culture

Emma Watson reconnaît son privilège de femme blanche dans un texte adressé à son book club

Dans un texte adressé aux membres de son club de lecture, Emma Watson revient sur une prise de conscience nécessaire. 
DR
DR

DR


“Chers OSS,

Il y a tant de racisme, à la fois dans notre passé et notre présent, qui n’est pas reconnu ni pris en compte. Je sais que c’est le cas à travers ma propre éducation, et je sais que j’ai encore tant à apprendre. C’est pourquoi je suis excitée d’annoncer que notre premier livre de 2018 est Why I’m No Longer Talking to White People About Race de Reni Eddo-Lodge, qui parle de l’histoire du racisme en Grande-Bretagne, et de la façon dont nous pouvons l’appréhender, le reconnaître et le remettre en question. Je ne suis pas supposée avoir de [livres] favoris, mais celui-ci a été le plus important pour moi cette année. 

Lorsque j’ai fait mon discours à l’ONU en 2015, la majorité de mes propos véhiculaient l’idée qu’‘être féministe, c’est simple!’ Facile! Pas de problème! J’ai appris depuis qu’être féministe est plus qu’un simple choix ou qu’une simple décision. C’est une interrogation sur soi. A chaque fois que je crois en avoir gratté toutes les couches, il y a une autre couche à gratter. Mais, je comprends aussi que les voyages les plus difficiles sont souvent ceux qui en valent le plus la peine. Et que ce processus ne peut être accompli à un rythme ou un pouls autre que le mien. 

Lorsque j’ai entendu qu’on m’appelait ‘féministe blanche’, je n’ai pas compris (et je suppose que je leur ai ainsi donné raison). Quel besoin y avait-il de me définir -ou de définir n’importe qui, en fait-, en tant que féministe par la race? Qu’est-ce que ça voulait dire? Le mouvement féministe était-il plus divisé que ce que j’avais cru? J’ai commencé à… paniquer. 

Il aurait été plus utile d’occuper mon temps à me poser des questions telles que: De quelle manière ai-je bénéficié du fait d’être blanche? De quelles manières je soutiens un système qui est structurellement raciste? A quel point ma race, ma classe et mon genre affectent-ils mon point de vue? Apparemment, il y avait beaucoup de types de féministes et de féminisme. Mais au lieu de voir ces différences comme clivantes, j’aurais pu me demander si le fait de les définir pouvait nous rendre plus fortes et aboutir à plus de compréhension. Mais je ne savais pas poser ces questions. […]”

Dans un long texte publié sur la plateforme Goodreads où elle héberge son book club, Our shared shelf, Emma Watson s’est adressée à ses lectrices et lecteurs pour présenter le premier livre qu’elle leur propose cette année. L’occasion pour l’actrice, souvent critiquée pour avoir délivré à l’ONU un discours excluant pour les femmes non blanches, de reconnaître à quel point notre société est structurellement raciste et d’expliquer le cheminement qu’il l’a poussée à se remettre en question.   

A lire en version originale sur Goodreads


1. Owlle, magicienne pop qui aime l'ombre et la lumière

Quatre ans après son premier album, Owlle revient avec Summer Crisis, un nouvel Ep qui annonce le virage pop de son nouvel album, Heavy Weather, à paraître dans les mois qui viennent. 
DR  - Cheek Magazine
DR

3. Elles ont crée Belleville, une maison d'édition consacrée aux littératures étrangères et engagées

Dorothy Aubert et Marie Trébaol, deux éditrices parisiennes, ont lancé la maison Belleville en 2015. Elles donnent ainsi la parole à des autrices et auteurs militant·e·s, venu·e·s de Turquie, d’Arménie ou encore d’Égypte, et nous entraîne à la découverte de nouvelles cultures. Entretien express.
DR  - Cheek Magazine
DR

4. Whitney Houston aurait été sexuellement abusée enfant

Dans un documentaire évènement sur la vie de la chanteuse, le réalisateur Kevin Macdonald dévoile le témoignage du demi-frère de Whitney Houston qui accuse leur cousine Dee-Dee Warwick d’avoir abusé d’eux lorsqu’ils étaient enfants. 
DR  - Cheek Magazine
DR

6. “Behind the Scars”: quand une photographe s'intéresse aux histoires derrière les cicatrices

Une opération, une chute ou des blessures auto-infligées: derrière les cicatrices se cache souvent une histoire. Pour son projet Behind the Scars, la photographe britannique Sophie Mayanne invite ses sujets à raconter la genèse de leurs marques et à examiner l’impact qu’elles ont eu sur la construction de leur identité. 
DR  - Cheek Magazine
DR

7. Adelaïde Bon signe un roman incroyable sur le viol qu'elle a subi enfant

Elle avait 9 ans quand elle a été violée dans la cage d’escalier de son immeuble. Le coupable ne sera retrouvé et inculpé que 23 ans plus tard. Entre-temps, Adélaïde Bon a souffert et surtout culpabilisé jusqu’à l’autodestruction. Aujourd’hui, elle raconte son parcours dans La Petite fille sur la banquise, un récit littéraire saisissant qui dénonce la culture du viol et la tendance à minimiser un crime que la société peine à définir, à comprendre et donc parfois à punir.
DR  - Cheek Magazine
DR