culture

Musique

Science-fiction, Björk et droits LGBT: Katie Stelmanis, d'Austra, commente pour nous son fil Instagram

© Renata Raksha
© Renata Raksha

© Renata Raksha


Depuis son premier album paru en 2011, le groupe Austra a connu différentes moutures mais conservé une composante essentielle: Katie Stelmanis, cerveau et incarnation principale du projet. Cette Canadienne de 31 ans, formée au chant lyrique, envoie sur orbite ses compositions électro-pop grâce à ses cordes vocales surentraînées et à une réverb’ de cathédrale devenue sa marque de fabrique. 

 

 

Mais, en plus d’avoir imposé un son reconnaissable entre tous, Katie Stelmanis est aussi une personnalité à part: engagée, elle a baptisé le troisième album d’Austra, qui sortira le 20 janvierFuture Politics, et invite ses auditeurs à imaginer un futur débarrassé du capitalisme et des discriminations liées au genre. Féministe convaincue, lesbienne revendiquée, Katie Stelmanis était à Paris début novembre pour assurer la promo de son nouveau disque. C’était au lendemain de l’élection de Donald Trump alors, forcément, la discussion, autour des photos de son compte Instagram, a pris un tour particulier. 

 

Austra Instagram SF féministe

Un tas de livres de science-fiction… Ton genre de littérature fétiche?

J’adore ça. Pour ce nouvel album, j’ai lu plein de livres économiques et philosophiques sur le futur et le post-capitalisme, et puis j’ai réalisé que la science-fiction pouvait apporter beaucoup de réponses à ces questions. La science-fiction est une ressource extraordinaire, car fantasmer le futur est un excellent moyen de nous aider à imaginer comment la vie pourrait être meilleure. En regardant vers le futur, la science-fiction est aussi une critique de notre société présente. J’ai donc sciemment lu de la science-fiction à la chaîne, en particulier de la science-fiction féministe. 

La science-fiction féministe est un sous-genre prolifique?

Oh oui… La science-fiction a beaucoup été critiquée pour être souvent écrite d’une perspective masculine. La SF féministe prend le contrepied de ça: soit les femmes y détiennent le pouvoir, soit les genres sont effacés. Dans le genre, je recommande particulièrement Woman on the Edge of Time, de Marge Piercy. 

 

Austra Instagram Gay pride

Cette photo a été prise pendant une gay pride? 

Pendant une Dyke March à New York, pour être précise. (Sourire.) Je n’avais pas défilé depuis longtemps, mais je tenais vraiment à participer à ce rassemblement-là. C’était super cool, j’avais oublié ce que c’était, d’être entourée par des milliers de lesbiennes: c’est génial! (Rires.) 

Tu as toujours parlé ouvertement de ta sexualité et pris position en faveur des droits des LGBTQ. Comment te sens-tu ce matin, au lendemain de l’élection de Trump?

Tu veux dire au lendemain de l’apocalypse? Je suis dévastée. Complètement sous le choc. Je n’aurais jamais pensé que cela puisse arriver. Si Hillary Clinton avait été un homme, elle aurait été élue sans aucun doute possible. Elle est plus qualifiée que n’importe quel président mâle que nous avons eu: c’est une putain de tragédie. 

Tu penses que les droits des LGBTQ sont menacés, avec l’arrivée au pouvoir de quelqu’un comme Trump?

Clairement. Je ne me sens pas directement menacée moi-même, car je ne pense pas que les grandes villes libérales du monde vont changer drastiquement -New York n’a pas voté pour Trump, Toronto non plus-, mais j’ai vraiment peur pour les personnes qui vivent dans des zones dominées par les Républicains. Car Trump légitime la violence. 

 

Austra Instagram Diana Vreeland

Passons à quelque chose de plus léger et inspirant. Pourquoi cette photo de Diana Vreeland?

Je l’adore. Je suis obsédée par le rouge en ce moment, et ce salon est la pièce de mes rêves. C’est le sien d’ailleurs, cette photo a été prise dans sa maison. De nos jours, tout le monde est à fond sur le design suédois des années 50, mais moi je préférerais vraiment un intérieur comme ça. Bon, je crois que ça me coûterait un bras, car il faut trouver le bon papier peint, les bons imprimés… Tu remarqueras que le papier peint reprend le motif du canapé! 

 

Insta Austra Adrienne Rich

Je crois que ce livre n’est même pas traduit en français. De quoi parle-t-il?

Adrienne Rich était une poétesse féministe: elle a écrit des poèmes sur le cancer du sein de sa meilleure amie, d’autres sur l’amour ou la nature. J’ai lu beaucoup de poésie pour préparer cet album, car je voulais apprendre à écrire des paroles. 

Alors qu’il s’agit de ton troisième album, tu as considéré que tu ne savais toujours pas écrire de textes?

Pour le premier album, Feel it Break, je m’en foutais des paroles. C’était de l’écriture automatique. Le deuxième, Olympia, a été co-écrit avec Sari Lightman, qui chantait autrefois dans le groupe, car je me sentais trop nulle pour écrire moi-même. Donc en effet, ce n’est que pour ce nouvel album que je me suis vraiment mise à travailler les textes. 

 

Austra Instagram Björk

Björk est quelqu’un de très important pour notre génération… 

Oui, très. Bon, je dois avouer que je suis allée chercher cette photo pour m’en servir de modèle, car je voulais me teindre les cheveux de cette couleur! (Rires.) Mais évidemment j’adore Björk par ailleurs. J’étais super excitée quand elle a expliqué en interview qu’elle faisait tout elle-même, et qu’on donnait toujours le crédit aux hommes avec lesquels elle collaborait. J’ai vraiment compati. 

 

Austra Instagram chien

Je te laisse commenter cette photo…

Haha. J’étais complètement bourrée, il était trois heures du matin… Je suis avec mon chien que j’adore. Je l’ai ramené de Mexico. C’était un petit chiot errant de six ou sept semaines, il avait une patte cassée, des vers et la gale; nous l’avons soigné et puis il est venu vivre avec moi. Aujourd’hui, c’est un peu comme mon enfant.

 

Austra Instagram livre Demand Full Automation

C’est l’un des livres très philosophiques sur le futur dont tu parlais au début de cette interview?

Oui. C’est d’ailleurs LE livre qui a inspiré Future Politics. J’ai connu ces deux auteurs via leur ouvrage Accelerate Manifesto: leur idée, c’est que la technologie va nous libérer du capitalisme. Ils veulent que la technologie prenne une ampleur telle, que travailler ne sera plus nécessaire car tout sera automatisé. Et la technologie doit aussi nous permettre de produire assez de nourriture et d’eau pour régler les problème de faim dans le monde, le tout de manière durable. C’est exactement ce que je voulais dire avec ce nouvel album: nous avons tant d’options à portée de main pour imaginer notre futur. 

Propos recueillis par Faustine Kopiejwski


1. Owlle, magicienne pop qui aime l'ombre et la lumière

Quatre ans après son premier album, Owlle revient avec Summer Crisis, un nouvel Ep qui annonce le virage pop de son nouvel album, Heavy Weather, à paraître dans les mois qui viennent. 
© Renata Raksha  - Cheek Magazine
© Renata Raksha

3. Elles ont crée Belleville, une maison d'édition consacrée aux littératures étrangères et engagées

Dorothy Aubert et Marie Trébaol, deux éditrices parisiennes, ont lancé la maison Belleville en 2015. Elles donnent ainsi la parole à des autrices et auteurs militant·e·s, venu·e·s de Turquie, d’Arménie ou encore d’Égypte, et nous entraîne à la découverte de nouvelles cultures. Entretien express.
© Renata Raksha  - Cheek Magazine
© Renata Raksha

4. Whitney Houston aurait été sexuellement abusée enfant

Dans un documentaire évènement sur la vie de la chanteuse, le réalisateur Kevin Macdonald dévoile le témoignage du demi-frère de Whitney Houston qui accuse leur cousine Dee-Dee Warwick d’avoir abusé d’eux lorsqu’ils étaient enfants. 
© Renata Raksha  - Cheek Magazine
© Renata Raksha

6. “Behind the Scars”: quand une photographe s'intéresse aux histoires derrière les cicatrices

Une opération, une chute ou des blessures auto-infligées: derrière les cicatrices se cache souvent une histoire. Pour son projet Behind the Scars, la photographe britannique Sophie Mayanne invite ses sujets à raconter la genèse de leurs marques et à examiner l’impact qu’elles ont eu sur la construction de leur identité. 
© Renata Raksha  - Cheek Magazine
© Renata Raksha

7. Adelaïde Bon signe un roman incroyable sur le viol qu'elle a subi enfant

Elle avait 9 ans quand elle a été violée dans la cage d’escalier de son immeuble. Le coupable ne sera retrouvé et inculpé que 23 ans plus tard. Entre-temps, Adélaïde Bon a souffert et surtout culpabilisé jusqu’à l’autodestruction. Aujourd’hui, elle raconte son parcours dans La Petite fille sur la banquise, un récit littéraire saisissant qui dénonce la culture du viol et la tendance à minimiser un crime que la société peine à définir, à comprendre et donc parfois à punir.
© Renata Raksha  - Cheek Magazine
© Renata Raksha