culture

10 bonnes raisons de (re)voir “10 bonnes raisons de te larguer”

Le film 10 bonnes raisons de te larguer fête ses 20 ans. Féministe, drôle et émouvante, on ne se lasse pas de cette comédie romantique à l’énergie riot grrrl.
DR
DR

DR


C’était il y a 20 ans et celles et ceux qui l’ont vu s’en rappellent encore: le sourire de Heath Ledger, sa danse dans les gradins sur le morceau Can’t Take My Eyes off of You, le monologue de Julia Stiles, les chemises de Joseph Gordon-Levitt, la playlist… Cette comédie romantique de Gil Junger raconte la tentative du bad boy du lycée de séduire la féministe anti-capitaliste du lycée pour se faire un peu de thunes sur le dos du beau gosse du lycée. 10 bonnes raisons de te larguer, c’est le film qui a donné envie à une génération de filles de lire La Femme mystifiée, d’écouter des “angry women in rock” et qui a convaincu une génération de garçons qu’on pouvait être “bad boy” et foncièrement gentil. Voici 10 bonnes raisons de célébrer les 20 ans de ce classique.

 

1. Le sourire de Heath Ledger

Ai-je besoin d’en dire plus? Non. Heath Ledger, tu nous manques.

via GIPHY

 

2. Le refus de Kat de se conformer aux attentes de la société

Kat (alias Katarina Stratford, interprétée par l’actrice Julia Stiles) se fiche bien de plaire aux garçons, Kat se fiche bien qu’on puisse penser qu’elle n’est pas suffisamment féminine ou gentille ou souriante. Kat ne veut pas faire des choses qu’elle risque de regretter (comme coucher avec un garçon) par pression sociale. Kat veut vivre selon ses envies, ses standards.

Julia Stiles Love GIF - Find & Share on GIPHY

 

3. Le génie des looks.

Crop tops, baggys et cardigans, voici le style “nostalgie des années 90” dont on a vraiment besoin.

10 Things I Hate About You Dance GIF - Find & Share on GIPHY

 

4. La critique de l’appropriation culturelle.

10 bonnes raisons de te larguer ne serait rien sans le prof de littérature afro-américain qui se moque à la fois du privilège de Kat, des rasta blancs et du manque d’auteurs et autrices noir·e·s dans le programme scolaire. C’est un peu Dear White People à lui tout seul.

10 Things I Hate About You Rasta GIF - Find & Share on GIPHY

 

5. Joseph Gordon-Levitt qui essaie de parler français.

Avec une réplique complètement WTF.

via GIPHY

 

6. La bande-son

La bande originale du film est un parfait mélange de pop, funk, ska et rock féminin énervé des années 90. Letters to Cleo, Joan Jett… difficile de ne pas danser sur cette playlist qui ne semble pas vieillir.

10 Things I Hate About You GIF - Find & Share on GIPHY

 

7. La critique du patriarcat

En moins de cinq phrases, Kat réussit à dénoncer la misogynie des artistes mis sur un piédestal, l’oubli des femmes dans l’histoire et le sexisme dans l’éducation. On n’a pas revu d’exposé sur l’invisibilisation des femmes aussi efficace depuis.

10 Things I Hate About You Hemingway GIF - Find & Share on GIPHY

via GIPHY

 

via GIPHY

10 Things I Hate About You Feminism GIF - Find & Share on GIPHY

 

8. La virilité non-toxique de Patrick

Malgré son nom ringard, Patrick est le bad boy qui fait craquer tout le monde. Il est ponctuel (quand cela compte), aime les filles qui ont des choses à dire, est là pour ses amis, aide sa famille, et surtout il s’assure que les filles soient sobres et consentantes avant de les embrasser.

Heath Ledger Love GIF - Find & Share on GIPHY

 

9. La mise en scène de la colère féminine

Dans 10 bonnes raisons de te larguer, les femmes veulent en finir avec les prédateurs sexuels. Kat écrase la voiture de Joey, et Bianca le frappe en public: deux fois au visage, un fois dans l’entrejambe, alors qu’elle porte une robe rose. Les femmes ne sont pas là pour être gentilles. Il n’y aura plus d’impunité. Passez le mémo.

via GIPHY

 

10. Les références féministes.

Le film est truffé de références féministes. On y voit Kat qui lit Sylvia Plath, Patrick qui cherche La Femme mystifiée à la librairie et on apprend que Kat adore les Raincoats et Bikini Kill. Oui!

Heath Ledger GIF - Find & Share on GIPHY

Aline Mayard 


2. Avec son roman, Sara Collins a imaginé une Jane Eyre noire

Quand elle était jeune, Sara Collins dévorait les romans des sœurs Brontë et de Mary Shelley. Aujourd’hui, elle vient de sortir son premier roman, Les Confessions de Frannie Langton, inspiré de ces classiques. Avec pour héroïne une ancienne esclave embarquée de la Jamaïque à Londres.
DR - Cheek Magazine
DR

3. Avec “Hors la loi”, elles rejouent le procès de Bobigny sur l’IVG

La pièce Hors la loi de Pauline Bureau, met en scène à la Comédie Française l’histoire de l’ado Marie-Claire Chevalier, jugée pour avoir avorté en 1971 alors que c’était encore illégal en France. Trois bonnes raisons de prendre sa place avant le 7 juillet.
DR - Cheek Magazine
DR

5. “Gentleman Jack”, le biopic lesbien qui révolutionne le genre

Actuellement diffusée sur OCS city, la série Gentleman Jack raconte l’histoire de la première “lesbienne moderne”, Anne Lister. Exploratrice en haut-de-forme, elle a ouvert la voie à des futurs féministes.
DR - Cheek Magazine
DR

7. Pourquoi les personnages féminins sont toujours coincés dans des stéréotypes sexistes

Des séries aux blockbusters en passant par les sagas littéraires, la conception de personnages féminins nuancés et inspirants demeure un défi parfois insurmontable pour l’industrie du divertissement qui se repose souvent sur des tropes stéréotypés.
DR - Cheek Magazine
DR