culture

L'interview de Safia Bahmed-Schwartz / Boris Postma

“Dans mon travail, je crée un nouveau monde”

Tout au long de l’année, l’artiste Safia Bahmed-Schwartz part à la rencontre de ses pairs pour tenter de définir ce qu’est l’art.
© Boris Postma
© Boris Postma

© Boris Postma


À l’occasion de l’exposition sur la culture gabber, qui avait lieu en mai à Paris, j’ai rencontré le photographe Boris Postma pour qu’il me parle de son travail et de ce mouvement né en Hollande au début des années 90.  

Salut Boris, peux-tu te présenter?

Je m’appelle Boris Postma, je suis un artiste de 30 ans, je vis et je travaille à Amsterdam. 

Qu’entends-tu par “artiste”?

Je fais des images, ça peut être de la photo, mais aussi du graphisme ou de la vidéo.

Comment en es-tu venu à produire ces images?

Ces images représentent un ensemble de super-héros gabbers. Quand j’étais adolescent, je baignais dans cette culture. J’avais la tête rasée, je portais un bomber et des survêtements, tout le package, et j’étais aussi super fan de comics. En fait, ces deux mondes sont hypers proches: les gabbers, avec leurs tenues brillantes, leurs uniformes, ont quelque chose du super-héros. J’ai donc décidé de créer ma propre team.

“J’ai commencé la photo quand j’avais 18 ans, j’avais toujours mon appareil photo avec moi pour faire des instantanés.”

Comment as-tu découvert la culture gabber?

Quand j’avais huit ans, en 1996, le mouvement gabber était hyper répandu en Hollande. Un mec dans ma classe écoutait cette musique avec son grand frère et a amené ça à l’école. C’était hard, nouveau et extrême, avec des mélodies un peu catchy. Le coté science-fiction de la musique se rapprochait de l’univers de mes BD. Et puis, il y a beaucoup de samples de musiques de films, c’est aussi pour ça que ça m’a plu.

Quand ton travail artistique a-t-il commencé?

J’ai commencé la photo quand j’avais 18 ans, j’avais toujours mon appareil photo avec moi pour faire des instantanés, et quand j’ai eu 23 ans je suis rentré à l’école d’art d’Utrecht. Là, j’ai commencé à bosser comme assistant photographe pour des gens comme Elza Jo, Isabella Rozendaal, Barrie Hullegie ou Jolijn Snijders

Super-héros Boris Postma

© Boris Postma

C’est quoi la photographie pour toi?

Une façon d’exprimer ce que j’ai dans la tête. C’est comme de la peinture, des images me viennent à l’esprit et je les reproduis au plus proche. Vu que je ne suis pas hyper bon en dessin, prendre des photos était la méthode la plus pratique que j’ai trouvée. 

C’est quoi l’art pour toi?

Ce qui est intéressant dans l’art, c’est de pouvoir s’échapper de la réalité. Dans mon travail, je crée un nouveau monde, complètement imaginaire, dans lequel je peux inventer les gens avec qui je vis, l’architecture, les immeubles, l’environnement, etc. 

Comment choisis-tu les gens que tu photographies?

Soit je les connais déjà, soit je les rencontre dans la rue. Quand j’ai décidé de créer cette team, il a fallu que je crée chaque personnage, avec son caractère de gabber. J’ai dû trouver des gens qui pouvaient ressembler à des super-héros, avec une sorte de perfection. J’ai aussi cherché sur Internet, dans le cercle de mes amis. Une fois, une fille m’a plue dans le métro à Amsterdam et un an après, je l’ai retrouvée sur Tinder et lui ai demandé de poser pour moi.

“Chacun est un super-héros à sa façon.”

Que penses-tu de Tinder?

J’adore Tinder, j’y ai rencontré ma copine -ce n’est pas la fille dont je parle plus haut. C’etait le premier rendez-vous que que je décrochais sur Tinder, et bim, ça a été la fille parfaite.

Penses-tu que le mouvement gabber va perdurer?

C’est une culture qui existe depuis 20 ans maintenant et qui se décline déjà en Italie et aux Etats-Unis. Ça existera toujours probablement, mais sous différentes formes.

Penses-tu que nous sommes tous des super-héros?

Oui, chacun en est un à sa façon, mais tout le monde ne ressemble pas à un super héros. Alors que les gabbers, oui!


1. Cherie Dimaline, l'autrice qui donne une voix aux Natifs Américains

Cherie Dimaline nous confesse son émotion de s’être réveillée à Carthagène, en Colombie, où elle a été invitée pour le Hay Festival. Derrière cet emballement, on devine bien sûr des blessures, dont la plus forte est sans aucun doute celle de son peuple, pratiquement anéanti.…
© Boris Postma  - Cheek Magazine
© Boris Postma

2. Avec “Poupée Russe”, Natasha Lyonne prend sa revanche

Tignasse rousse, voix rauque, accent new-yorkais, attitude virile et sex-appeal, Natasha Lyonne est instantanément reconnaissable. Elle fait partie de ces acteurs et actrices à forte personnalité qui enchaînent les rôles secondaires. Celles dont on dit “mais si, tu sais, la nana qui a joué dans…
© Boris Postma  - Cheek Magazine
© Boris Postma

3. Chimamanda Ngozi Adichie: “Je ne veux laisser personne me limiter dans mon féminisme”

Installée entre le Nigéria et les États-Unis, Chimamanda Ngozi Adichie aime raconter des histoires. À 25 ans, l'autrice publie son premier roman L’Hibiscus pourpre. Trois ans plus tard, paraît L’Autre moitié du soleil sur la guerre du Biafra et en 2013 sort Americanah, son texte…
© Boris Postma  - Cheek Magazine
© Boris Postma

4. Eric Rohmer: le plus féministe des réalisateurs de la Nouvelle Vague?

Aussi célèbre qu'énigmatique, Eric Rohmer a su se muer, au fil du temps, en réalisateur féministe, à travers ses films aussi aériens que philosophiques. Des fables profondes où les personnages féminins incarnent une liberté de vivre, loin des diktats de leur époque. Son œuvre, qui…
© Boris Postma  - Cheek Magazine
© Boris Postma

5. Rappeuses et slut-shaming, le stigmate qui a la dent dure

“Morue”, “salope”, “depuis quand on félicite une pute d’être une pute?”, voilà l’accueil réservé au titre de Liza Monet My Best Plan à sa sortie en 2012. Devenu viral malgré un bad buzz colossal, le morceau, qui relate le meilleur plan cul de l’artiste, atteint…
© Boris Postma  - Cheek Magazine
© Boris Postma

6. Marina Rollman: du flop au top, comment l'humoriste suisse a trouvé sa voie

Difficile de faire plus solennel qu’une rencontre dans un 5 étoiles parisien. C’est sur le Meurice que Marina Rollman a jeté son dévolu ce jour-là. Volubile et décontractée, elle rompt de but en blanc le sérieux de l’endroit: “Aïe, c’est vraiment une catastrophe, cette peinture…
© Boris Postma  - Cheek Magazine
© Boris Postma

7. Avec “Pearl”, la réalisatrice Elsa Amiel questionne la féminité par le prisme du bodybuilding

Avec Pearl, Elsa Amiel signe un premier long-métrage sensible et esthétique, qui se joue des clichés liés à la féminité en général, et au monde du bodybuilding en particulier. À travers son héroïne Léa Pearl, athlète culturiste interprétée par la suissesse Elsa Föry, qui effectue…
© Boris Postma  - Cheek Magazine
© Boris Postma