culture

La vidéo du jour

Une contre-cérémonie pour fêter la non-présidence des César par Roman Polanski

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait cette contre-cérémonie des César, qui célèbre la renonciation de Roman Polanski à présider la cérémonie officielle.
Une contre-cérémonie pour fêter la non-présidence des César par Roman Polanski

L’annonce de sa présidence de la prochaine cérémonie des César avait suscité de vives réactions il y a quinze jours. Accusé de viol sur une mineure de 13 ans dans les années 70, Roman Polanski est en effet toujours poursuivi aux États-Unis pour cette agression, et le choix de l’Académie a choqué de nombreuses personnes qui se sont mobilisées pour lui faire faire marche arrière -avec succès.

Parmi elles, Clémentine Vagne, qui a réuni sur le site de Change.org près de 62 000 signatures, et qui a honoré sa promesse de faire une contre-cérémonie, baptisée cérémonie des Olympe. Dans cette vidéo, elle remet, entre autres, les prix de la lâcheté et de l’indécence et revient sur cette polémique, qui, selon elle, fait insulte aux victimes de viol, une fois de plus complètement méprisées dans cette affaire. On est évidemment 100% d’accord avec cette analyse.

 


2. “Mon Tissu préféré” fait souffler un vent de liberté sur le cinéma syrien

Repéré dans la sélection Un Certain Regard du dernier festival de Cannes, Mon Tissu préféré est un conte initiatique construit comme une invitation au voyage, dans l’intimité d’une jeune femme en quête de liberté individuelle, sur fond de guerre civile syrienne.
“Mon Tissu préféré” fait souffler un vent de liberté sur le cinéma syrien - Cheek Magazine

4. Samantha Bailly, la romancière en lutte pour défendre les auteur·rice·s

Autrice, scénariste et youtubeuse, Samantha Bailly est récemment devenue présidente de la Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse et vice-présidente du Conseil Permanent des Écrivains. Du haut de ses 29 ans, elle bouscule le très masculin monde de l’édition à coup de hashtags et d’agitprop.
Samantha Bailly, la romancière en lutte pour défendre les auteur·rice·s - Cheek Magazine