culture

L'interview de Safia Bahmed-Schwartz / Boris Postma

“Dans mon travail, je crée un nouveau monde”

Tout au long de l’année, l’artiste Safia Bahmed-Schwartz part à la rencontre de ses pairs pour tenter de définir ce qu’est l’art.
© Boris Postma
© Boris Postma

© Boris Postma


À l’occasion de l’exposition sur la culture gabber, qui avait lieu en mai à Paris, j’ai rencontré le photographe Boris Postma pour qu’il me parle de son travail et de ce mouvement né en Hollande au début des années 90.  

Salut Boris, peux-tu te présenter?

Je m’appelle Boris Postma, je suis un artiste de 30 ans, je vis et je travaille à Amsterdam. 

Qu’entends-tu par “artiste”?

Je fais des images, ça peut être de la photo, mais aussi du graphisme ou de la vidéo.

Comment en es-tu venu à produire ces images?

Ces images représentent un ensemble de super-héros gabbers. Quand j’étais adolescent, je baignais dans cette culture. J’avais la tête rasée, je portais un bomber et des survêtements, tout le package, et j’étais aussi super fan de comics. En fait, ces deux mondes sont hypers proches: les gabbers, avec leurs tenues brillantes, leurs uniformes, ont quelque chose du super-héros. J’ai donc décidé de créer ma propre team.

“J’ai commencé la photo quand j’avais 18 ans, j’avais toujours mon appareil photo avec moi pour faire des instantanés.”

Comment as-tu découvert la culture gabber?

Quand j’avais huit ans, en 1996, le mouvement gabber était hyper répandu en Hollande. Un mec dans ma classe écoutait cette musique avec son grand frère et a amené ça à l’école. C’était hard, nouveau et extrême, avec des mélodies un peu catchy. Le coté science-fiction de la musique se rapprochait de l’univers de mes BD. Et puis, il y a beaucoup de samples de musiques de films, c’est aussi pour ça que ça m’a plu.

Quand ton travail artistique a-t-il commencé?

J’ai commencé la photo quand j’avais 18 ans, j’avais toujours mon appareil photo avec moi pour faire des instantanés, et quand j’ai eu 23 ans je suis rentré à l’école d’art d’Utrecht. Là, j’ai commencé à bosser comme assistant photographe pour des gens comme Elza Jo, Isabella Rozendaal, Barrie Hullegie ou Jolijn Snijders

Super-héros Boris Postma

© Boris Postma

C’est quoi la photographie pour toi?

Une façon d’exprimer ce que j’ai dans la tête. C’est comme de la peinture, des images me viennent à l’esprit et je les reproduis au plus proche. Vu que je ne suis pas hyper bon en dessin, prendre des photos était la méthode la plus pratique que j’ai trouvée. 

C’est quoi l’art pour toi?

Ce qui est intéressant dans l’art, c’est de pouvoir s’échapper de la réalité. Dans mon travail, je crée un nouveau monde, complètement imaginaire, dans lequel je peux inventer les gens avec qui je vis, l’architecture, les immeubles, l’environnement, etc. 

Comment choisis-tu les gens que tu photographies?

Soit je les connais déjà, soit je les rencontre dans la rue. Quand j’ai décidé de créer cette team, il a fallu que je crée chaque personnage, avec son caractère de gabber. J’ai dû trouver des gens qui pouvaient ressembler à des super-héros, avec une sorte de perfection. J’ai aussi cherché sur Internet, dans le cercle de mes amis. Une fois, une fille m’a plue dans le métro à Amsterdam et un an après, je l’ai retrouvée sur Tinder et lui ai demandé de poser pour moi.

“Chacun est un super-héros à sa façon.”

Que penses-tu de Tinder?

J’adore Tinder, j’y ai rencontré ma copine -ce n’est pas la fille dont je parle plus haut. C’etait le premier rendez-vous que que je décrochais sur Tinder, et bim, ça a été la fille parfaite.

Penses-tu que le mouvement gabber va perdurer?

C’est une culture qui existe depuis 20 ans maintenant et qui se décline déjà en Italie et aux Etats-Unis. Ça existera toujours probablement, mais sous différentes formes.

Penses-tu que nous sommes tous des super-héros?

Oui, chacun en est un à sa façon, mais tout le monde ne ressemble pas à un super héros. Alors que les gabbers, oui!


1. On a parlé synesthésie et cheveux afro avec SÔNGE, la surdouée du RnB français

“Je viens de Bretagne et j'aime les moules-frites”. Océane Belle, la jeune femme drôle et avenante qui se cache derrière SÔNGE, prend un plaisir évident à tourner en dérision l'exercice de l'interview en public. Lors de notre dernier Cheek Club, organisé le 11 décembre au…
© Boris Postma  - Cheek Magazine
© Boris Postma

2. La cheeklist de Noël: 5 livres à offrir aux femmes de votre famille

Est-il vraiment nécessaire de préciser que les romans de cette liste passent tous haut la main le test de Bechdel? Les femmes qui peuplent ces cinq romans sortis en 2018 sont d’inspirantes, de flamboyantes compagnes d’imagination, sorties de celle de cinq autrices à suivre. Elles…
© Boris Postma  - Cheek Magazine
© Boris Postma

3. 14 ans de moyenne d'âge et des millions de vues: on vous présente les baby-rappeuses

Elle est haute comme trois pommes. That Girl Lay Lay ressemble à n’importe quelle petite fille de 11 ans. Sauf quand elle a un micro entre les mains. En septembre dernier, le grand public américain découvrait son aisance déconcertante et ses rimes endiablées dans l’émission…
© Boris Postma  - Cheek Magazine
© Boris Postma

4. On a regardé “Plan Cœur”, la rom com française de Netflix, et on vous dit ce qu'on en pense

Les actrices Sabrina Ouazani, Zita Hanrot, Joséphine Draï, la réalisatrice de Connasse, Noémie Saglio, le tout sur Netflix... Le cocktail de Plan cœur, la nouvelle série de la plateforme américaine de streaming, disponible à partir du 7 décembre, donne plutôt très envie. Le pitch? Deux…
© Boris Postma  - Cheek Magazine
© Boris Postma

5. Elle a lancé Glory Book Box, la box littéraire féministe qui met en avant les autrices

Une box littéraire composée uniquement d'ouvrages de femmes? Une initiative féministe plus que bienvenue. Après des études de cinéma et quelques années en librairie, Mélina Oligo, jeune femme de 26 ans, lance la Glory Book Box. Dans cette boîte, qui porte le nom de la…
© Boris Postma  - Cheek Magazine
© Boris Postma

6. 11 musiciennes qui vont faire 2019 en France

Mathilde Fernandez C'est qui? Mathilde Fernandez, c'est notre idole. On vous parle de cette musicienne d'origine niçoise installée en Belgique depuis ses très magnétiques débuts jusqu'à son actu la plus récente avec la sortie d'un Ep fascinant, le gothique Hyperstition.  Pourquoi 2019 lui appartient? Mathilde Fernandez a…
© Boris Postma  - Cheek Magazine
© Boris Postma

7. Pourquoi il faut regarder l'adaptation de l'Amie Prodigieuse, la saga féministe d'Elena Ferrante

À l'annonce de l'adaptation en série de la saga d'Elena Ferrante L'Amie prodigieuse (publiée entre 2011 et 2014), une question est revenue sans cesse. Était-il judicieux de confier sa réalisation à un homme, Saverio Costanzo? Risquait-il de mal comprendre l'essence de l'histoire de Rafaella/Lila et…
© Boris Postma  - Cheek Magazine
© Boris Postma