culture

Théâtre

Féminisme, genre et transidentité: notre sélection 2018 au Festival d'Avignon

Alors que le Festival d’Avignon ouvre ses portes ce vendredi 6  juillet, avec une édition 2018 placée sous le signe du genre, voici notre sélection des pièces à ne pas manquer. 
“Mon Olympe” © Gabrielle Malewski
“Mon Olympe” © Gabrielle Malewski

“Mon Olympe” © Gabrielle Malewski


Pour sa 72ème édition, le Festival d’Avignon ouvre ses portes à une question brûlante: celle du genre. Du 6 au 24 juillet, le féminisme, les trans et le genre comme construction culturelle traversent les spectacles de théâtre et danse de la ville. Si le président Olivier Py se réjouit des 45,5% de parité au festival cette année -un chiffre “jamais atteint” auparavant- il rappelle que “la différenciation homme-femme est obsolète. […] C’est parce que [l’humanité] est Une qu’elle est multiple, c’est quand elle est double qu’elle ne l’est pas”. On vous présente notre sélection de spectacles à aller voir au Festival d’Avignon, ainsi qu’au festival alternatif OFF qui a aussi lieu à Avignon, du 6 au 29 juillet. 

 

Mon Olympe de Gabrielle Chalmont et Marie-Pierre Boutin

Mon Olympe © Flavie Brizard

© Flavie Brizard

Le pitch: 5 copines de fac sont enfermées de nuit dans un parc, sans pouvoir communiquer avec l’extérieur. L’occasion parfaite pour évoquer leur vision du féminisme et discuter avortement et harcèlement de rue.

Pourquoi on vous le conseille: Intelligente et drôle, la pièce -que nous avions vue en 2016– a été écrite et mise en scène par deux vingtenaires survoltées qui veulent rendre le féminisme cool et accessible. Entre humour, danse et questions cash, Mon Olympe est le cocktail parfait pour divertir ses neurones, et répondre à cette lancinante question: c’est quoi être féministe en 2018?

Où et quand: Théâtre des Corps Saints, tous les jours du 6 au 29 juillet, sauf les mercredis (Festival OFF).

 

TRANS (més enllà) de Didier Ruiz

TRANS (més enllà) © Emilia-Stéfani-Law

© Emilia-Stéfani-Law

Le pitch: Sur scène, 7 “innocents”, ces acteurs non professionnels -ici, tous trans- que Didier Ruiz invite sur ses spectacles, témoignent. Leurs parcours se ressemblent, eux qui sont nés dans un corps qui n’est pas le leur et qui ont connu le harcèlement, la violence et la stupeur familiale.

Pourquoi on vous le conseille: Pour écouter des témoignages authentiques d’hommes et de femmes transgenres et pour soutenir ce qui est, selon Didier Ruiz, un acte de dénonciation pour changer “une société intolérante qui a oublié de parler d’amour”.

Où et quand: Gymnase du lycée Mistral, du 8 au 16 juillet, sauf le 12.

 

24h de la vie d’une femme sensible d’Eva Byele

24 heures de la vie d'une femme sensible © Lucia Herrero

© Lucia Herrero

Le pitch: Dans le Paris des années 20, une femme bourgeoise et mariée s’éprend d’un artiste et écrit 24 lettres pour chacune des 24 heures passées sans lui. Un exutoire littéraire qui se transforme en prise de conscience et lui donne progressivement les clés de l’émancipation.

Pourquoi on vous le conseille: La metteure en scène Eva Byele poursuit son travail artistique centré sur les femmes et leur libération, autant mentale que physique. Après le roman Fleurâ Li et Theo Ming, sur les femmes vietnamiennes pendant la guerre d’Indochine, et le projet scénique Écrivaine à propos des figures féminines de la littérature, elle revient avec une pièce délicate influencée par 24 heures de la vie d’une femme de Stefan Zweig, qui s’inspirait lui-même de la poétesse Constance de Salm. 

Où et quand: Théâtre littéraire Le Verbe Fou du 6 au 29 juillet, sauf les mercredis (Festival OFF).

 

Mama d’Ahmed El Attar

Mama  festival Avignon DR

DR

Pitch: Dans un salon bourgeois en Egypte, les membres d’une famille entrent, sortent et discutent. À travers des conversations ordinaires, le spectateur comprend les rapports de force qui définissent la famille, et plus largement ceux installés entre les hommes et les femmes dans la société arabe.

Pourquoi on vous le conseille: Ce huis clos propose une réflexion sur la condition des femmes dans le monde arabe dans le but de comprendre la situation pour mieux la transformer. Une pièce intéressante qui dévoile un cercle vicieux où la femme “est aussi responsable de l’oppression dont elle est victime parce qu’elle élève les mâles qui deviennent des hommes misogynes”, déclare Ahmed El Attar.

Où et quand: Gymnase du lycée Aubanel du 18 au 23 juillet, sauf le vendredi.

 

Les yeux de ta mère de Barbara Weldens

Les yeux de ta mere © Image-en-Vers

© Image-en-Vers

Le pitch: Plongées dans une atmosphère absurde et onirique, une femme et une musicienne évoquent un “féminin en crise” et expriment les fantasmes et questionnements qui assaillent la femme actuelle.”

Pourquoi on vous le conseille: La compagnie de L’Insoumise, qui affirme s’inscrire “dans une politique active de questionnement de nos mœurs”, interroge ici les fantasmes et les problématiques liés aux femmes, et plus particulièrement à la maternité. Une pièce étonnante qui adapte librement le roman Le Groenland de Pauline Sales.

Où et quand: Théâtre de l’Adresse du 6 au 29 juillet, sauf les mardis (Festival OFF).

 

Mesdames, Messieurs et le reste du monde de David Bobée

Mesdames Messieurs et le reste du monde avignon DR

DR

Le pitch: En 13 épisodes, cette pièce-feuilleton de David Bobée questionne le genre à travers une thématique différente chaque jour. Egalité hommes-femmes, droits des LGBTQ+, transidentité, le débat avec les spectateur·rice·s met en lumière les discriminations liées au genre.

Pourquoi on vous le conseille: Outre l’intérêt du débat sur les inégalités traitées sous différents angles, le feuilleton met en scène des acteurs et actrices professionnel·le·s, des étudiant·e·s et des amateurs et amatrices issu·e·s de milieux sociaux, origines et âges variés pour représenter au mieux la population. Une bonne occasion de comprendre la transversalité des questions de genre.

Où et quand: Au jardin Ceccano du 7 au 21 juillet, sauf les dimanches.

Alexandra Vépierre


1. Dans “Come as You Are”, Desiree Akhavan dénonce les thérapies de conversion pour les LGBTQ

Après avoir raflé le Grand Prix au festival de Sundance, Come as You Are de Desiree Akhavan sort sur les écrans français. Une œuvre forte sur les thérapies de conversion aux États-Unis et sur l’adolescence, portée par Chloë Grace Moretz.
“Mon Olympe” © Gabrielle Malewski - Cheek Magazine
“Mon Olympe” © Gabrielle Malewski

2. “Mon Tissu préféré” fait souffler un vent de liberté sur le cinéma syrien

Repéré dans la sélection Un Certain Regard du dernier festival de Cannes, Mon Tissu préféré est un conte initiatique construit comme une invitation au voyage, dans l’intimité d’une jeune femme en quête de liberté individuelle, sur fond de guerre civile syrienne.
“Mon Olympe” © Gabrielle Malewski - Cheek Magazine
“Mon Olympe” © Gabrielle Malewski

3. La Cheek-list littéraire de votre été 2018

Les livres recommandés par la rédaction pour passer un été palpitant et intelligent. 
“Mon Olympe” © Gabrielle Malewski - Cheek Magazine
“Mon Olympe” © Gabrielle Malewski

4. Samantha Bailly, la romancière en lutte pour défendre les auteur·rice·s

Autrice, scénariste et youtubeuse, Samantha Bailly est récemment devenue présidente de la Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse et vice-présidente du Conseil Permanent des Écrivains. Du haut de ses 29 ans, elle bouscule le très masculin monde de l’édition à coup de hashtags et d’agitprop.
“Mon Olympe” © Gabrielle Malewski - Cheek Magazine
“Mon Olympe” © Gabrielle Malewski