culture

Emma Watson reconnaît son privilège de femme blanche dans un texte adressé à son book club

Dans un texte adressé aux membres de son club de lecture, Emma Watson revient sur une prise de conscience nécessaire. 
DR
DR

DR


“Chers OSS,

Il y a tant de racisme, à la fois dans notre passé et notre présent, qui n’est pas reconnu ni pris en compte. Je sais que c’est le cas à travers ma propre éducation, et je sais que j’ai encore tant à apprendre. C’est pourquoi je suis excitée d’annoncer que notre premier livre de 2018 est Why I’m No Longer Talking to White People About Race de Reni Eddo-Lodge, qui parle de l’histoire du racisme en Grande-Bretagne, et de la façon dont nous pouvons l’appréhender, le reconnaître et le remettre en question. Je ne suis pas supposée avoir de [livres] favoris, mais celui-ci a été le plus important pour moi cette année. 

Lorsque j’ai fait mon discours à l’ONU en 2015, la majorité de mes propos véhiculaient l’idée qu’‘être féministe, c’est simple!’ Facile! Pas de problème! J’ai appris depuis qu’être féministe est plus qu’un simple choix ou qu’une simple décision. C’est une interrogation sur soi. A chaque fois que je crois en avoir gratté toutes les couches, il y a une autre couche à gratter. Mais, je comprends aussi que les voyages les plus difficiles sont souvent ceux qui en valent le plus la peine. Et que ce processus ne peut être accompli à un rythme ou un pouls autre que le mien. 

Lorsque j’ai entendu qu’on m’appelait ‘féministe blanche’, je n’ai pas compris (et je suppose que je leur ai ainsi donné raison). Quel besoin y avait-il de me définir -ou de définir n’importe qui, en fait-, en tant que féministe par la race? Qu’est-ce que ça voulait dire? Le mouvement féministe était-il plus divisé que ce que j’avais cru? J’ai commencé à… paniquer. 

Il aurait été plus utile d’occuper mon temps à me poser des questions telles que: De quelle manière ai-je bénéficié du fait d’être blanche? De quelles manières je soutiens un système qui est structurellement raciste? A quel point ma race, ma classe et mon genre affectent-ils mon point de vue? Apparemment, il y avait beaucoup de types de féministes et de féminisme. Mais au lieu de voir ces différences comme clivantes, j’aurais pu me demander si le fait de les définir pouvait nous rendre plus fortes et aboutir à plus de compréhension. Mais je ne savais pas poser ces questions. […]”

Dans un long texte publié sur la plateforme Goodreads où elle héberge son book club, Our shared shelf, Emma Watson s’est adressée à ses lectrices et lecteurs pour présenter le premier livre qu’elle leur propose cette année. L’occasion pour l’actrice, souvent critiquée pour avoir délivré à l’ONU un discours excluant pour les femmes non blanches, de reconnaître à quel point notre société est structurellement raciste et d’expliquer le cheminement qu’il l’a poussée à se remettre en question.   

A lire en version originale sur Goodreads


4. 7 BD Cheek incontournables de la rentrée

Si vous êtes perdu·e·s dans les sorties BD, pas de panique. Nous avons sélectionné sept romans graphiques 100% Cheek à dévorer.
DR  - Cheek Magazine
DR

7. Alexandra Badea: la metteuse en scène engagée pour qui tout est politique

En remuant les débris enfouis de notre histoire collective, Alexandra Badéa ravive une mémoire douloureuse, dans un effort salutaire pour donner la parole à celles et ceux que l’on n’entend pas. Sa dernière pièce, Points de non-retour [Thiaroye], premier volet d’une trilogie en représentation au théâtre national de la Colline du 19 septembre au 14 octobre prochain, revient sur le massacre des tirailleurs sénégalais de Thiaroye.
DR  - Cheek Magazine
DR