contributions

Par Arthur Oeuvrard

Le stalking a tué le premier rencard


Il s’appelle Damien, je l’ai stalké direct!”. Cette phrase, je viens de l’entendre dans la bouche d’une amie qui vient de flasher sur un mec. Elle fait immédiatement ce que, selon moi, il ne faut pas faire: stalker le prétendant. Pour les néophytes, stalker signifie harceler. Dit comme ça, ça peut faire un peu peur. Mais le terme est tombé dans le langage courant au début des années 2000 et évoque maintenant “une personne qui fouille les profondeurs des Internets pour tout savoir de vous, sans vous vouloir de mal”. En gros, des petits curieux qui veulent savoir à quoi s’attendre une fois qu’ils seront nez-à-nez avec leur rencard et leur mojito.

Mon amie me dit qu’elle a découvert son métier sur Twitter, son âge sur Facebook, ses passions sur Instagram et ses délires les plus étranges en six secondes sur Vine.

J’me mets devant Google, je tape son nom et je lis tout ce qui sort. TOUT!” Mon amie me dit qu’elle a découvert son métier sur Twitter, son âge sur Facebook, ses passions sur Instagram et ses délires les plus étranges en six secondes sur Vine. Elle connait même son niveau d’études, sa série préférée et le dernier livre qu’il a lu. Je lui demande ce dont ils vont bien pouvoir parler quand ils se verront au premier rencard. Elle me répond que tout cela lui servira justement à alimenter la conversation. Du genre “J’ai vu que t’étais allé au Vietnam en 2008, j’ai adoré moi!”. Adieu le visage surpris quand il lui racontera qu’il a effectivement beaucoup voyagé. Adieu les “Oh c’est dingue, moi aussi!”. Tout ça, elle a préféré le faire chez elle, devant son écran. Seule, avec Google.

J’engage dès maintenant un combat contre le stalking. J’encourage la spontanéité de la conversation et les (mauvaises) surprises des premiers rendez-vous.

Rien n’est pire que de se savoir épié sur Internet.

Un autre ami m’explique son point de vue sur le stalking: n’ayant aucune envie de perdre son temps avec une fille qui n’a pas les mêmes goûts que lui, il va plus facilement à un rencard s’il découvre que cette dernière aime le même groupe pop. Pire, ce pote ne s’en cache pas pendant le date. Il avoue donc à sa prétendante qu’il l’a stalkée. J’imagine à peine la réaction de la fille en face: la voilà la (mauvaise) surprise du rendez-vous pour elle. “Je lui dis que je ne pouvais pas attendre de lui poser ces questions en face-to-face et que j’avais très envie de la connaître avant”, m’avoue-t-il. Soit. Je ne peux m’empêcher de penser à ce qui doit se passer dans l’esprit de la jeune femme: “Ce mec a fouillé mon Facebook. Jusqu’où ira-t-il?” Cette histoire commence sur de bonnes bases. Vraiment.

En effet, rien n’est pire que de se savoir épié sur Internet. C’est comme si le mec entrait chez nous sans frapper, ouvrait nos tiroirs et matait nos photos. Cela dit, à nous de faire attention à ce que l’on publie sur les réseaux sociaux. Rappelez-vous cette étude réalisée au Royaume-Uni. Des acteurs ont stalké en profondeur des inconnus et leur ont fait croire, en les croisant dans un bar, qu’ils les connaissaient. En leur ressortant des infos trouvées sur le Web. “Mais si, tu sais, on s’est croisés au mariage d’untel.” D’abord intriguées, les victimes se sentaient alors obligées de “reconnaître” ces “anciens amis”. Si des comédiens peuvent facilement retracer votre vie grâce à Internet, imaginez ce que ça donne avec une target. 

La prochaine fois, réfléchissez-y donc à deux fois. Le stalking ne rend pas le rencard plus facile, le stress est toujours là et pire, il peut même vous gâcher les (bonnes) surprises d’un premier rendez-vous. 


1. Pourquoi je veux lire des contes pour enfants où la princesse ne fait pas le ménage

Le 30 octobre dernier, Le Monde concluait son éditorial, intitulé #metoo ou #balancetonporc, le flot ne s’arrêtera pas, sur cette phrase: “Ce qui se passe depuis quelques semaines est un profond bouleversement, qu’il faut d’abord chercher à comprendre, puis sur lequel hommes et femmes doivent…
Pourquoi je veux lire des contes pour enfants où la princesse ne fait pas le ménage - Cheek Magazine

2. On ne naît pas porc, on le devient

Ces derniers jours, beaucoup de personnes ont sursauté à la vue du hashtag #balancetonporc et se sont largement épanchés sur leurs doutes et leurs critiques. Peut-être parce qu’en France, nous adorons discuter de la forme, du registre de langage, des mots avant de discuter du…
On ne naît pas porc, on le devient - Cheek Magazine

3. Mon année sabbatique: un voyage à la rencontre de moi-même

Au départ, l’idée a suscité l’hilarité. De quoi pouvais-je donc vraiment me plaindre? Je faisais un métier passionnant, j’avais un salaire correct, de nombreux et fidèles amis. Mais depuis quelques semaines, je la sentais, la boule qui montait. L’envie de tout envoyer valdinguer. La difficulté…
Mon année sabbatique: un voyage à la rencontre de moi-même - Cheek Magazine

4. Combat capillaire d’une femme métisse en 17 rounds

Je m'appelle Émilie, je suis née en 1982. Mon père est noir (du Mali), ma mère est blanche (de Loire-Atlantique). Je suis née toute blanche avec pleins de cheveux raides, noirs et droits sur la tête. Dès le départ, je ne ressemble ni à mon…
Combat capillaire d’une femme métisse en 17 rounds - Cheek Magazine

5. Réhabilitons la connasse!

Les gens qui me connaissent peu ou Proust s’attendaient à un roman trapu et grave comme un rugbyman le soir d’une finale du XV de France. C’est un livre de cuisine que je leur ai tendu, intitulé: Les Recettes d’une connasse, et édité par Hachette Cuisine.…
Réhabilitons la connasse! - Cheek Magazine

6. La grossesse vous va si bien

Faire un enfant est, chacun en conviendra à peu près, un acte déterminant et réellement impactant pour un couple. Il semble que ce constat fasse l'unanimité ou presque. Mon expérience personnelle de la grossesse ne va pas contredire cette vérité. En revanche, beaucoup d’autres  postulats …
La grossesse vous va si bien - Cheek Magazine

7. Le VIH, si proche et si lointain

“Je ne vais pas pouvoir venir avec toi en voyage”, m’a-t-il dit. Je vivais à l’époque au Vietnam et nous avions prévu de nous retrouver au Cambodge quelques semaines plus tard, un pays qu’il connaissait bien, et moi aussi. C’est par ces mots, si pudiques et…
Le VIH, si proche et si lointain - Cheek Magazine