cheek_culture_habillage_desktop

culture

Musique

8 femmes Djs hip-hop à suivre d'urgence

Comme dans le rap (et comme partout dans l’art), les femmes restent largement minoritaires dans le Djing. Mais quand on en cherche, on en trouve! Voici 8 femmes Djs hip-hop à suivre d’urgence, par Madame Rap
Instagram / @eden_hagos
Instagram / @eden_hagos

Instagram / @eden_hagos


Elles sont américaines, allemandes ou françaises: tour d’horizon des Djs femmes à connaître pour féminiser nos playlists et nos soirées hip-hop.

 

K-Sly (États-Unis)

k-sly dj femme madame rap

DR

Première Dj femme et asiatique reconnue sur la scène internationale, K-Sly vous fera bouncer à coup sûr avec ses mix funk, rock, house et old school. Née à Séoul, l’artiste licenciée en sociologie a animé des soirées en Russie, en Chine, en Indonésie et en Australie avant d’être intronisée à Los Angeles. En 2012, elle se retrouve en finale de la deuxième saison de Master of the Mix, émission de télé-réalité américaine de compétition de Djs diffusée sur la chaîne câblée Centric. Si vous avez vos entrées à Hollywood, vous pourrez l’apercevoir aux platines lors d’un concert VIP de Jay-Z, chiller chez Outkast ou mixer à l’anniversaire de Forest Whitaker.

 

S-One (France)

djsone crédit vatko femmes dj

© VatkO

S-One a tout appris toute seule. Après avoir trifouillé ses platines en secret pendant des années, la Dj originaire de Gennevilliers (Hauts-de-Seine), qui affectionne particulièrement le rap old school, se lance sur la scène parisienne en 2010. Membre active de la Holdup Team, collectif composé de rappeurs, beatmakers, graffeurs, et danseurs hip hop qui organise des ateliers auprès de jeunes publics, elle s’étonne du faible nombre de femmes Djs de France. Il est évident qu’on est peu nombreuses dans ce milieu et pourtant c’est un art aussi passionnant que d’autres dans cette culture. Je suis persuadée que si les femmes testaient un peu les platines, elles kifferaient ça!

 

Olivia Dope (États-Unis)

Olivia Dope femmes DJ

Instagram / @djoliviadope

Qui aurait cru que cette vendeuse dans un grand magasin de Manhattan, un temps SDF, mixerait un jour pour Lil’Kim ou Russell Simmons et deviendrait une incontournable du clubbing new-yorkais? Danseuse classique de formation, Olivia Dope (en référence au personnage d’Olivia Pope dans la série Scandal) se frotte pour la première fois au hip-hop en tant que back dancer pour Chris Brown et Shaggy. Accro à la pop culture et au vintage, la scratcheuse affectionne particulièrement le new jack swing (époque Teddy Riley) et conçoit le deejaying comme un spectacle musical et visuel.

 

Born N Bread (Royaume-Uni)

born n bread collectif de dj femmes madame rap

Instagram / @bornnbread

Du hip-hop énervé et du R&B suave, c’est avec cette recette que Born N Bread agite les ondes de la station londonienne NTS depuis fin 2015. Basées à South London, ces 5 femmes Djs ont lancé leur collectif pour développer diverses activités artistiques et militantes: des émissions de radio, une marque de vêtements et un webzine d’art et de photo où elles explorent des sujets sociétaux et réfléchissent à la construction des identités noires au Royaume-Uni.

 

Eden Hagos (États-Unis)

Eden Hagos femme DJ Madame Rap

Instagram / @eden_hagos

Née en Erythrée, c’est à Los Angeles qu’Eden Hagos fait ses premiers pas de Dj et productrice. À l’âge de 16 ans, elle écoute le premier album des Fugees et a une révélation. Depuis, elle se montre très prolifique (une dizaine de mixtapes en six ans) et explore sans cesse de nouvelles sonorités empreintes de soul 60s et de R&B. Sa force, flirter avec le mainstream dans sa technique tout en restant underground dans le choix de ses samples.

 

That Fucking Sara (Allemagne)

That Fucking Sara Femmes DJ Madame Rap

DR

That Fucking Sara est une sorte de brute épaisse de la culture hip-hop et collectionne des vinyles allant de Prince à Dj Premier depuis l’âge de 9 ans. Ses sets, qui ressemblent à des cours intensifs sur l’histoire du mouvement, réunissent grands classiques du rap et petites perles old school habilement disséminées. Si vous partez souvent clubber à Berlin, vous avez pu la croiser dans les légendaires Cookies, Prince Charles ou Südblock. Elle joue aussi régulièrement en Suisse et on vous garantit que ça vaut le coup de passer la frontière. 

 

Spinderella (États-Unis)

spinderella femmes dj madame rap

DR

Vous la connaissez forcément. Avec plus de 15 millions d’albums vendus dans le monde et 22 années de mix et scratches en tous genres, Deidra Roper (ou Dee Dee Roper) aka Spinderella fait office d’icône ultime du deejaying au féminin. Également rappeuse, elle intègre le mythique trio Salt-N-Pepa à l’âge de 16 ans avec qui elle sort les tubes Push ItShake Your ThangLet’s Talk About SexShoop et None of Your Business. Le groupe se sépare en 2002 pour se réformer en 2007 et se produit aujourd’hui dans des festivals du monde entier.

 

Emeraldia Ayakashi (France)

emeraldia-ayakashi femmes dj madame rap

DR

Nous ne pouvions pas écrire un papier sur les femmes Djs dans le hip-hop sans vous parler de notre Dj à nous, Emeraldia Ayakashi! Férue de rap français et américain depuis qu’elle a découvert l’émission H.I.P. H.O.P. de Sidney au début des années 80, elle commence à mixer du hip-hop sur vinyles dans les années 90. Pour Madame Rap, elle mixe lors d’événements hip-hop, féministes et LGBT+ et concocte des mixtapes. Conçues comme des soundesigns, elles s’articulent autour d’extraits de films et de discours politiques qui viennent agrémenter le storytelling musical.

Madame Rap


1. Weinstein, Polanski, Louis CK…: Que peut-on encore regarder à l'heure des scandales?

Indifférence, malaise, dégoût, indignation: les affaires Weinstein, Polanski ou Louis C.K. sèment parfois le trouble chez le public. Entre tri et auto-censure, comment s’y retrouver et savoir ce qu’on peut ou doit regarder? Difficile de donner un mode d’emploi, tant le choix est personnel. Témoignages.
Instagram / @eden_hagos - Cheek Magazine
Instagram / @eden_hagos

4. Quand les doyennes américaines parlent du sexisme dans l’art

Si vous ne deviez voir qu’une vidéo aujourd’hui, ce serait ce court métrage dans lequel les pionnières américaines de l’art parlent du sexisme dans leur profession.
Instagram / @eden_hagos - Cheek Magazine
Instagram / @eden_hagos

6. Brigitte: “Trop de femmes, c'est bien!”

De retour avec Nues, un troisième album enregistré à Los Angeles, le duo Brigitte s’est installé avec nous le temps d’une interview. 
Instagram / @eden_hagos - Cheek Magazine
Instagram / @eden_hagos

7. Courez voir “Grande”, un spectacle hors norme avec Vimala Pons

Inclassables, les funambules Vimala Pons et Tsirihaka Harrivel vont faire un petit tour en France avec GRANDE, une revue extraordinaire qui parle d’amour mais pas que, qui nous embrasse tous avec sa poésie, ses élucubrations et ses numéros bouleversants. 
Instagram / @eden_hagos - Cheek Magazine
Instagram / @eden_hagos