culture

De Goa à Lyon, Tracy de Sá imprègne son rap de féminisme intersectionnel

À l’occasion du festival marseillais Intersections et de la sortie de son premier album Commotion, la rappeuse Tracy de Sá nous a livré son parcours, de Goa à Lyon tout en revenant sur son engagement politique et son amour pour le hip-hop. Portrait d’une rappeuse féministe intersectionnelle.
© Jean-Baptiste Barbier
© Jean-Baptiste Barbier

© Jean-Baptiste Barbier


Samedi 27 avril, 22h30. Une foule compacte se presse devant la scène étroite du théâtre de l’Embobineuse à Marseille. Les festivalier·e·s d’Intersections –manifestation axée sur les luttes raciales et de genre-, après deux journées marquées par les discussions et les concerts, n’ont qu’une hâte: découvrir qui se cache derrière le nom Tracy de Sá. Très vite, son beatmaker Comix DelBagio fait son entrée, suivi de très près par la rappeuse de 26 ans. Elle se glisse alors sur le côté, queue de cheval haute, parée d’un body orange et d’un pantalon lamé or. La scène peut s’enflammer. 

 

Un univers artistique marqué par le brassage culturel

Du haut de son mètre 60, la musicienne a tout d’une grande. Née en Inde, à Goa, la petite Tracy parcourt dès le plus jeune âge le monde avec sa famille. Le Portugal, l’Espagne, puis un départ pour la France à la majorité -elle est aujourd’hui basée à Lyon- pour poursuivre ses études supérieures. Autant d’étapes et d’expériences qui vont forger sa personnalité. “Je considère ma musique comme du hip-hop créatif. J’ai grandi avec une culture rap et hip-hop des années 90 et 2000, mais je me suis inspirée de plusieurs types de musiques et ça, c’est dû à mon parcours migratoire”, explique Tracy de Sà au début de notre entretien. Et de poursuivre: “Ma musique est traversée par des sonorités latines, par l’influence du reggaeton, du flamenco mais aussi par la musique indienne, comme un juste retour à mes origines.” Avant de se mettre au rap, c’est par la danse que la vingtenaire s’est exprimée. Dès l’âge de quatre ans, elle pratique le flamenco puis le modern jazz. À l’adolescence, sur les conseils de sa professeure de danse, elle est initiée au hip-hop. Pour elle, c’est une révélation. Cette culture la pousse à questionner son identité et à porter de nouveaux idéaux. “À force d’écouter les paroles des chansons et de danser dessus, j’ai commencé à m’identifier aux messages, à questionner ma vie, le fait d’avoir grandi avec une mère célibataire, d’être une enfant issue de l’immigration, d’être une femme de couleur dans un pays qui n’est pas le mien”, affirme t-elle. À 18 ans la bascule s’opère. Poussée par des ami·e·s parisien·ne·s, Tracy de Sà se met à écrire ses premiers rap.

 

 

“Je m’identifie comme une artiste féministe”

Artiste engagée, formée aux études de genre à l’Université Lyon 2, Tracy de Sá cultive un rap conscient, qui questionne la place des femmes dans la société, les libertés sexuelles et les nombreux tabous du corps féminin. Le tout porté par un flow piquant proche d’une M.I.A., d’une Nathy Peluso ou de l’univers de l’artiste barcelonaise Rosalia. Depuis 2017, elle travaille de concert avec la Baham Prod, association à l’initiative du festival Intersections, qui milite pour une meilleure visibilisation des minorités de genre et raciales dans les sphères culturelles: “C’est super important qu’il y ait ce type de festival, notamment à cause de l’invisibilisation des femmes sur les scènes musicales actuelles. C’est important d’avoir des endroits où l’on se sent libre”, clame la jeune femme. “Je me considère comme une rappeuse féministe, j’ai d’ailleurs étudié ces problématiques et je me retrouve particulièrement dans le féminisme intersectionnel et dans l’éco-féminisme. Il y a énormément de choses à prendre d’une branche du féminisme à l’autre, il est donc compliqué pour moi d’être affiliée à un seul courant”, conclut-elle. Aujourd’hui, après être arrivée en demi-finale du concours Destination Eurovision 2019, la musicienne s’apprête à sortir, le 17 mai prochain, son premier album, Commotion. Un disque conçu comme une mosaïque, le doux reflet d’une identité métissée.

Aphelandra Siassia 


1. Cowboys femmes, cowboys noirs: Cannes réinvente une vieille figure de la virilité

Journaliste, enseignante et autrice de l’essai Sex and the Series, Iris Brey interroge les représentations genrées dans les films du festival de Cannes 2019. Cette chronique est réalisée en partenariat avec Les Inrockuptibles. 
© Jean-Baptiste Barbier - Cheek Magazine
© Jean-Baptiste Barbier

3. Les 10 films les plus Cheek de Cannes 2019

Presque tous réalisés par des femmes, ces 10 films présentés au festival de Cannes 2019 nous font très, très envie. 
© Jean-Baptiste Barbier - Cheek Magazine
© Jean-Baptiste Barbier

5. “Il fallait que je vous le dise”: Aude Mermilliod raconte son IVG en bande dessinée

Dans Il fallait que je vous le dise (éditions Casterman), l’autrice et dessinatrice Aude Mermilliod raconte avec honnêteté et sensibilité son expérience de l’IVG. Elle espère briser le silence qui règne toujours autour de ce sujet.
© Jean-Baptiste Barbier - Cheek Magazine
© Jean-Baptiste Barbier

6. “Pretty Woman” est-il un film problématique en 2019?

“Je ne pense pas qu’on pourrait sortir Pretty Woman aujourd’hui. Il y a tellement de choses qu’on trouverait à redire”, a récemment déclaré Julia Roberts à The Guardian. Faisons le test.
© Jean-Baptiste Barbier - Cheek Magazine
© Jean-Baptiste Barbier