culture

Le Cheek Point

Cannes 2018: Mais où sont les actrices de plus de 50 ans?

On a lu pour vous cet article des Terriennes de TV5 Monde sur le jeunisme du cinéma français et les rôles attribués aux actrices de plus de 50 ans et on vous le recommande.  
Juliette Binoche dans “Un beau soleil intérieur”, ©Ad Vitam
Juliette Binoche dans “Un beau soleil intérieur”, ©Ad Vitam

Juliette Binoche dans “Un beau soleil intérieur”, ©Ad Vitam


Une femme majeure sur deux a plus de cinquante ans aujourd’hui, soit un quart de la population majeure totale, mais cette majorité réelle dans la vie est traitée comme une minorité invisible dans les fictions! Or, les films transportent des normes, des valeurs, fournissent matière à l’inconscient collectif. Que veulent dire ces films qui racontent un monde où la femme peut être mère jusqu’à 40/45 ans puis elle disparaît pour revenir, parfois, en tant que grand-mère?  […] 

Pas de problème de chômage [pour l’actrice Sylvie Guichenuy, 54 ans] mais un ras le bol bien senti. ‘Lors des castings, où nous croyons être la personne recherchée, c’est à dire une femme d’environ 50 ans, on évoque notre date de naissance et l’on nous répond: ‘Il nous faut quelqu’un qui a trois ans de moins!’ ou bien, alors que notre profil correspond parfaitement, c’est: ‘Mais j’ai demandé une femme de 55 ans! Nous rétorquons alors que c’est précisément notre âge. Et l’on s’entend répondre: Oui, mais vous ne les faites pas!’ Ils attendent la mamie du film La Boum!’”

Dans un article intitulé Cinéma: après 50 ans, les femmes disparaissent, les Terriennes de TV5 Monde dressent un portrait du cinéma français et de la place attribuée aux actrices de cinquante ans et plus. On découvre un monde artistique marqué par un jeunisme qui cantonne les actrices, passé la barre du demi-siècle, à des rôles de mères ou de grand-mères. Quid des Catherine Deneuve, Nathalie Baye ou Agnès Jaoui, aux CVs bien fournis? Des “arbres-stars qui cachent la forêt”, d’après la comédienne Marina Tomé, interrogée par le journaliste Frantz Vaillant. Comme vient de nous le rappeler le coup de gueule des actrices noires,  il est temps que le cinéma français diversifie ses personnages féminins.

À lire le plus vite possible sur le site de TV5 Monde.

 


1. Céline Sciamma, Monia Chokri: à Cannes, l’avortement comme vous ne l’avez jamais vu

Céline Sciamma dans sa romance lesbienne de la fin du XVIIIème, Portrait de la jeune fille en feu, et Monia Chokri dans son Bridget Jones québécois La Femme de mon frère dépeignent toutes les deux l’avortement comme nous ne l’avons jamais vu.
Juliette Binoche dans “Un beau soleil intérieur”, ©Ad Vitam - Cheek Magazine
Juliette Binoche dans “Un beau soleil intérieur”, ©Ad Vitam

2. Cowboys femmes, cowboys noirs: Cannes réinvente une vieille figure de la virilité

Journaliste, enseignante et autrice de l’essai Sex and the Series, Iris Brey interroge les représentations genrées dans les films du festival de Cannes 2019. Cette chronique est réalisée en partenariat avec Les Inrockuptibles. 
Juliette Binoche dans “Un beau soleil intérieur”, ©Ad Vitam - Cheek Magazine
Juliette Binoche dans “Un beau soleil intérieur”, ©Ad Vitam

4. Les 10 films les plus Cheek de Cannes 2019

Presque tous réalisés par des femmes, ces 10 films présentés au festival de Cannes 2019 nous font très, très envie. 
Juliette Binoche dans “Un beau soleil intérieur”, ©Ad Vitam - Cheek Magazine
Juliette Binoche dans “Un beau soleil intérieur”, ©Ad Vitam

6. “Il fallait que je vous le dise”: Aude Mermilliod raconte son IVG en bande dessinée

Dans Il fallait que je vous le dise (éditions Casterman), l’autrice et dessinatrice Aude Mermilliod raconte avec honnêteté et sensibilité son expérience de l’IVG. Elle espère briser le silence qui règne toujours autour de ce sujet.
Juliette Binoche dans “Un beau soleil intérieur”, ©Ad Vitam - Cheek Magazine
Juliette Binoche dans “Un beau soleil intérieur”, ©Ad Vitam

7. De Goa à Lyon, Tracy de Sá imprègne son rap de féminisme intersectionnel

À l’occasion du festival marseillais Intersections et de la sortie de son premier album Commotion, la rappeuse Tracy de Sá nous a livré son parcours, de Goa à Lyon tout en revenant sur son engagement politique et son amour pour le hip-hop. Portrait d’une rappeuse féministe intersectionnelle.
Juliette Binoche dans “Un beau soleil intérieur”, ©Ad Vitam - Cheek Magazine
Juliette Binoche dans “Un beau soleil intérieur”, ©Ad Vitam