contributions

Par un collectif de professionnels de santé

Stop à la désinformation autour des méthodes naturelles de contraception!

Cette tribune est une réponse au récent communiqué de presse de la Fédération Nationale des Collèges de Gynécologie Médicale.  

Dans un récent communiqué de presse et une vidéo dans Le Point, Madame de Reilhac, présidente de la Fédération Nationale des Collèges de Gynécologie Médicale “alerte” sur les “méthodes naturelles” de contraception qui seraient un “retour en arrière” car elles présenteraient un taux d’échec élevé. Nous avons relevé dans ce communiqué -et dans les multiples articles de presse qui ont suivi- de nombreux amalgames qu’il nous semble important de rectifier pour une information réellement éclairée des femmes.

Nous sommes plus de deux-cents. Deux-cents professionnels de santé, médecins, gynécologues, sages-femmes, pharmaciens et chercheurs à dire stop à cette désinformation autour des méthodes naturelles de contraception. Tout comme vous, nous avons chaque jour face à nous des patientes pour qui nous voulons le meilleur et la meilleure efficacité. C’est précisément pour cela que nous déplorons qu’aujourd’hui encore la peur, l’ignorance ou des préjugés infondés puissent primer sur l’information des patients. Nous considérons que le “choix” contraceptif des femmes ne sera absolu et absolument libre que lorsque nous en aurons fini avec cette méconnaissance qui prive les femmes d’une partie de l’offre contraceptive existante.

Non, les “méthodes naturelles” ne sont pas toutes à mettre dans le même sac.

Par cette tribune, nous souhaitons faire le point sur ce qu’il en est réellement de l’efficacité des différentes méthodes de contraception dites “naturelles”, de leur soi-disant “adoption massive” par les jeunes femmes et de leur prétendu impact sur les taux d’IVG:

Non, les “méthodes naturelles” ne sont pas toutes à mettre dans le même sac. Par exemple, le retrait n’a rien à voir avec les méthodes modernes d’observation du cycle (comme la symptothermie, la méthode de l’ovulation Billings ou Fertility Care) dont l’efficacité élevée a été scientifiquement évaluée à maintes reprises [1]. Pourtant, malgré des taux d’efficacité absolument incomparables, les tableaux présentant les différentes méthodes contraceptives persistent à les classer dans la même catégorie fourre-tout intitulée “méthodes naturelles”.

Non, il n’y a pas un “recours massif” des Françaises aux méthodes naturelles (4,6 % selon le dernier baromètre Santé Publique France).

Non, le taux d’IVG par femme n’augmente pas en France, il est stable ces dernières années, voire à la baisse, et ce alors que les Françaises se détournent de plus en plus de la pilule [2].

Non, les “méthodes naturelles” ne se résument pas à la “bonne vieille méthode Ogino”. Car cette méthode, que nous déconseillons également, se contente de calquer un “calendrier” prédéfini pour toutes les femmes alors que les cycles varient selon chaque femme et au cours de la vie.

Oui, des méthodes naturelles très fiables existent et font l’objet d’indices d’efficacité scientifiquement évalués et reconnus au niveau mondial.

D’ailleurs, oui, tout comme vous, nous déconseillons vivement et explicitement à nos patientes les pratiques dites “naturelles” dont la fiabilité est insuffisante: retrait (ou “coït interrompu”), prévision de la date d’ovulation par “calcul” (méthode Ogino ou méthode du calendrier), applications “calendrier” pour smartphone, méthode des températures seules, etc.

Oui, des méthodes naturelles très fiables existent et font l’objet d’indices d’efficacité scientifiquement évalués et reconnus au niveau mondial: les méthodes Creighton, sympto-thermique, Billings, Marquette… Ce sont des méthodes d’observation du cycle élaborées par des médecins chercheurs, puis enseignées par des instructeurs accrédités, ces méthodes reposent sur une observation quotidienne des biomarqueurs de la fertilité, afin d’identifier avec précision les jours infertiles et les jours fertiles du cycle. Et la science ne cesse de continuer à les affiner et à les évaluer pour en tirer le meilleur.

Oui, pour garantir un fort taux d’efficacité, elles nécessitent rigueur, formation et aucun “bricolage”. Nous ne sous-estimons pas les difficultés liées à leur apprentissage mais nous témoignons aussi de la façon dont de nombreuses femmes, de nombreux couples les intègrent aisément à leur vie et en sont parfaitement satisfaits.

Quand cesserons-nous de faire croire aux femmes que les méthodes scientifiques d’observation du cycle sont archaïques, peu fiables, approximatives, aléatoires?

Ainsi, à l’heure où une nouvelle génération de femmes semble vouloir reprendre possession de son corps via ce qu’elle appelle l’“empowerment”, nous croyons que nous, professionnels de santé, devons être à l’écoute de cette demande. Nous croyons qu’il est nécessaire que nous soyons compétents et à la hauteur de leurs attentes, afin de les accompagner efficacement et sans jugement.

Alors, chers Confrères, quand cesserons-nous de faire croire aux femmes que les méthodes scientifiques d’observation du cycle sont archaïques, peu fiables, approximatives, aléatoires? Quand cesserons-nous de leur laisser penser que sans nous, professionnels de santé, elles ne peuvent se connaître? Les femmes ont le droit de comprendre comment fonctionne leur organisme. Les femmes en sont capables.

[1] Manhart, M.D., Duane, M., Linda, A., Sinai, I., Golden-Tevald J. Fertility awarenessbased methods of family planning: A review of effectiveness for avoiding pregnancy using SORT, Osteopathic Family Physician, 2013, 5(1), 2-8. https://www.factsaboutfertility.org/research/

[2]  Vilain A. Les interruptions volontaires de grossesse en 2015. Études et Résultats, n° 0968, juin 2016 et Rahib D, Le Guen M, Lydié N. Baromètre santé 2016.


1. J'ai couché avec un seul homme dans ma vie, et tout va bien

J’ai 30 ans. Je n’ai jamais été larguée et je n’ai jamais largué personne. Non vous n’êtes pas en train de lire le journal de Bridget Jones et d’ailleurs je ne suis pas là pour me plaindre. Mais les faits sont là: la rupture, je…
J'ai couché avec un seul homme dans ma vie, et tout va bien - Cheek Magazine

2. J'ai fait un AVC à 33 ans

Ce matin de novembre 2018, j’ignorais en me réveillant que toute ma vie changerait en quelques heures. Je m'appelle Margot, à l'époque j'ai 33 ans, je suis prof en collège, jeune maman et je vais basculer dans le monde du handicap. Tout s'enchaîne, les secours, l'arrivée aux…
J'ai fait un AVC à 33 ans - Cheek Magazine

3. L’égalité des genres commence par l’éducation de nos filles et de nos garçons 

Qui fait à manger ce midi? Qui lance une machine? Qui range, passe l’aspirateur ou fait la liste des courses? Et par-dessus tout, à l’heure du télétravail généralisé, qui s’occupe des enfants? Le confinement a été notre grand tête-à-tête avec les inégalités de genre. En…
L’égalité des genres commence par l’éducation de nos filles et de nos garçons  - Cheek Magazine

5. Journal du confinement: Ce déconfinement qui ne vend pas du rêve

Quand nous nous sommes embarqué·e·s dans la grande aventure du confinement, il y a presque deux mois, nous ne savions pas très bien ce que nous faisions. Nous avons donc commencé par nous barricader chez nous quand nous le pouvions, en stockant des pâtes et…
Journal du confinement: Ce déconfinement qui ne vend pas du rêve - Cheek Magazine

6. Comment les films déprimants ont sauvé mon confinement

Je n’ai jamais compris pourquoi la majorité des gens regardaient Love Actually pour se consoler d’une rupture amoureuse. Assister aux prémices d’une histoire d’amour quand on lorgne sa boîte de Lexomil du coin de l’œil relève plus du masochisme que du réconfort. Regarder pour la énième…
Comment les films déprimants ont sauvé mon confinement - Cheek Magazine

7. Confinement: suis-je la seule à aimer ça (et à en avoir honte…)?

Attention, il ne s’agit pas de sexe: aimer ça, je suis loin d’être la seule, et avoir honte, ce n’est plus le cas de personne, j’espère. Non, il s’agit du confinement. Pour de multiples raisons, j’adore ce que je suis en train de vivre, et…
Confinement: suis-je la seule à aimer ça (et à en avoir honte…)? - Cheek Magazine