culture

“Disobedient Daughters”, l'expo qui casse les stéréotypes autour des femmes asiatiques

“Objet sexuel”, “soumises”, “toutes pareilles”: au centre Metro Arts de Brisbane, en Australie, l’exposition Disobedient Daughters, organisée par la commissaire sino-australienne Sophie Cai, réunit neuf artistes et collectifs de photographes démantelant les stéréotypes de genre et d’ethnicité assignés aux femmes asiatiques.
© Mihyun Kang, “My Midori”
© Mihyun Kang, “My Midori”

© Mihyun Kang, “My Midori”


Quand j’ai atteint la puberté, j’ai réalisé que je serai toujours considérée comme un fantasme sexuel, un objet de curiosité. Les seuls garçons qui s’intéressaient à moi étaient des jeunes obsédés par les mangas ou pire, des hommes blancs d’âge mûr”, déclare l’essayiste Michelle Law dans son ouvrage Red, Hot Anger.

logo inrocks

 

Ainsi s’ouvre le catalogue de l’exposition Disobedient Daughters (Ndlr: “filles désobéissantes” en français), nous plongeant d’emblée au coeur du sujet. Organisée par la commissaire sino-australienne Sophie Cai au Metro Arts de Brisbane, en Australie, elle rassemble neuf plasticiennes et collectifs de photographes exclusivement féminins, démantelant par l’image les stéréotypes généralement associés aux femmes asiatiques

Motivée par son expérience personnelle, la conservatrice a cherché à porter une exposition qu’elle aurait aimé voir ailleurs, et surtout plus tôt dans sa vie. “Cette exposition est née de mon expérience personnelle d’immigrée chinoise en Australie et de ce que je voyais dans les médias, a t-elle expliqué au magazine HuckD’une certaine manière, j’ai fait un accrochage que j’aurais aimé voir.” 

 

Le portrait et l’autoportrait: clef de voûte de l’exposition 

Irrévérencieuses, critiques et teintées d’ironie, les photographies et les vidéos présentées dans cette exposition mettent au jour des réalités bien souvent méconnues du grand public comme la fétichisation et l’exotisation dont font l’objet les femmes asiatiques. Ici, les différentes artistes cassent ces stéréotypes par l’image, en détournant les codes de représentation ou en multipliant les symboles. Dans plusieurs propositions plastiques, les artistes se mettent en scène ou usent du portrait pour questionner leur identité.

 

“Les femmes asiatiques ne sont pas soumises”, “Les femmes asiatiques ne sont pas soit des prudes, soit des folles du sexe”, “Les femmes asiatiques ne peuvent pas être toutes généralisées”: une installation de l’exposition Disobedient Daughters.

 

La série de photographies de Mihyun Kang pointe pleinement ces questions. À plusieurs endroits de la ville de New York, des femmes sont mises en scène, à genoux, se prosternant en signe de respect. L’artiste Pixy Liao, quant à elle, explore nos rapports à l’hétérosexualité et détourne les schémas de domination classique comme dans ce cliché montrant un homme nu, allongé sur la table d’une cuisine et ayant comme cache sexe une demi papaye qu’une jeune femme au regard vif s’apprête à manger. C’est avant tout des expériences personnelles que ces plasticiennes tentent de retranscrire avec subtilité et une note de fantaisie.

“Disobedient Daughters”, l'expo qui casse les stéréotypes autour des femmes asiatiques

© Pixy Lao, Breakfast

 

Un pied de nez aux politiques migratoires australiennes

Depuis peu, l’Australie connait une croissance démographique record avec ses 28% d’habitants nés à l’étranger, et venant aujourd’hui majoritairement de pays asiatiques. Le pays est donc de plus en plus cosmopolite, mais les autorités peinent à mettre en valeur cette diversité. Le processus d’accès à la nationalité a même récemment été durci. Quant aux institutions artistiques, elles persistent à ne pas aborder ces problématiques bien qu’elles soient symptomatiques de la société australienne. Sophie Cai espère faire évoluer les mentalités en proposant ce type d’exposition: “J’espère que des expositions comme celle-ci contribueront à corriger ce déséquilibre.

Aphelandra Siassia

Cet article a été initialement publié sur le site des Inrocks.

Disobedient Daughters, au Metro Arts de Brisbane, Australie, jusqu’au 21 avril 2018.

logo inrocks


1. Féministes et connectées, comment les poétesses nouvelle génération font bouger les lignes

Les femmes ont toujours écrit de la poésie. Pourtant, le genre continue d’être investi majoritairement par des figures masculines, qui font autorité. Récemment pourtant, la donne commence à changer avec des jeunes femmes qui se servent de cet art pour parler de leurs expériences et faire entendre leur voix.
© Mihyun Kang, “My Midori”  - Cheek Magazine
© Mihyun Kang, “My Midori”

3. Avec “Poupée Russe”, Natasha Lyonne prend sa revanche

Après une adolescence sous les projecteurs, Natasha Lyonne a galéré. Problèmes de drogue, personnalité atypique: pendant 20 ans, elle a été cantonnée aux pages people et aux rôles secondaires. Avec Poupée russe, elle prouve son talent et signe son grand retour.  
© Mihyun Kang, “My Midori”  - Cheek Magazine
© Mihyun Kang, “My Midori”

5. Eric Rohmer: le plus féministe des réalisateurs de la Nouvelle Vague?

Depuis le 9 janvier dernier et jusqu’au 11 février prochain, la cinémathèque française propose une rétrospective du célèbre réalisateur de la nouvelle vague Eric Rohmer. L’occasion de redécouvrir les chefs d’oeuvres d’un cinéaste féministe jusque dans sa façon de tourner. 
© Mihyun Kang, “My Midori”  - Cheek Magazine
© Mihyun Kang, “My Midori”

6. Rappeuses et slut-shaming, le stigmate qui a la dent dure

Nicki Minaj, Cardi B, Liza Monet ou Shay, ces rappeuses “hardcore” se voient régulièrement slut-shamées en raison de leur image hypersexualisée et de leurs textes crus. Pourquoi ces artistes se retrouvent-elles encore confrontées à ces préjugés sexistes?
© Mihyun Kang, “My Midori”  - Cheek Magazine
© Mihyun Kang, “My Midori”

7. Marina Rollman: du flop au top, comment l'humoriste suisse a trouvé sa voie

Savant mélange de gouaille et de douceur, Un Spectacle drôle de Marina Rollman fait souffler un vent d’air frais sur le stand-up français. Auréolée d’un succès grandissant, cette Franco-suisse est à l’image de ses blagues: marrante, sincère et captivante.
© Mihyun Kang, “My Midori”  - Cheek Magazine
© Mihyun Kang, “My Midori”