culture

Musique

10 chansons de rap qui parlent de clitoris

Le site Madame Rap nous a concocté une playlist bien hot, qui parle du plaisir au féminin. 
Azealia Banks, DR
Azealia Banks, DR

Azealia Banks, DR


Vous avez envie d’écouter des chansons qui célèbrent le plaisir féminin? Rien de plus facile, de nombreuses rappeuses font l’éloge de ce super organe dédié uniquement à notre plaisir. De Lil’ Kim à Nicki Minaj en passant par Roll-K et Trina, voici 10 titres de rap qui parlent de clitoris et en chantent les louanges!

 

Lick It – God-des and She (2008)

Ce n’est pas un hasard si ce titre du duo LGBT d’Austin s’est retrouvé sur la BO de The L Word, et ses interprètes invitées dans un épisode de la série. Entre conseils pratiques pour réussir son cunnilingus et sonorités pop accrocheuses, un remède efficace pour se mettre de bonne humeur le matin!

Écarte ses lèvres avant de l’embrasser / Tu veux t’assurer de trouver le clito / Lèche-le un peu et partout autour / Lèche-la aussi dessus jusqu’à ce que tu l’entendes faire du bruit”

 

Work it – Missy Elliott (2002)

Connue pour ses tenues fantasques et son univers martien, Missy Elliott a parfois des textes énigmatiques. Mais dans Work It, le message est très clair:

Descends et mange-le comme un vautour / Tu vois mes hanches et mes pointes, n’est-ce pas? / Tu vois mon cul et mes lèvres, n’est-ce pas?”

 

Not Tonight Lil’ Kim (1996)

Lil’ Kim a une passion toute particulière pour le clitoris. L’organe occupe une large partie des textes de la Queen Bitch, qui, dès 1996, annonce la couleur dans cette ode au cunnilingus avec son refrain entêtant: “Je ne veux pas de bite ce soir, mange-moi bien la chatte.” Elle y expose aussi sa vision très personnelle de “pas de bras, pas de chocolat”, qui ressemble plus à “pas de léchouille, pas de pénétration” (“You ain’t lickin’ this, you ain’t stickin’ this”).

 

Is the Pussy Still Good – Bytches With Problems (1991)

Dans les années 1990, le duo de rappeuses BWP fait scandale avec ses titres sexuellement explicites. En dépit de leur nom de scène, “Des salopes avec des problèmes”, elles ne semblent avoir aucun problème avec leur sexualité et leur conception du plaisir féminin: “Mange ma chatte, ne t’arrête pas, engloutis-la comme un cochon mange de la bouillie. 

 

My Neck, My Back – Khia (2002)

La rappeuse/productrice de Philadelphie Khia fait un carton en 2002 avec ce tube écrit en 15 minutes chrono. Sorte de tutoriel sexo pour curieux voulant s’améliorer (“Ma nuque, mon dos, lèche ma chatte et ma fente”), le morceau porte aussi un message d’empowerment et incite les femmes à mieux connaître leur corps.

 

Roule avec Roll-K – Roll-K (2000)

Auto-baptisée “super lopsa”, Roll-K, à l’image sexy et ultra-féminine, représente un peu l’une des premières Lil’ Kim made in France. C’est donc tout naturellement que l’on trouve une allusion au clitoris parmi ses textes sulfureux et décomplexés.

Lèche moi le clit bébé, rentre bien ta langue / Si tu assures, j’ramène des copines et on fait un gang bang. 

 

I Endorse These Strippers – Nicki Minaj featuring Tyga & Brinx (2012)

On ne la présente plus. Dans ce titre lubrique à souhait, la Queen of Hip Hop apporte son soutien aux strip-teaseuses qu’elle encourage à “jouer avec (son) clito”.

 

Tongue Song – Trina (2009)

Avec Tongue Song, la MC de Miami féminise le tube de Sisqo Thong Song avec un message clair comme de l’eau de roche: “J’aime quand tu le lèches lentement / Bébé rends ma chatte dure / Je sais que tu la veux alors / Donne-moi ta langue langue langue.

 

212 – Azealia Banks (2011)

Derrière son pull Mickey, son air mutin et ses tresses symétriques, qui se douterait qu’Azealia Banks est en train de nous raconter son cunnilingus vespéral? Et pourtant: “Elle veut lécher ma prune le soir / Et mettre sa longue bien profond. 

 

Candy  Foxy Brown featuring Kelis (2001)

Dans la série “allégorie de mon clitoris”, Foxy Brown opte pour le bonbon, qui est sucré, mais pas trop non plus. De toute façon, pour le savoir, il faut goûter! “Même si je suis douce / Rien n’est sucré / Dis-moi quand tu es prêt pour manger. 

Madame Rap


1. Owlle, magicienne pop qui aime l'ombre et la lumière

Quatre ans après son premier album, Owlle revient avec Summer Crisis, un nouvel Ep qui annonce le virage pop de son nouvel album, Heavy Weather, à paraître dans les mois qui viennent. 
Azealia Banks, DR - Cheek Magazine
Azealia Banks, DR

3. Elles ont crée Belleville, une maison d'édition consacrée aux littératures étrangères et engagées

Dorothy Aubert et Marie Trébaol, deux éditrices parisiennes, ont lancé la maison Belleville en 2015. Elles donnent ainsi la parole à des autrices et auteurs militant·e·s, venu·e·s de Turquie, d’Arménie ou encore d’Égypte, et nous entraîne à la découverte de nouvelles cultures. Entretien express.
Azealia Banks, DR - Cheek Magazine
Azealia Banks, DR

4. Whitney Houston aurait été sexuellement abusée enfant

Dans un documentaire évènement sur la vie de la chanteuse, le réalisateur Kevin Macdonald dévoile le témoignage du demi-frère de Whitney Houston qui accuse leur cousine Dee-Dee Warwick d’avoir abusé d’eux lorsqu’ils étaient enfants. 
Azealia Banks, DR - Cheek Magazine
Azealia Banks, DR

6. “Behind the Scars”: quand une photographe s'intéresse aux histoires derrière les cicatrices

Une opération, une chute ou des blessures auto-infligées: derrière les cicatrices se cache souvent une histoire. Pour son projet Behind the Scars, la photographe britannique Sophie Mayanne invite ses sujets à raconter la genèse de leurs marques et à examiner l’impact qu’elles ont eu sur la construction de leur identité. 
Azealia Banks, DR - Cheek Magazine
Azealia Banks, DR

7. Adelaïde Bon signe un roman incroyable sur le viol qu'elle a subi enfant

Elle avait 9 ans quand elle a été violée dans la cage d’escalier de son immeuble. Le coupable ne sera retrouvé et inculpé que 23 ans plus tard. Entre-temps, Adélaïde Bon a souffert et surtout culpabilisé jusqu’à l’autodestruction. Aujourd’hui, elle raconte son parcours dans La Petite fille sur la banquise, un récit littéraire saisissant qui dénonce la culture du viol et la tendance à minimiser un crime que la société peine à définir, à comprendre et donc parfois à punir.
Azealia Banks, DR - Cheek Magazine
Azealia Banks, DR