culture

Le Cheek Point

Cannes 2018: Mais où sont les actrices de plus de 50 ans?

On a lu pour vous cet article des Terriennes de TV5 Monde sur le jeunisme du cinéma français et les rôles attribués aux actrices de plus de 50 ans et on vous le recommande.  
Juliette Binoche dans “Un beau soleil intérieur”, ©Ad Vitam
Juliette Binoche dans “Un beau soleil intérieur”, ©Ad Vitam

Juliette Binoche dans “Un beau soleil intérieur”, ©Ad Vitam


Une femme majeure sur deux a plus de cinquante ans aujourd’hui, soit un quart de la population majeure totale, mais cette majorité réelle dans la vie est traitée comme une minorité invisible dans les fictions! Or, les films transportent des normes, des valeurs, fournissent matière à l’inconscient collectif. Que veulent dire ces films qui racontent un monde où la femme peut être mère jusqu’à 40/45 ans puis elle disparaît pour revenir, parfois, en tant que grand-mère?  […] 

Pas de problème de chômage [pour l’actrice Sylvie Guichenuy, 54 ans] mais un ras le bol bien senti. ‘Lors des castings, où nous croyons être la personne recherchée, c’est à dire une femme d’environ 50 ans, on évoque notre date de naissance et l’on nous répond: ‘Il nous faut quelqu’un qui a trois ans de moins!’ ou bien, alors que notre profil correspond parfaitement, c’est: ‘Mais j’ai demandé une femme de 55 ans! Nous rétorquons alors que c’est précisément notre âge. Et l’on s’entend répondre: Oui, mais vous ne les faites pas!’ Ils attendent la mamie du film La Boum!’”

Dans un article intitulé Cinéma: après 50 ans, les femmes disparaissent, les Terriennes de TV5 Monde dressent un portrait du cinéma français et de la place attribuée aux actrices de cinquante ans et plus. On découvre un monde artistique marqué par un jeunisme qui cantonne les actrices, passé la barre du demi-siècle, à des rôles de mères ou de grand-mères. Quid des Catherine Deneuve, Nathalie Baye ou Agnès Jaoui, aux CVs bien fournis? Des “arbres-stars qui cachent la forêt”, d’après la comédienne Marina Tomé, interrogée par le journaliste Frantz Vaillant. Comme vient de nous le rappeler le coup de gueule des actrices noires,  il est temps que le cinéma français diversifie ses personnages féminins.

À lire le plus vite possible sur le site de TV5 Monde.

 


1. 7 BD Cheek à découvrir cet automne

La rentrée littéraire côté romans graphiques recèle de nombreuses pépites. Nous avons sélectionné pour vous quelques lectures incontournables.
Juliette Binoche dans “Un beau soleil intérieur”, ©Ad Vitam - Cheek Magazine
Juliette Binoche dans “Un beau soleil intérieur”, ©Ad Vitam

2. Pourquoi les femmes vampires font-elles aussi peur?

Alors que la Cinémathèque rend hommage au mythe des vampires avec son exposition Vampires, de Dracula à Buffy, on a voulu comprendre pourquoi cette figure effrayait particulièrement au féminin. Décryptage.
Juliette Binoche dans “Un beau soleil intérieur”, ©Ad Vitam - Cheek Magazine
Juliette Binoche dans “Un beau soleil intérieur”, ©Ad Vitam

4. De son blog à sa BD avec Ovidie, comment Diglee s’est éveillée au féminisme

Après avoir cosigné Libres avec Ovidie, l’autrice de 31 ans signe les illustrations du grimoire de Jack Parker, Witch Please. Diglee nous a raconté son parcours féministe.
Juliette Binoche dans “Un beau soleil intérieur”, ©Ad Vitam - Cheek Magazine
Juliette Binoche dans “Un beau soleil intérieur”, ©Ad Vitam

5. “Newport Beach”, brûlot féministe et anti-capitaliste des années 2000?

Sororité, empouvoirement, masculinité non-toxique, déclassement social volontaire et militantisme écolo… Et si Newport Beach, dont on fête cette année les 15 ans de la diffusion française, était une critique du mode de vie des 1% californiens?
Juliette Binoche dans “Un beau soleil intérieur”, ©Ad Vitam - Cheek Magazine
Juliette Binoche dans “Un beau soleil intérieur”, ©Ad Vitam

6. Le porno du futur est éthique et vient de Berlin

A Berlin, on croque de la techno et du sexe chaque soir. 80% des clubs de la capitale de l’électro sont “sex positive” et, depuis 2006, s’ajoute à l’obligatoire pèlerinage au Berghain (la cathédrale techno de la ville), une visite au plus grand festival porno d’Europe: le Porn Film Festival.
Juliette Binoche dans “Un beau soleil intérieur”, ©Ad Vitam - Cheek Magazine
Juliette Binoche dans “Un beau soleil intérieur”, ©Ad Vitam

7. Avec “Les Testaments”, Margaret Atwood imagine la victoire des luttes féministes

Près de trente-cinq ans après la parution de La Servante écarlate, l’autrice canadienne Margaret Atwood publie Les Testaments (ed. Robert Laffont, traduit de l’anglais par Michèle Albaret-Maatsch), une suite qui explore la chute de la République de Galaad. Un appel à faire tomber le système établi.
Juliette Binoche dans “Un beau soleil intérieur”, ©Ad Vitam - Cheek Magazine
Juliette Binoche dans “Un beau soleil intérieur”, ©Ad Vitam