culture

Le Cheek point

Pourquoi il faut applaudir le discours de Houda Benyamina à Cannes

On a lu pour vous cet article sur le discours de la réalisatrice Houda Benyamina à Cannes et on vous le conseille. 
Capture d'écran de la cérémonie de clôture © Canal Plus
Capture d'écran de la cérémonie de clôture © Canal Plus

Capture d'écran de la cérémonie de clôture © Canal Plus


“Comme tous les ans, comme à peu près tout le monde –même ceux qui n’en ont cure– j’ai regardé la cérémonie de clôture du 69ème Festival de Cannes. Et parce que c’est Cannes, parce que le cinéma est bien le seul domaine où la mondialisation est synonyme de cosmopolitisme, d’ouvertures, de tabous mis en lumière, d’interdits transgressés, de visages inédits, de corps dévoilés, de provocations salutaires bref parce que malgré le consumérisme, L’Oréal, la hiérarchie insupportable, le dernier opus inutile de, l’hystérie collective, l’artifice, Cannes est le festival qui prend le mieux la lumière et que toutes les nationalités, toutes les origines et tous les sexes y sont présents et bien oui, Cannes fait sens […]. Il y a eu deux cris extraordinaires lors de cette cérémonie de clôture. Et ce n’étaient ni les larmes délirantes de Xavier Dolan qui, malgré tout son talent de cinéaste, ne parvient jamais à me faire croire à l’authenticité de son personnage, ni les discours larmoyants et surréalistes des iraniens primés qui, en appelant à Dieu, à la Nation, au peuple, bref, à tout ce sombre bagage religieux et nationaliste, m’ont juste fait penser que les mollahs les attendaient sévère à leur retour s’il leur prenait l’envie de faire la bise aux uns et aux autres […]. Non, ce qui m’a volé un grand sourire et quelques larmes […], ce qui m’a fait me dire qu’il y avait encore de l’espoir à la louche et des rêves à dormir debout, ce sont Ibrahim Maalouf et Houda Benyamina […].

Elle a gueulé Houda, elle a été vulgaire, grossière, elle a monopolisé le temps, elle a crié sa victoire, elle a remercié tous ceux qui ont pu permettre ça, ce prix à elle qui ‘n’en avait rien à foutre de Cannes’. Ce qu’elle voulait, c’était mener son film jusqu’au bout, faire éclater sa voix, faire la nique à ceux qui croyaient la chose impossible. Parce qu’elle est une femme avant tout. Et une femme franco-marocaine. Elle a gueulé Houda, elle a gueulé pour nous, les femmes, pour qu’on soit plus nombreuses à tous les niveaux, pour qu’on prenne le pouvoir. Si elle y était parvenue, toutes pouvaient y parvenir. Elle a gueulé que Cannes était à ‘nous’. Et dans ce ‘nous’ il y avait autant de femmes que de métèques. Houda m’a fait du bien. Houda aurait dû faire du bien à tout le monde, surtout au monde du sexe féminin. Parce qu’avant tout, elle a accompli cette chose si difficile pour les femmes: elle a pris la parole. Et elle n’en avait rien à foutre du temps que prendrait son cri, elle l’a pris ce temps.”

Dans une tribune intitulée Eloge de la vulgarité à Cannes (et donc ailleurs), l’écrivaine Abnousse Shalmani explique pourquoi le discours de la réalisatrice Houda Benyamina, récompensée de la Caméra d’or pour son premier long-métrage Divines, était primordial.

A lire le plus vite possible sur le site de Vanity Fair


4. Les pauses café avec Catherine et Liliane, c'est bientôt fini

Catherine et Liliane ne reviendront pas sur nos écrans à la rentrée, mais sont toujours aussi drôles quand elles préparent la fête des pères de ce 16 juin.
Capture d'écran de la cérémonie de clôture © Canal Plus - Cheek Magazine
Capture d'écran de la cérémonie de clôture © Canal Plus

5. Avec son roman, Sara Collins a imaginé une Jane Eyre noire

Quand elle était jeune, Sara Collins dévorait les romans des sœurs Brontë et de Mary Shelley. Aujourd’hui, elle vient de sortir son premier roman, Les Confessions de Frannie Langton, inspiré de ces classiques. Avec pour héroïne une ancienne esclave embarquée de la Jamaïque à Londres.
Capture d'écran de la cérémonie de clôture © Canal Plus - Cheek Magazine
Capture d'écran de la cérémonie de clôture © Canal Plus

6. Avec “Hors la loi”, elles rejouent le procès de Bobigny sur l’IVG

La pièce Hors la loi de Pauline Bureau, met en scène à la Comédie Française l’histoire de l’ado Marie-Claire Chevalier, jugée pour avoir avorté en 1971 alors que c’était encore illégal en France. Trois bonnes raisons de prendre sa place avant le 7 juillet.
Capture d'écran de la cérémonie de clôture © Canal Plus - Cheek Magazine
Capture d'écran de la cérémonie de clôture © Canal Plus

7. “Big Little Lies”, saison 2: le retour post #MeToo des Monterey five

On a vu les trois premiers épisodes de la deuxième saison très attendue de la série HBO Big Little Lies, diffusée en France par OCS. On vous raconte.
Capture d'écran de la cérémonie de clôture © Canal Plus - Cheek Magazine
Capture d'écran de la cérémonie de clôture © Canal Plus