culture

L'interview de Safia Bahmed-Schwartz / Émilie Jouvet

“Le désir, c'est ce qui fait de nous des humains”

Tout au long de l’année, l’artiste Safia Bahmed-Schwartz part à la rencontre de ses pairs pour tenter de définir ce qu’est l’art. 
© Émilie Jouvet
© Émilie Jouvet

© Émilie Jouvet


La réalisatrice et photographe Émilie Jouvet a notamment signé One Night Stand, le premier porno queer français, ou Too Much Pussy, road-movie documentaire qui suit une troupe d’artistes et de performeuses en tournée. Depuis début 2014, son travail photographique est également regroupé au sein d’un beau livre éponyme. J’ai pris un café au soleil avec elle pour parler féminisme pro-sexe, images et désir. 

Salut Émilie, peux-tu te présenter?

Je suis réalisatrice, photographe, féministe, écolo… Cette liste pourrait continuer pendant longtemps. 

Tu réalises quoi?

Je fais de la vidéo d’art, aussi bien des petits formats destinés aux galeries que des longs-métrages. Ces derniers sont davantage cinématographiques mais gardent quand même un côté expérimental: c’est un peu du docufiction. L’un d’entre eux s’appelle One Night Stand, c’est un porno queer, le premier en France. L’autre, Too Much Pussy, est un road-movie documentaire, il n’est pas porno mais parle de sexualité, dans une perspective féministe pro-sexe. Ce film est sorti en France et à l’étranger et, vu qu’au cinéma on ne peut pas montrer de scènes trop explicites, j’en ai fait une deuxième version, intégrale celle-ci, qui s’appelle Much More Pussy.

C’est quoi le féminisme pro-sexe?

Il y a différents courants dans le féminisme. Il y a notamment eu le féminisme deuxième vague, celui des années 70, où les femmes se sont battues pour qu’on ait plein de droits, tout en ayant une vision de la sexualité assez particulière: elles étaient contre la pornographie et la prostitution, car elles pensaient que les femmes étaient victimes de la sexualité des hommes. En réaction à ça, plein de féministes se sont dit qu’au lieu d’interdire la pornographie, il valait mieux se réapproprier les moyens de représentation de la sexualité, celle-ci n’étant pas un mal en soi, mais juste représentée par des hommes pour un public d’hommes. L’idée était: “Pourquoi ne pas s’emparer de ces outils-là et en faire nous-mêmes?” Cette mouvance, dans laquelle je m’inscris, est née aux États-Unis dans les années 80, 9o, mais la “sex war” entre les deux courants féministes sévit encore aujourd’hui.

Emilie Jouvet 2

© Émilie Jouvet

Comment l’appartenance à cette mouvance se traduit dans ton travail?

Artistiquement, je trouve intéressant d’explorer la sexualité et ses représentations. La sexualité est souvent un territoire d’oppression, mais peut aussi être un territoire de liberté si l’on s’en empare. Les gens que je prends en photo ou que je filme ne sont pas des mannequins. Ils montrent leurs désirs et leurs corps tels qu’ils sont, de manière frontale. Ils ne rentrent pas dans des normes préétablies.  

La photo, c’est quoi pour toi?

J’ai toujours fait de la photo, depuis toute petite, au départ comme un jeu. Avant ma naissance, ma chambre était le labo dans lequel mon père développait ses photos. Quand je suis arrivée, il a tout déménagé dans le placard du couloir. J’ai grandi avec la photo, à tel point que, quand je suis rentrée aux Beaux-Arts, je n’ai pas pensé à en faire, car pour moi ce n’était pas de l’art, c’était un truc du quotidien. J’ai expérimenté la peinture, la sculpture, mais au final, je me suis aperçue que la photo et la vidéo me touchaient davantage. 

C’est quoi l’art pour toi?

Je pense que l’art est une vision du monde que chaque artiste, quelle que soit la qualité de ses oeuvres, essaye de transmettre. Ça peut être scientifique l’art, c’est une recherche. Un artiste donne à voir ses expérimentations.

Emilie Jouvet 3

© Émilie Jouvet

En regardant ton livre, je me suis justement demandé si c’était une recherche ou plutôt une porte ouverte sur ton intimité, comme le travail de Nan Goldin par exemple. 

C’est un peu les deux, certaines images naissent dans un cadre très intime. D’une manière générale, j’essaye de laisser assez de place à la personne que je photographie pour qu’elle se sente suffisamment à l’aise et se mette en scène comme elle en a envie. Il y a toujours un petit moment où la personne se fige, où elle prend une pose -on a tellement l’habitude d’avoir un appareil photo sous le nez qu’on a tendance à adopter une position dans laquelle on se pense plus photogénique. J’attends que ce moment passe, je dis à la personne ce que je vois en elle et ce que je veux montrer à l’image, l’idée étant de prendre le pouvoir sur ce qu’elle a envie de me dire.

Ton livre commence par des définitions du désir: quelle est la tienne?

Le désir est une pulsion de vie. Le désir, et je ne parle pas du désir sexuel, c’est ce qui fait de nous des humains.


1. Dans son roman, Sarah Barukh ausculte une amitié féminine née dans les 90's

Sarah Barukh est une ex-ado des années 90, et surtout une enfant du 19ème, à Paris. De cette jeunesse dans un arrondissement traditionnellement multiculturel, à l'aube d'un nouveau millénaire, elle a tiré deux héroïnes qui font vivre son troisième roman Envole-moi, paru peu avant le…
© Émilie Jouvet  - Cheek Magazine
© Émilie Jouvet

2. “Vénus”: cette nouvelle websérie LGBT+ a besoin de vous

Après la production d'un premier pilote en 2017, Adèle Potel-Gouget, la scénariste de la websérie Vénus s'est lancée dans la réécriture de ce projet LGBT+ et inclusif, “qui porte un regard réaliste et féministe sur la communauté LGBT+, sur le parcours de femmes de différentes…
© Émilie Jouvet  - Cheek Magazine
© Émilie Jouvet

3. Pomme dévoile le clip confiné mais lumineux de son morceau “Les Oiseaux”

Pendant le confinement, Pomme a fait cadeau à ses fans d'un Ep éphémère, Quarantine Phone Sessions, qui prouvait une fois de plus la créativité sans bornes de la jeune artiste. Alors que cet Ep est retiré des plateformes de streaming ce jeudi 14 mai, la…
© Émilie Jouvet  - Cheek Magazine
© Émilie Jouvet

4. Comment Sally Rooney est devenue l’autrice préférée des millennials

Depuis sa diffusion le 26 avril sur la BBC et sur Hulu, Normal People ne cesse de faire parler d’elle. Avec des critiques dithyrambiques et un nombre de visionnage record en replay outre-Manche, la série est devenue un véritable phénomène. L’effet du confinement, nous direz-vous?…
© Émilie Jouvet  - Cheek Magazine
© Émilie Jouvet

5. Avec “Shook”, Tkay Maidza signe le tube de notre déconfinement

Grands espaces et danses effrénées: pour celles et ceux qui ont des fourmis dans les jambes après deux mois enfermé·e·s, le nouveau titre de Tkay Maidza,  Shook, s'impose comme un potentiel tube de déconfinement. Sur les pas de Missy Elliott, l'Australo-zimbabwéenne annonce avec ce morceau…
© Émilie Jouvet  - Cheek Magazine
© Émilie Jouvet

6. “Hollywood”: la nouvelle série utopique, féministe et inclusive de Ryan Murphy

Et si les personnes marginalisées avaient pu faire tomber le boys’ club d’Hollywood à son âge d’or, si elles avaient pu raconter les histoires qu’elles voulaient voir? Voici le point de départ d’Hollywood, dernière série de Ryan Murphy (Nip/Tuck, Glee, American Horror Story…) diffusée sur…
© Émilie Jouvet  - Cheek Magazine
© Émilie Jouvet

7. Comment les célébrités tentent de rester connectées en confinement

Le point commun entre Kylie Jenner, Britney Spears, Florence Pugh ou Lizzo: ces célébrités sont à portée de téléphone et nous paraissent d’autant plus proches depuis le début du confinement. Mais ont-elles adapté leur contenu depuis le début de la pandémie? Comment continuer d’exister (et…
© Émilie Jouvet  - Cheek Magazine
© Émilie Jouvet