culture

Féministe, Beyoncé? La preuve par trois avec son nouvel album

Féministe Beyoncé, ou pas? Même si la chanteuse le revendique, la question continue d’être soulevée. Ces trois moments issus de son dernier album devraient mettre un terme au débat. 
DR
DR

DR


1- Le sample de Chimamanda Ngozi Adichie

Dans le morceau Flawless, Beyoncé sample un extrait de l’intervention de l’auteure nigériane Chimamanda Ngozi Adichie lors d’une conférence TED. Baptisé We Should All Be Feminist (“Nous devrions tous être féministes”), le discours dénonce entre autres les clichés qui collent à la peau des femmes. Dans les extraits choisis par Beyoncé, on entend notamment: “We teach girls to shrink themselves” (“On apprend aux filles à se rapetisser”), “You can have ambition, but not too much” (“Vous pouvez avoir de l’ambition, mais pas trop”) ou “Because I am a female, I’m expected to aspire to mariage” (“Parce que je suis une femme, on attend de moi que j’aspire au mariage”). Bref, on est loin de l’injonction à se faire passer la bague au doigt jadis chantée dans Single Ladies (Put A Ring On It)

 

2- La réplique sur le sexe piquée à “The Big Lebowski”

Est-ce que tu aimes le sexe? […] Les hommes pensent que les féministes détestent le sexe. Mais c’est une activité très stimulante et naturelle, que les femmes adorent.” Cette phrase, prononcée en français par une voix féminine -qui n’appartient de toute évidence pas à Beyoncé-, est une version réenregistrée d’une réplique de The Big Lebowski en VF, comme le révèle Slate dans un récent article. On vous laisse comparer les deux vidéos ci-dessous, et apprendre par cœur ces quelques phrases, histoire de clouer le bec à ceux qui penseraient encore que hotness et féminisme sont antinomiques.

 

3- Les paroles de “Pretty Hurts”

Dans Pretty Hurts, le morceau qui ouvre ce nouvel album, et dans le clip qui l’accompagne, Beyoncé se met dans la peau d’une candidate de concours de beauté. Dans la vidéo, on la voit entre autres s’épiler la moustache (ouille), se blanchir les dents ou se mesurer le tour de taille (pas bien grand, le tour de taille). Manière de dénoncer le fameux dicton “Il faut souffrir pour être belle”, et plus largement la transmission du culte de l’apparence à travers les générations: “Maman disait ‘tu es une jolie fille, ce que tu as dans la tête ne compte pas, brosse tes cheveux, arrange tes dents, ce que tu portes est tout ce qui compte’.” Dans son envie de refaire son portrait à la normalisation de la beauté, elle ajoute que “Perfection is a disease of a nation” (“La perfection est la maladie d’une nation”) et qu’“It’s the soul that needs surgery” (“C’est l’âme qui a besoin de chirurgie”). On allait le dire. 

 

Faustine Kopiejwski


2. Joséphine Baker: Qui était vraiment la première icône noire?

Près d'un siècle après son triomphe au Théâtre des Champs-Elysées dans La Revue nègre, Joséphine Baker reste encore dans l'imaginaire collectif comme la sulfureuse danseuse noire vêtue d'une ceinture de bananes. C'est pour dépasser cette image simpliste et teintée de racisme qu'Ilana Navaro, réalisatrice née…
DR  - Cheek Magazine
DR

3. Avec “Girls Rock”, Sophie Rosemont publie la bible des femmes dans le rock

Courtney Love, Patti Smith, PJ Harvey, Janis Joplin, Nico, Aretha Franklin, Tina Turner. Mais aussi Poly Styrene, Tobi Vail, Corin Tucker ou Ana Da Silva. Connues du grand public ou vénérées par les initié·e·s, jeunes ou vieilles, mortes ou vivantes: elles figurent toutes, ou presque,…
DR  - Cheek Magazine
DR

4. L'humoriste Laurie Peret signe un hymne aux règles

A l'occasion du 8 mars, beaucoup y sont allées de leur contribution artistique plus ou moins à propos pour célébrer la Journée internationale de lutte pour les droits des femmes - et pas la “Journée de la femme”, on vous le rappelle. Laurie Peret, humoriste…
DR  - Cheek Magazine
DR

5. Avec “Shrill”, Aidy Bryant pourrait-elle être l'héroïne grosse que les séries méritent?

Depuis quelques années, les séries télé ont eu tendance à passer à côté de la représentation de leur héroïnes grosses. On passe sur les rôles clairement problématiques et grossophobes, comme Monica dans Friends ou Patty dans Insatiable. Mais si on aborde des personnages censés être…
DR  - Cheek Magazine
DR

7. La série “The Handmaid's Tale” parodiée par Florence Foresti, Géraldine Nakache et Leïla Bekhti

En attendant la diffusion de la saison 3 de l'incontournable série The Handmaid's Tale qui débutera le 5 juin prochain sur Hulu, vous pouvez regarder cette parodie orchestrée par Florence Foresti, qui incarne ici June, jouée par l'actrice Elisabeth Moss. À ses côtés, on retrouve…
DR  - Cheek Magazine
DR