cheek_contributions_habillage_desktop

contributions

Pourquoi nous avons monté le collectif féministe Georgette Sand

© Clélia Bénard pour Cheek Magazine
© Clélia Bénard pour Cheek Magazine

© Clélia Bénard pour Cheek Magazine


Le collectif Georgette Sand s’est créé autour de l’interrogation suivante: “Faut-il vraiment s’appeler George pour être prise au sérieux?” Avant que la récente polémique sur “Madame LE Président” n’éclate, il y avait déjà eu les Unes sexistes de grands hebdomadaires français ou encore l’acharnement médiatique sur certaines femmes politiques. Mais surtout, une absence: 20% de femmes expertes dans les médias, une quasi-invisibilité dans les manuels scolaires, la hiérarchie des entreprises ou encore l’espace public.

Le collectif Georgette Sand a choisi de militer sur deux axes: la déconstruction des stéréotypes de genre et la valorisation de l’expertise des femmes.

Dans la sphère privée, même constat. Présentes mais derrière, plus bas, à l’écart, du fait d’un mécanisme parfois ostentatoire, parfois inconscient, et parfois même de leur fait, notre culture valorisant la retenue des petites filles dans un pays où l’on dépense 139,4 milliards d’euros pour l’éducation des femmes et des hommes. En somme, une perte d’énergie et d’argent, surtout quand on sait que la majorité de celles qui ont accumulé diplômes et savoir-faire ne l’exploiteront pas à 100% pour de mauvaises raisons.

Dans la galaxie féministe, qui se bat globalement pour modifier un système de violence, d’exclusion et d’inégalités, le collectif Georgette Sand a choisi de militer sur deux axes: la déconstruction des stéréotypes de genre et la valorisation de l’expertise des femmes. Car elles s’excusent souvent de prendre la parole et ne se sentent pas légitimes, signe qu’il faut donc travailler sur la prise de parole, la capacité d’(auto)mentorat, la construction d’un langage et de comportements qui ne véhiculeraient pas de stéréotypes sexistes ou de l’auto-censure.

 

Connasse c’est has been

L’insulte fait intrinsèquement partie de notre quotidien et marque notre inconscient collectif. Georgette Sand tient beaucoup à ce défouloir. Sauf que la grande majorité des insultes usuelles sont sexistes, racistes, homophobes ou encore transphobes… La banalité apparente des conventions langagières traduit des rapports humains. Les insultes, comme beaucoup de mots, d’expressions ou de phrases nous enferment malgré nous dans une vision déformée du monde et des relations entre les individus, une vision profondément inégalitaire. Si la plupart des insultes sont sexistes, pour changer la société, changeons également d’insultes: comme Florence Foresti le dit, “Connasse, c’est has been!

 

Le marketing genré fait douiller

En France, les femmes gagnent 27% de moins que les hommes, occupent 82% des emplois à temps partiel et leur retraite est inférieure de 42%. Pourtant le marketing genré ne se contente pas de segmenter le marché entre filles et garçons et de véhiculer des stéréotypes: il pousse à la surconsommation et inflige une taxation spécifique aux femmes. Coiffeur, produits d’hygiène, pressing, retoucherie, vous pensiez que femmes et hommes payaient le même prix? Vous en avez la preuve inverse ici, avec la “woman tax”. (Ndlr: le sujet a fait la Une du Parisien le 3 novembre)

 

Georgette, la nouvelle Aurore

Georgette Sand doit son nom à une certaine Aurore Dupin, contrainte à son époque de s’habiller en garçon et de se faire appeler George Sand pour être prise au sérieux. La même qui disait que l’éducation à l’émancipation était prioritaire à l’émancipation elle-même, car pourquoi donner des droits à celles qui n’auront pas la liberté de les utiliser? Libérer la parole, dénoncer le marketing genré ou des éléments de langage sexistes ne relève pas d’un combat pour des droits fondamentaux mais s’avère indispensable pour que l’égalité entre femmes et hommes devienne réelle. Dans son manifeste, Georgette Sand affirme son ambition: combattre les visions essentialistes “qui considèrent comme naturelles l’assurance des hommes et la réserve des femmes alors qu’il s’agit de la traduction d’acquis éducatifs”. Et souhaite “coacher pour aider les femmes à se projeter sur ce qu’elles ont toujours connu décliné au masculin”. 

 


Sexistes récidivistes, tremblez ! par georgettesand 


1. La grossesse vous va si bien

Faire un enfant est, chacun en conviendra à peu près, un acte déterminant et réellement impactant pour un couple. Il semble que ce constat fasse l'unanimité ou presque. Mon expérience personnelle de la grossesse ne va pas contredire cette vérité. En revanche, beaucoup d’autres  postulats …
© Clélia Bénard pour Cheek Magazine  - Cheek Magazine
© Clélia Bénard pour Cheek Magazine

2. Le VIH, si proche et si lointain

“Je ne vais pas pouvoir venir avec toi en voyage”, m’a-t-il dit. Je vivais à l’époque au Vietnam et nous avions prévu de nous retrouver au Cambodge quelques semaines plus tard, un pays qu’il connaissait bien, et moi aussi. C’est par ces mots, si pudiques et…
© Clélia Bénard pour Cheek Magazine  - Cheek Magazine
© Clélia Bénard pour Cheek Magazine

3. Lettre à mon stérilet

Cher Mimi, Cinq années de cohabitation intra-utérine nous attendent, alors tu permets que je t’appelle Mimi, n’est ce pas? Un surnom presque affectueux pour éviter un nom qui fait peur. Mirena. On dirait le nom d’une gorgone grecque. Ou d’un monstre de l’Odyssée. Certaines vont de Charybde…

4. Congélation des ovocytes: pourquoi l'interdire est déconnecté de la réalité

Chers membres du Comité Consultatif National d’Éthique, Bonne nouvelle, vous venez de vous déclarer favorables au droit à la Procréation Médicalement Assistée pour toutes les femmes, hétérosexuelles, lesbiennes et même célibataires. Enfin presque, puisque, malheureusement, dans votre rapport, vous vous opposez à la vitrification des…
© Clélia Bénard pour Cheek Magazine  - Cheek Magazine
© Clélia Bénard pour Cheek Magazine

5. Pourquoi la littérature jeunesse doit combattre le sexisme

En mars dernier, j’ai été parrain du festival Femmes dans la Ville, à Cherbourg-en-Cotentin, qui œuvre depuis plus de quinze ans en faveur de l’égalité femmes-hommes. Dans ce cadre, je devais répondre à l’épineuse question: la littérature (jeunesse) est-elle sexiste? Naïf que je suis, j’étais…
© Clélia Bénard pour Cheek Magazine  - Cheek Magazine
© Clélia Bénard pour Cheek Magazine

6. Je travaille en voyageant, je suis une digital nomade

Souvent, les gens autour de moi s'interrogent sur ce que je fais dans la vie. Toujours en vadrouille, à prendre part à mille projets, tout en ayant assez d’argent pour voyager. Même moi, au début, j’avais du mal à mettre un nom sur mon activité.…
© Clélia Bénard pour Cheek Magazine  - Cheek Magazine
© Clélia Bénard pour Cheek Magazine

7. Mon livre, critique sur les start-ups, a réveillé le sexisme ordinaire

Depuis que mon document critique sur les start-ups, Bienvenue dans le nouveau monde, est paru en février dernier, je reçois un grand nombre de messages d’inconnus. Ce courrier des lecteurs consiste surtout en des messages de remerciement, de soutien ou d’amitié. J’ai pu constater en…
© Clélia Bénard pour Cheek Magazine  - Cheek Magazine
© Clélia Bénard pour Cheek Magazine