culture

Cinéma / “Les Innocentes”

Dans “Les Innocentes”, elles racontent la grossesse involontaire d'un groupe de bonnes sœurs

Sabrina B. Karine et Alice Vial ont coécrit le scénario du film Les Innocentes, qui raconte la grossesse involontaire de plusieurs nonnes polonaises violées par des soldats russes pendant la Deuxième guerre mondiale, et secourues par une médecin française.
© Anna Wloch
© Anna Wloch

© Anna Wloch


À respectivement 29 et 31 ans, Alice Vial et Sabrina B. Karine incarnent une certaine idée de la relève dans le cinéma français. Coauteures du scénario des Innocentes, sélectionné au festival de Sundance et en salles aujourd’hui, les deux jeunes femmes ont travaillé quatre ans sur cette histoire qui leur a été soufflée par Philippe Maynial, président du prix Sopadin. Alors qu’elles sont toutes deux finalistes de ce prix récompensant les scénaristes de moins de 30 ans, Philippe Maynial évoque en leur présence des souvenirs de sa grande-tante médecin qui s’est retrouvée dans un couvent polonais à la fin de la Deuxième guerre mondiale.

Alice Vial et Sabrina B.Karine se lancent sur cette piste et élaborent l’histoire qui donnera naissance au film réalisé par Anne Fontaine, avec Lou de Laâge dans le rôle de la jeune docteure française venant en aide aux bonnes sœurs. “Un scénario repose toujours sur des problèmes, résume Alice Vial, et quoi de plus fou que des nonnes qui vivent en autarcie loin des hommes et qui se retrouvent enceintes?” En effet, l’histoire est dingue, et du scénario à la réalisation en passant par la chef-opératrice, l’affiche est très féminine. Interview express.

Pourquoi cette histoire improbable?

On a tout de suite été séduites par cette communauté de femmes qui s’entraident. En faisant des recherches sur les nonnes et en partant à leur rencontre, on a découvert qu’elles étaient loin de l’image cul-cul qu’on s’en fait. Ce sont des femmes très philosophes qui passent leur temps à réfléchir sur le monde qui les entoure, on a été bouleversées par nos échanges avec elles. Leur solidarité dans ce couvent fait écho à des histoires très actuelles.

Sabrina B. Karine et Alice Vial sont les coscénaristes du film les Innocentes d'Anne Fontaine

Sabrina B. Karine et Alice Vial © Marine Andrieux

Peut-on dire que Les Innocentes est un film de femmes?

C’est sûr que l’équipe est très féminine, et d’ailleurs la productrice qui a repéré le projet la première, Isabelle Grellat, de la société Les Mandarins, était aussi une femme. C’est toujours difficile de généraliser, mais ce ne serait pas étonnant que le public soit majoritairement féminin aussi. Le rapport au corps, à la grossesse et à l’accouchement qui est mis en scène est probablement plus familier pour les femmes que pour les hommes, qui n’ont pas l’habitude de ces sujets. Par ailleurs, c’est parfois difficile pour les spectateurs de se confronter à la violence que peuvent infliger d’autres hommes aux femmes. Heureusement, le personnage de Vincent Macaigne réhabilite le sexe masculin!

Écrit-on de meilleurs personnages féminins quand on est une femme?

Si on fait bien son travail de scénariste, on peut écrire sur tout et tout le monde. Quand on crée des personnages, on fait des recherches sur eux, on doit leur donner de la complexité, les aimer, se mettre à leur place, même s’ils ne nous ressemblent pas. Ça, c’est la théorie, mais en pratique, il faut bien reconnaître qu’on vient souvent nous voir quand il s’agit d’écrire sur les femmes, et qu’on apporte quelque chose.

Comment étoffer les personnages féminins au cinéma?

Il ne suffit pas de leur mettre un flingue dans les mains et de les faire parler comme des mecs, comme c’est la mode à Hollywood ces derniers temps, où les rôles de superhéroïnes se multiplient. Écrire un rôle fort pour une femme, c’est plus complexe et intéressant que ça, et c’est sûr que les femmes scénaristes ont un rôle à jouer pour améliorer l’offre existante. Mais il y a aussi du boulot sur les rôles masculins, qui sont souvent désolants au cinéma. Les mecs devraient se révolter contre la vision caricaturale qu’on a d’eux.

Propos recueillis par Myriam Levain

En salles le 10 février 2016.


1. “Les Chatouilles”: un film poétique et réaliste sur la reconstruction d'une femme violée dans son enfance

En salles le 14 novembre, Les Chatouilles raconte la reconstruction d’Odette, une trentenaire violée à plusieurs reprises par un ami de ses parents, à l’âge de huit ans. Le scénario est très inspiré du parcours d’Andréa Bescond, coréalisatrice du film avec Éric Métayer, qui y interprète son propre rôle, après avoir raconté son histoire sur les planches. Rencontre.
© Anna Wloch - Cheek Magazine
© Anna Wloch

2. 3 temps forts à ne pas manquer au festival Inrocks 2018

Retour du festival Inrocks dès le 21 novembre. De Lolo Zouaï à Oh Mu en passant par la conférence sur les nuits lesbiennes organisée par Cheek Magazine, 3 temps forts à ne pas manquer.    
© Anna Wloch - Cheek Magazine
© Anna Wloch

5. Avec sa romance lesbienne, Pauline Delabroy-Allard signe un grand livre sur la passion

Pauline Delabroy-Allard a été la sensation de la rentrée littéraire avec Ça raconte Sarah, récit d’une passion intense entre deux femmes. À tout juste 30 ans, elle était jusqu’à cette semaine la dernière femme en lice pour le prix Goncourt. Elle est toujours dans la course pour le Médicis.
© Anna Wloch - Cheek Magazine
© Anna Wloch

6. Comment les sorcières sont devenues des icônes féministes au cinéma

Après Call Me By Your Name, le cinéaste italien Luca Guadagnino s’offre un remake du cultissime Suspiria de Dario Argento (1977). Dans le premier rôle, une femme furieusement à la mode de nos jours, la sorcière. Une figure féminine, qui, autrefois résumée à son chapeau et son nez crochu, fait aujourd’hui office d’icône féministe dans la pop culture et notamment les salles obscures.
© Anna Wloch - Cheek Magazine
© Anna Wloch

7. Grosses et fières de l'être, les rappeuses body positive prennent le micro

Assumer son corps non conforme aux normes et revendiquer ses rondeurs comme outil d’affirmation et de libération: depuis quelques années, certaines rappeuses nouvelle génération font du body positive un combat en mots et en images. 
© Anna Wloch - Cheek Magazine
© Anna Wloch