleurs, nous postons les photos de leurs dessins, de leurs bulletins scolaires de maternelle, de leurs premiers pas de génies, de leur première fois sur le pot  -tout en déplorant l’existence d’“enfants-rois”. De facto, 81% de nos enfants de moins de deux ans ont déjà une empreinte numérique –photos en ligne, profil Facebook, live-tweet d’accouchement– d’après l’étude Currys & PC World menée en début d’année.

Nous sommes cette génération de parents biberonnée à Elisabeth Badinter, qui revendique ses choix éducatifs comme des philosophies de vie: allaiter ou pas, accoucher avec ou sans péridurale, prendre un congé parental ou faire une Rachida Dati du post-partum. Nous vivons une parentalité extrême, quasi militante: pour le droit à l’accouchement à domicile (AAD), contre la fessée, contre la campagne RATP anti-poussettes, et côté Manif pour tous, on a même vu des enfants de cinq ans, instrumentalisés, porter des panneaux anti-mariage gay (le pendant Mariage pour tous étant vrai aussi).

Nous sommes cette génération dont la parole parentale a été libérée et qui a appris ce qu’était une épisiotomie avec Eliette Abécassis.

Nous sommes cette génération dont la parole parentale a été libérée et qui a appris ce qu’était une épisiotomie avec Eliette Abécassis. Entre Florence Foresti et son spectacle Mother Fucker, Olivia Moore et son one woman show Mère indigne, il est aussi communément admis qu’on s’emmerde royalement dans les squares. Hors de question pour les mères Y de ressembler à leurs aînées quadras désespérées de Wisteria Lane ou du film La vie domestique, d’Isabelle Czakja, où une Juliette mère au foyer traîne sa dépression sur grand écran. Nous assumons nos imperfections à longueur de “blogs de mamans” et si Piou-Piou (nos enfants écopent souvent de surnoms ridicules sur le net) refuse de manger ses ravioles bio, on se rue sur Doctissimo avant de passer un coup de fil à Allô Rufo.

Nous sommes cette génération de parents qui fonce, pendant que Sheryl Sandberg (née en 1969) ou Anne-Marie Slaughter (née en 1958) se demandent encore si les mères peuvent “tout avoir” en une de The Atlantic. Les jeunes pères s’assument publiquement comme “PAF” (pères au foyer) même si, en moyenne, ils n’accomplissent que 20% des tâches ménagères selon le Laboratoire de l’égalité, et dorment deux heures de plus par nuit que leurs compagnes. Chez Maman travaille, d’ailleurs, nous nous incrustons peu à peu à l’Assemblée nationale, au Parlement européen et dans les entreprises du CAC40 pour demander l’égalité parentale et salariale, des modes de garde pour nos enfants. Des revendications finalement identiques à celles du Collectif féministe de Boston, datant… des années 70/80.

La génération dite Y qui enfante, ça donne aussi quelque chose comme: “J’ai allaité 50% de mes enfants, je suis mère indigne le mardi/maman gaga le mercredi, et j’élève mes enfants dans une ambiance sereine et positive BORDEL THEO POSE CE TRUC MAMAN EST AU TELEPHONE!”

Nous sommes cette génération de parents baptisée “slashers” en référence aux jeunes adultes qui exercent plusieurs professions à la fois (serveuse/danseuse; réalisateur/prof d’informatique). Enfants de néo-soixante-huitards que nous jugeons parfois “trop laxistes”, nous sommes aussi cette génération de parents qui autorise ses enfants à la suivre aux toilettes. La génération dite Y qui enfante, ça donne aussi quelque chose comme: “J’ai allaité 50% de mes enfants, je suis mère indigne le mardi/maman gaga le mercredi, et j’élève mes enfants dans une ambiance sereine et positive BORDEL THÉO POSE CE TRUC MAMAN EST AU TELEPHONE!”

Alors évidemment, aucune génération n’est réellement monolithique. Seul un Français sur douze dispose d’un compte Twitter; les ravioles bio sont parfois remplacés par un menu Flunch, 13% des mères actives vivraient sous le seuil de pauvreté si elles ne disposaient pas d’allocations et/ou du salaire de leur conjoint et il subsiste encore quelques personnes pour penser réellement que “maman c’est le plus beau métier du monde <3”. Et qui ne veulent pas qu’on leur dise que ce n’est PAS un métier. Peut-être les mêmes qui applaudissaient la proposition de Marine Le Pen d’établir un “salaire maternel” pour que ces femmes aient la gentillesse de s’écarter d’elles-mêmes du marché du travail?

Nous sommes cette génération de parents qui réunit Britney Spears, Amandine le “premier bébé éprouvette” ou… la mère de la petite Fiona.


1. Je souffre du trouble dysphorique menstruel et j'aurais aimé y être préparée

On m’a dit d’écrire, alors je me lance. Écrire, pourquoi? Parce que, je suis malade. Ma maladie s’appelle le trouble dysphorique prémenstruel. C'est quoi exactement? D’après mes recherches, voilà comment on pourrait le définir: si le syndrome prémenstruel -qui se caractérise par des symptômes physiques et psychiques liés…
Je souffre du trouble dysphorique menstruel et j'aurais aimé y être préparée - Cheek Magazine

3. Ces hommes qui détestaient les femmes

Le 6 décembre 1989, Marc Lépine est entré dans une salle de classe de l’École Polytechnique de Montréal. Il a abattu 14 femmes, des futures ingénieures. Il a laissé une lettre où l’on pouvait lire ses motifs antiféministes. Les femmes l’auraient fait rager au point…

4. Mon féminisme à moi, c’est la culotte Petit Bateau

Il y a quelques jours, c’était la Journée internationale des droits des femmes. On a pu constater la richesse des sujets, débats et opinions que cet évènement annuel soulève. L’une des thèmatiques qui enflamme les médias français le 8 mars autant que le reste de…
Mon féminisme à moi, c’est la culotte Petit Bateau - Cheek Magazine

5. Mais lâchez-nous l’empowerment!

Ça couvait depuis quelques jours et ça s’est déclaré brutalement tout à l’heure, en pleine après-midi, en pleine rue. Je bourgeonnais comme je pouvais sur le pavé parisien, je frottais mon esprit tout gris contre les pâles rayons du soleil pour me réchauffer l’intérieur quand…
Mais lâchez-nous l’empowerment! - Cheek Magazine

6. Stop à la désinformation autour des méthodes naturelles de contraception!

Dans un récent communiqué de presse et une vidéo dans Le Point, Madame de Reilhac, présidente de la Fédération Nationale des Collèges de Gynécologie Médicale “alerte” sur les “méthodes naturelles” de contraception qui seraient un “retour en arrière” car elles présenteraient un taux d’échec élevé.…

7. Les gens, merci de ne pas me souhaiter une “bonne fête de la femme” le 8 mars

Et pourtant, tout avait si bien commencé… Enfin non: c’est justement parce que les choses n’avaient pas si bien commencé que ça pour les femmes qu’un jour de mars 1911, un syndicat d’ouvrières américaines organisa la première manifestation visant à obtenir le droit de vote,…
Les gens, merci de ne pas me souhaiter une “bonne fête de la femme” le 8 mars - Cheek Magazine