culture

Dynastits: elles font bouger les nuits lyonnaises et les stéréotypes

Le collectif lyonnais Dynastits organise aujourd’hui sa première soirée à Lyon. Rencontre 
DR
DR

DR


La soirée Argent sale pour nuits blanches, organisée ce soir au Sonic à Lyon, marque l’acte de naissance officiel du collectif Dynastits. Créé en septembre 2016, ce gang de Djs s’est rassemblé pour organiser des soirées et des concerts, et animer une émission de radio “dédiée aux groupes de filles à tendance rock” sur la station C’rock. Elles ont répondu d’une même voix à nos questions.

Quelle est l’idée de Dynastits?

L’idée originelle était de proposer des soirées dancefloor, parfois des concerts, avec l’envie de valoriser non seulement des projets portés par des femmes, mais plus largement de se saisir, par le prisme de la fête, des stéréotypes liés au genre. C’est pourquoi on aimerait que ces soirées soient un espace où tous les publics se sentent bien (cisgenre, transgenre, communautés LGBT…). Et, comme on nous a déjà posé la question, OUI les garçons sont les bienvenus!

 Qui se cache derrière Dynastits? 

Le noyau dur est constitué de six nanas d’une trentaine d’années. Notre point commun, c’est qu’on a toutes gravité dans la musique, que ça soit dans l’ultra underground ou des réseaux plus officiels, et en tant que mélomanes averties, programmatrice de salle de concerts, artistes, organisatrices d’événements, chargée de projets etc… Finalement dans le “civil”, on a gardé d’une manière ou d’une autre ce lien avec la partie artistique ou l’intérêt pour le travail collectif: graphiste, communicante, photographe, formatrice, institutrice, directrice de centre social… 

 

Pourquoi êtes-vous masquées sur la photo?

Parce qu’on a la trentaine passée, certaines des enfants, d’autres un travail exténuant et globalement qu’on a trop fait la fête dans notre vie!!! Et plus sérieusement, les masques que nous portons sont des masques de lutteurs mexicains… ils symbolisent assez bien notre côté riot grrrls mixé à notre amour du spectacle!

Pourquoi le monde a besoin de Dynastits?

Parce que le monde a besoin d’une vraie égalité Femmes / Hommes, parce que le monde a besoin de paillettes et de musiques de qualité pour danser, s’aimer et exister!

Votre première soirée a lieu ce soir, à quoi peut-on s’attendre?

On n’avait pas envie d’être une énième organisation de concerts “classiques”, d’autres le font déjà très bien. Nous allons essayer de jouer un maximum la carte de l’interaction avec le public. Chaque soirée s’articulera autour d’un thème évocateur et inspirant pour la fête, les costumes, le décor. Pour cette première, comme on avait vraiment besoin de lancer économiquement le projet, on a décidé d’assumer à fond le cliché des femmes qui aiment l’argent et notre première thématique est donc “Argent sale pour nuit blanche”! Pour le décor, nous faisons appel à la scénographe Stéphanie Argentier avec qui nous souhaitons collaborer régulièrement pour créer un vrai univers visuel autour de ces soirées. Une disco-vente-aux-enchères pour acheter le meilleur du pire du vinyle à pas cher et bien évidemment le dancefloor, où on ira du rock à l’electro en passant par le disco.

Si vous pouviez organiser la soirée de vos rêves, elle ressemblerait à quoi?

Un week-end entier, plusieurs lieux, intérieurs et extérieurs, des décors pharaoniques, une programmation mixte, des gens qui se lâchent, qui osent être eux-mêmes sur le dancefloor, beaucoup d’amour et de bienveillance.

Où voyez-vous Dynastits dans 5 ans?

Dans 5 ans, Dynastits sera une multinationale de la fête et nous aurons toutes des brushings et des tailleurs à épaulettes comme Mélanie Griffith dans Working Girl, ah ah!  Non, là on vous glisse juste une idée de costume pour ce soir… Pour l’instant, on ne se projette pas, on profite!

Propos recueillis par Faustine Kopiejwski


2. “Ratched”: la méchante est lesbienne, et cela fait du bien

Dans sa dernière série, Ryan Murphy fait de Miss Ratched, l’infirmière malveillante de Vol au-dessus d’un nid de coucou, une lesbienne et détruit au passage certains clichés.
DR  - Cheek Magazine
DR

3. Avec l'ASMR, la pop se niche au creux de l'oreille

De Billie Eilish à Ariana Grande, la technique de l’ASMR conquiert petit à petit le monde de la pop music et lui offre une acoustique singulière et puissante. Explications du phénomène.
DR  - Cheek Magazine
DR

5. Mel C n'est plus Sporty Spice mais n'a rien perdu de son girl power

Plus de 20 ans après ses débuts, Mel C alias Sporty Spice des Spice Girls sort un album synth-pop qui célèbre le fait d’être pleinement soi-même. Rencontre par écrans interposés, covid oblige.
DR  - Cheek Magazine
DR