culture

L'interview de Safia Bahmed-Schwartz / Boris Postma

“Dans mon travail, je crée un nouveau monde”

Tout au long de l’année, l’artiste Safia Bahmed-Schwartz part à la rencontre de ses pairs pour tenter de définir ce qu’est l’art.
© Boris Postma
© Boris Postma

© Boris Postma


À l’occasion de l’exposition sur la culture gabber, qui avait lieu en mai à Paris, j’ai rencontré le photographe Boris Postma pour qu’il me parle de son travail et de ce mouvement né en Hollande au début des années 90.  

Salut Boris, peux-tu te présenter?

Je m’appelle Boris Postma, je suis un artiste de 30 ans, je vis et je travaille à Amsterdam. 

Qu’entends-tu par “artiste”?

Je fais des images, ça peut être de la photo, mais aussi du graphisme ou de la vidéo.

Comment en es-tu venu à produire ces images?

Ces images représentent un ensemble de super-héros gabbers. Quand j’étais adolescent, je baignais dans cette culture. J’avais la tête rasée, je portais un bomber et des survêtements, tout le package, et j’étais aussi super fan de comics. En fait, ces deux mondes sont hypers proches: les gabbers, avec leurs tenues brillantes, leurs uniformes, ont quelque chose du super-héros. J’ai donc décidé de créer ma propre team.

“J’ai commencé la photo quand j’avais 18 ans, j’avais toujours mon appareil photo avec moi pour faire des instantanés.”

Comment as-tu découvert la culture gabber?

Quand j’avais huit ans, en 1996, le mouvement gabber était hyper répandu en Hollande. Un mec dans ma classe écoutait cette musique avec son grand frère et a amené ça à l’école. C’était hard, nouveau et extrême, avec des mélodies un peu catchy. Le coté science-fiction de la musique se rapprochait de l’univers de mes BD. Et puis, il y a beaucoup de samples de musiques de films, c’est aussi pour ça que ça m’a plu.

Quand ton travail artistique a-t-il commencé?

J’ai commencé la photo quand j’avais 18 ans, j’avais toujours mon appareil photo avec moi pour faire des instantanés, et quand j’ai eu 23 ans je suis rentré à l’école d’art d’Utrecht. Là, j’ai commencé à bosser comme assistant photographe pour des gens comme Elza Jo, Isabella Rozendaal, Barrie Hullegie ou Jolijn Snijders

Super-héros Boris Postma

© Boris Postma

C’est quoi la photographie pour toi?

Une façon d’exprimer ce que j’ai dans la tête. C’est comme de la peinture, des images me viennent à l’esprit et je les reproduis au plus proche. Vu que je ne suis pas hyper bon en dessin, prendre des photos était la méthode la plus pratique que j’ai trouvée. 

C’est quoi l’art pour toi?

Ce qui est intéressant dans l’art, c’est de pouvoir s’échapper de la réalité. Dans mon travail, je crée un nouveau monde, complètement imaginaire, dans lequel je peux inventer les gens avec qui je vis, l’architecture, les immeubles, l’environnement, etc. 

Comment choisis-tu les gens que tu photographies?

Soit je les connais déjà, soit je les rencontre dans la rue. Quand j’ai décidé de créer cette team, il a fallu que je crée chaque personnage, avec son caractère de gabber. J’ai dû trouver des gens qui pouvaient ressembler à des super-héros, avec une sorte de perfection. J’ai aussi cherché sur Internet, dans le cercle de mes amis. Une fois, une fille m’a plue dans le métro à Amsterdam et un an après, je l’ai retrouvée sur Tinder et lui ai demandé de poser pour moi.

“Chacun est un super-héros à sa façon.”

Que penses-tu de Tinder?

J’adore Tinder, j’y ai rencontré ma copine -ce n’est pas la fille dont je parle plus haut. C’etait le premier rendez-vous que que je décrochais sur Tinder, et bim, ça a été la fille parfaite.

Penses-tu que le mouvement gabber va perdurer?

C’est une culture qui existe depuis 20 ans maintenant et qui se décline déjà en Italie et aux Etats-Unis. Ça existera toujours probablement, mais sous différentes formes.

Penses-tu que nous sommes tous des super-héros?

Oui, chacun en est un à sa façon, mais tout le monde ne ressemble pas à un super héros. Alors que les gabbers, oui!


1. 5 musiciennes françaises à emmener en vacances avec soi

Qu'elles aient déjà fait parler d'elles ou attendent la rentrée pour sortir définitivement de l'ombre, on vous présente les cinq artistes françaises avec lesquelles on a envie de partir en vacances. De la pop sans frontières de Tallisker à la personnalité éclatante de Clara Ysé,…
© Boris Postma  - Cheek Magazine
© Boris Postma

2. Pourquoi Veronica Mars était l'une des héroïnes les plus féministes des années 2000

Si vous êtes nostalgiques du début des années 2000, vous devriez regarder Veronica Mars. Pour admirer les jeans low-cut, les mini-boléros, les mèches, les téléphones à clapet et les derniers usages du fax. Si vous aimez les séries teen avec du mystère, des drames, des…
© Boris Postma  - Cheek Magazine
© Boris Postma

3. Comment Frida Kahlo est devenue un argument marketing

Baskets, tequila, vaisselle, rideaux, bijoux et récemment maquillage, les objets estampillés Frida Kahlo pullulent depuis quelques années. Devenue l’artiste féminine tendance par excellence, son image fait vendre. Bien que cet engouement autour de la peintre participe à faire connaître son œuvre et ses combats, sa représentation, très lissée sur certains objets,…
© Boris Postma  - Cheek Magazine
© Boris Postma

4. 5 séries à streamer cet été

De Glee à Orange is the New Black en passant par Dear White People ou Pose, notre sélection de séries à regarder cet été explore la vie de femmes trans, queers et hétéros, noires, blanches, asiatiques et latinas. Attention, si vous avez honte de pleurer…
© Boris Postma  - Cheek Magazine
© Boris Postma

5. Christine and the Queens et Charli XCX en duo dans un clip chaud et mouillé

La dernière fois que Christine And The Queens était en duo sur une voiture, c'était le temps d'une association avec Booba pour le clip de Here en 2016. Si un capot occupe de nouveau le centre de la scène, c'est aujourd'hui avec la Britannique Charli…
© Boris Postma  - Cheek Magazine
© Boris Postma

6. Les Cheek films de l'été 2019

De la comédie américaine Late Night, qui met en scène deux générations d'actrices pour tacler avec humour le sexisme et l'absence de diversité à la télévision US, au long-métrage français 100 kilos d'étoiles, qui traite avec poésie de la grossophobie, l'été sera beau et intelligent…
© Boris Postma  - Cheek Magazine
© Boris Postma

7. Comment l’illustratrice Nicholle Kobi réinvente la Parisienne

Nicholle Kobi s’est fait connaître sur Instagram grâce à ses dessins mettant à l’honneur les femmes noires “afroparisiennes”, comme elle les appelle. Cette Franco-congolaise, née à Kinshasa et élevée en Normandie, cumule 120 000 abonnés et rencontre un grand succès aux Etats-Unis. Au point que…
© Boris Postma  - Cheek Magazine
© Boris Postma