culture

Série

“Big Little Lies”, saison 2: le retour post #MeToo des Monterey five

On a vu les trois premiers épisodes de la deuxième saison très attendue de la série HBO Big Little Lies, diffusée en France par OCS. On vous raconte.
© HBO
© HBO

© HBO


[Attention, cet article contient des spoilers de la saison 1 de Big Little Lies]

Les productrices, les actrices et le réalisateur de Big Little Lies l’avaient promis: la mini-série ne compterait qu’une saison. Logique, puisque cette histoire explorant les vies de cinq femmes riches dans une ville de bord de mer en Californie était adaptée d’un roman de Liane Moriarty. Impossible, donc, de l’étendre au-delà de son season finale. Mais le programme a connu un succès critique et public tellement important que les deux productrices Reese Witherspoon et Nicole Kidman ont commencé à se dire qu’une saison deux s’imposait. Surtout qu’entre temps, le mouvement #MeToo a donné un poids nouveau à cette exploration des profondeurs de l’âme de ses personnages féminins en grattant le vernis de leurs vies en apparence parfaites. Comme l’explique Casey Bloys de HBO à Vulture, l’équipe de la série est alors allée voir l’autrice Liane Moriarty pour lui demander si elle pouvait imaginer la suite de la vie de ses personnages. Cette dernière a écrit un court roman qui a servi de base à cette saison 2.

Comment vivre après avoir découvert l’identité de son violeur? Après un adultère? Après le traumatisme d’avoir tué un homme?

Le scénario écrit, tout l’équipe originelle a accepté de signer, à l’exception du réalisateur Jean-Marc Vallée, qui vient de terminer Sharp Objects pour HBO. La chaîne a donc décidé d’embaucher une femme, la réalisatrice britannique Andrea Arnold (American Honey, Fish Tank…), qui apporte un rythme plus calme et introspectif à la série. Elle complète l’équipe féminine d’actrices des “Monterey Five” composée de Reese Witherspoon, Nicole Kidman, Laura Dern, Zoë Kravitz, Shailene Woodley… Et Meryl Streep. Kidman, productrice de la série, a expliqué à Variety que l’actrice l’avait contactée pour lui dire qu’elle était une grande fan de la première saison. Elle a signé pour un rôle avant même d’avoir le scénario. Depuis, les actrices n’ont cessé de teaser sur les réseaux sociaux à coup de photos où Meryl Streep prend un café, où elle joue au bowling, où elle rigole avec l’équipe…

 

 

Cette équipe de luxe réussira-t-elle à combler les attentes de ses fans? Faut-il arrêter de forcer une suite à une mini-série qui se tenait parfaitement en huit épisodes? Big Little Lies répond à ces interrogations en prenant très littéralement le concept de la suite. Au vu des trois premiers épisodes, cette deuxième saison se vit véritablement comme un contrepoint. La saison 1 montrait la manière dont un monde parfait peut s’effondrer. La saison 2 explore la manière dont on peut vivre après. Que peut-on reconstruire sur des cendres? Elle réfléchit notamment à des thématiques que l’on voit rarement dans la fiction. Comment vivre après avoir découvert l’identité de son violeur? Après un adultère? Après le traumatisme d’avoir tué un homme? Après avoir vu son petit cocon de richesse et de privilège exploser? Comment entamer une relation avec un homme quand on a souffert d’un viol? Pourquoi Celeste n’a pas fui, si son mari était si violent? Pourquoi continue-t-il de lui manquer, malgré les moments tragiques de leur mariage? Où s’arrête la loyauté? Pourquoi se sent-elle coupable? Pourquoi continue-t-elle à se faire mal? Meryl Streep apparaît dans la série sous les traits de Mary Louise Wright, la mère du mari de Celeste (Nicole Kidman), tué par les Monterey Five à la fin du dernier épisode de la saison 1. Au-delà de son incroyable prestation, ses interactions avec Kidman apportent les plus belles scènes des premiers épisodes. Dans l’une d’entre elles, -d’une ambiguïté folle-, Mary Louise est assiste avec Celeste sur le canapé de la maison familiale et elle l’inonde de questions. “Pourquoi n’es-tu pas allée porter plainte?” “Pourquoi veux-tu tuer le souvenir de mon fils?” Celeste, perdue, cherche ses mots sans réussir à la convaincre.

 

Big Little Lies Saison 2 Zoe Kravitz

© HBO 

Mais si vous croyez que la sororité, qui semblait enfin unir les cinq femmes à la fin de la saison une, allait les sauver, vous vous trompez. Malgré leur unité soudaine, qui leur a permis de se débarrasser d’un homme violent, les événements de la vie les séparent. Bonnie, qui a poussé Perry dans sa chute mortelle, s’isole du groupe et n’est plus que l’ombre d’elle-même. Sa mère fait son apparition dans la série et questionne son statut de femme noire au milieu de ce groupe très blanc et privilégié. Malgré le secret qui les lie, les cinq alliées ne peuvent pas se débarrasser du poids du patriarcat. #MeToo est passé par là et l’on sait désormais qu’il en faudra plus pour changer la marche du monde. Laura Dern le résume merveilleusement quand, après avoir jeté son mari hors de sa voiture, elle lui fait un doigt d’honneur du haut du toit ouvrant de sa voiture de luxe.

Quant à une éventuelle saison 3, les productrices et la chaîne ont commencé à dire prudemment qu’elles ne l’envisageaient pas.

La série continue d’ailleurs à explorer le privilège de ses personnages par la figure des enfants. Au sein de l’école, un débat fait rage: faut-il expliquer aux enfants les dangers du réchauffement climatique? Quel est le poids de la vérité? Reste à voir ce que la série va choisir d’explorer par la suite. Certaines histoires semblent se noyer un peu, comme l’idylle naissante entre le personnage de Shailene Woodley et un jeune surfeur, ou l’arc narratif de Madeline (Reese Witherspoon) et de sa famille qui bat de l’aile. Quant à une éventuelle saison 3, les productrices et la chaîne ont commencé à dire prudemment qu’elles ne l’envisageaient pas. Laissons le temps et le succès de cette deuxième saison décider du sort de la série.

Pauline Le Gall


5. Avec son roman, Sara Collins a imaginé une Jane Eyre noire

Quand elle était jeune, Sara Collins dévorait les romans des sœurs Brontë et de Mary Shelley. Aujourd’hui, elle vient de sortir son premier roman, Les Confessions de Frannie Langton, inspiré de ces classiques. Avec pour héroïne une ancienne esclave embarquée de la Jamaïque à Londres.
© HBO  - Cheek Magazine
© HBO

6. Avec “Hors la loi”, elles rejouent le procès de Bobigny sur l’IVG

La pièce Hors la loi de Pauline Bureau, met en scène à la Comédie Française l’histoire de l’ado Marie-Claire Chevalier, jugée pour avoir avorté en 1971 alors que c’était encore illégal en France. Trois bonnes raisons de prendre sa place avant le 7 juillet.
© HBO  - Cheek Magazine
© HBO

7. “Gentleman Jack”, le biopic lesbien qui révolutionne le genre

Actuellement diffusée sur OCS city, la série Gentleman Jack raconte l’histoire de la première “lesbienne moderne”, Anne Lister. Exploratrice en haut-de-forme, elle a ouvert la voie à des futurs féministes.
© HBO  - Cheek Magazine
© HBO