culture

Photographie

À New York, l’exposition “Black Women: Power and Grace” célèbre la beauté et l’aura des femmes noires

L’exposition Black Women: Power and Grace met à l’honneur la beauté et la puissance des femmes noires au National Arts Club de New York. Portée par le collectif Kamoinge, œuvrant depuis 1963 à visibiliser les populations noires de la diaspora panafricaine, cette manifestation rassemble les productions de plusieurs photographes de l’association.
© Anthony Barboza
© Anthony Barboza

© Anthony Barboza


La femme noire a toujours été sous-représentée […] Nous voulions aujourd’hui montrer sa beauté et sa puissance”, explique Adger Cowans, président et cofondateur du collectif artistique Kamoinge au New York Times. Portée par cette association afro-américaine, l’exposition Black Women: Power and Grace (Femmes noires: pouvoir et grâce) met à l’honneur la beauté et la puissance des femmes noires de toute la diaspora panafricaine, des années 60 à nos jours. Rassemblant les photographies de plusieurs artistes du collectif, cette manifestation se déroule au National Arts Club de New York jusqu’au 30 juin.

logo inrocks

 

Fondé en 1963 à Harlem par le photographe Roy Decarava, le collectif Kamoinge (“les gens travaillant en communauté” en kenyan) a pour objectif d’apporter plus de visibilité aux populations noires, en contrant les stéréotypes qui leur sont accolés. L’association prend la création artistique comme vecteur d’expression et de contestation: depuis plus de 50 ans, les différents membres multiplient les manifestations collectives de ce type.

À New York, l’exposition “Black Women: Power and Grace” célèbre la beauté et l’aura des femmes noires

 © John Pinderhughes

 

Un pan de l’histoire de la photographie présentée 

Prenant pour socle l’exposition Negro Woman présentée en 1965 par les membres fondateurs de l’association, Black Women traverse tout un pan de l’histoire de la photographie contemporaine. On y retrouve des clichés devenus historiques, comme le portrait réalisé par Adger Cowans de Betty Shabazz, l’épouse de Malcolm X, lors des funérailles de son mari. Son regard est grave mais son port altier, comme pour garder de la contenance malgré l’épreuve. “C’était très émouvant pour moi car elle était aussi grande à mes yeux que Malcolm X […] C’était important pour moi que les gens voient cette image, car il semble qu’elle porte tout le poids du monde sur ses épaules et ça se voit sur son visage”, confie le photographe au New York Times.

À New York, l’exposition “Black Women: Power and Grace” célèbre la beauté et l’aura des femmes noires

© Adger Cowans

 

Les travaux de jeunes praticiennes y sont également présentés, comme ceux de l’artiste franco-sénégalaise Delphine Diallo ou encore de Lola Flash, explorant dans ses clichés les problématiques de genre et d’identités sexuées. Dense et protéiforme, cette exposition embrasse tous les genres photographiques, passant du style documentaire au portrait ou encore à la photographie de mode.

À New York, l’exposition “Black Women: Power and Grace” célèbre la beauté et l’aura des femmes noires

© Delphine Diallo

Aphelandra Siassia

Ce papier a été initialement publié sur le site des Inrocks.

logo inrocks

Black Women: Power and Grace, du 28 mai au 30 juin au National Art Club de New York. 


1. Féministes et connectées, comment les poétesses nouvelle génération font bouger les lignes

Les femmes ont toujours écrit de la poésie. Pourtant, le genre continue d’être investi majoritairement par des figures masculines, qui font autorité. Récemment pourtant, la donne commence à changer avec des jeunes femmes qui se servent de cet art pour parler de leurs expériences et faire entendre leur voix.
© Anthony Barboza  - Cheek Magazine
© Anthony Barboza

3. Avec “Poupée Russe”, Natasha Lyonne prend sa revanche

Après une adolescence sous les projecteurs, Natasha Lyonne a galéré. Problèmes de drogue, personnalité atypique: pendant 20 ans, elle a été cantonnée aux pages people et aux rôles secondaires. Avec Poupée russe, elle prouve son talent et signe son grand retour.  
© Anthony Barboza  - Cheek Magazine
© Anthony Barboza

5. Eric Rohmer: le plus féministe des réalisateurs de la Nouvelle Vague?

Depuis le 9 janvier dernier et jusqu’au 11 février prochain, la cinémathèque française propose une rétrospective du célèbre réalisateur de la nouvelle vague Eric Rohmer. L’occasion de redécouvrir les chefs d’oeuvres d’un cinéaste féministe jusque dans sa façon de tourner. 
© Anthony Barboza  - Cheek Magazine
© Anthony Barboza

6. Rappeuses et slut-shaming, le stigmate qui a la dent dure

Nicki Minaj, Cardi B, Liza Monet ou Shay, ces rappeuses “hardcore” se voient régulièrement slut-shamées en raison de leur image hypersexualisée et de leurs textes crus. Pourquoi ces artistes se retrouvent-elles encore confrontées à ces préjugés sexistes?
© Anthony Barboza  - Cheek Magazine
© Anthony Barboza

7. Marina Rollman: du flop au top, comment l'humoriste suisse a trouvé sa voie

Savant mélange de gouaille et de douceur, Un Spectacle drôle de Marina Rollman fait souffler un vent d’air frais sur le stand-up français. Auréolée d’un succès grandissant, cette Franco-suisse est à l’image de ses blagues: marrante, sincère et captivante.
© Anthony Barboza  - Cheek Magazine
© Anthony Barboza