cheek_contributions_habillage_desktop

contributions

Par Arthur Oeuvrard

Le stalking a tué le premier rencard


Il s’appelle Damien, je l’ai stalké direct!”. Cette phrase, je viens de l’entendre dans la bouche d’une amie qui vient de flasher sur un mec. Elle fait immédiatement ce que, selon moi, il ne faut pas faire: stalker le prétendant. Pour les néophytes, stalker signifie harceler. Dit comme ça, ça peut faire un peu peur. Mais le terme est tombé dans le langage courant au début des années 2000 et évoque maintenant “une personne qui fouille les profondeurs des Internets pour tout savoir de vous, sans vous vouloir de mal”. En gros, des petits curieux qui veulent savoir à quoi s’attendre une fois qu’ils seront nez-à-nez avec leur rencard et leur mojito.

Mon amie me dit qu’elle a découvert son métier sur Twitter, son âge sur Facebook, ses passions sur Instagram et ses délires les plus étranges en six secondes sur Vine.

J’me mets devant Google, je tape son nom et je lis tout ce qui sort. TOUT!” Mon amie me dit qu’elle a découvert son métier sur Twitter, son âge sur Facebook, ses passions sur Instagram et ses délires les plus étranges en six secondes sur Vine. Elle connait même son niveau d’études, sa série préférée et le dernier livre qu’il a lu. Je lui demande ce dont ils vont bien pouvoir parler quand ils se verront au premier rencard. Elle me répond que tout cela lui servira justement à alimenter la conversation. Du genre “J’ai vu que t’étais allé au Vietnam en 2008, j’ai adoré moi!”. Adieu le visage surpris quand il lui racontera qu’il a effectivement beaucoup voyagé. Adieu les “Oh c’est dingue, moi aussi!”. Tout ça, elle a préféré le faire chez elle, devant son écran. Seule, avec Google.

J’engage dès maintenant un combat contre le stalking. J’encourage la spontanéité de la conversation et les (mauvaises) surprises des premiers rendez-vous.

Rien n’est pire que de se savoir épié sur Internet.

Un autre ami m’explique son point de vue sur le stalking: n’ayant aucune envie de perdre son temps avec une fille qui n’a pas les mêmes goûts que lui, il va plus facilement à un rencard s’il découvre que cette dernière aime le même groupe pop. Pire, ce pote ne s’en cache pas pendant le date. Il avoue donc à sa prétendante qu’il l’a stalkée. J’imagine à peine la réaction de la fille en face: la voilà la (mauvaise) surprise du rendez-vous pour elle. “Je lui dis que je ne pouvais pas attendre de lui poser ces questions en face-to-face et que j’avais très envie de la connaître avant”, m’avoue-t-il. Soit. Je ne peux m’empêcher de penser à ce qui doit se passer dans l’esprit de la jeune femme: “Ce mec a fouillé mon Facebook. Jusqu’où ira-t-il?” Cette histoire commence sur de bonnes bases. Vraiment.

En effet, rien n’est pire que de se savoir épié sur Internet. C’est comme si le mec entrait chez nous sans frapper, ouvrait nos tiroirs et matait nos photos. Cela dit, à nous de faire attention à ce que l’on publie sur les réseaux sociaux. Rappelez-vous cette étude réalisée au Royaume-Uni. Des acteurs ont stalké en profondeur des inconnus et leur ont fait croire, en les croisant dans un bar, qu’ils les connaissaient. En leur ressortant des infos trouvées sur le Web. “Mais si, tu sais, on s’est croisés au mariage d’untel.” D’abord intriguées, les victimes se sentaient alors obligées de “reconnaître” ces “anciens amis”. Si des comédiens peuvent facilement retracer votre vie grâce à Internet, imaginez ce que ça donne avec une target. 

La prochaine fois, réfléchissez-y donc à deux fois. Le stalking ne rend pas le rencard plus facile, le stress est toujours là et pire, il peut même vous gâcher les (bonnes) surprises d’un premier rendez-vous. 


1. La grossesse vous va si bien

Faire un enfant est, chacun en conviendra à peu près, un acte déterminant et réellement impactant pour un couple. Il semble que ce constat fasse l'unanimité ou presque. Mon expérience personnelle de la grossesse ne va pas contredire cette vérité. En revanche, beaucoup d’autres  postulats …
La grossesse vous va si bien - Cheek Magazine

2. Le VIH, si proche et si lointain

“Je ne vais pas pouvoir venir avec toi en voyage”, m’a-t-il dit. Je vivais à l’époque au Vietnam et nous avions prévu de nous retrouver au Cambodge quelques semaines plus tard, un pays qu’il connaissait bien, et moi aussi. C’est par ces mots, si pudiques et…
Le VIH, si proche et si lointain - Cheek Magazine

3. Lettre à mon stérilet

Cher Mimi, Cinq années de cohabitation intra-utérine nous attendent, alors tu permets que je t’appelle Mimi, n’est ce pas? Un surnom presque affectueux pour éviter un nom qui fait peur. Mirena. On dirait le nom d’une gorgone grecque. Ou d’un monstre de l’Odyssée. Certaines vont de Charybde…

4. Congélation des ovocytes: pourquoi l'interdire est déconnecté de la réalité

Chers membres du Comité Consultatif National d’Éthique, Bonne nouvelle, vous venez de vous déclarer favorables au droit à la Procréation Médicalement Assistée pour toutes les femmes, hétérosexuelles, lesbiennes et même célibataires. Enfin presque, puisque, malheureusement, dans votre rapport, vous vous opposez à la vitrification des…
Congélation des ovocytes: pourquoi l'interdire est déconnecté de la réalité - Cheek Magazine

5. Pourquoi la littérature jeunesse doit combattre le sexisme

En mars dernier, j’ai été parrain du festival Femmes dans la Ville, à Cherbourg-en-Cotentin, qui œuvre depuis plus de quinze ans en faveur de l’égalité femmes-hommes. Dans ce cadre, je devais répondre à l’épineuse question: la littérature (jeunesse) est-elle sexiste? Naïf que je suis, j’étais…
Pourquoi la littérature jeunesse doit combattre le sexisme - Cheek Magazine

6. Je travaille en voyageant, je suis une digital nomade

Souvent, les gens autour de moi s'interrogent sur ce que je fais dans la vie. Toujours en vadrouille, à prendre part à mille projets, tout en ayant assez d’argent pour voyager. Même moi, au début, j’avais du mal à mettre un nom sur mon activité.…
Je travaille en voyageant, je suis une digital nomade - Cheek Magazine

7. Mon livre, critique sur les start-ups, a réveillé le sexisme ordinaire

Depuis que mon document critique sur les start-ups, Bienvenue dans le nouveau monde, est paru en février dernier, je reçois un grand nombre de messages d’inconnus. Ce courrier des lecteurs consiste surtout en des messages de remerciement, de soutien ou d’amitié. J’ai pu constater en…
Mon livre, critique sur les start-ups, a réveillé le sexisme ordinaire - Cheek Magazine