culture

Festival

Le festival Intersection propose deux jours pour lutter contre toutes les discriminations

Sexisme, racisme, homophobie… Pour combattre les inégalités, quelles qu’elles soient, le festival Intersection s’installe à Montreuil les 3 et 4 mars pour deux jours de rencontres et de musique. 
L'équipe d'I Still Rise My Body, un atelier de danse body positive proposé lors du festival, DR
L'équipe d'I Still Rise My Body, un atelier de danse body positive proposé lors du festival, DR

L'équipe d'I Still Rise My Body, un atelier de danse body positive proposé lors du festival, DR


En mars, on célèbre d’abord  la Journée internationale de lutte pour les droits des femmes (8 mars). Puis arrive celle pour l’élimination des discriminations raciales (21 mars). Cette proximité de dates à donné l’idée à un collectif de jeunes (qui préfère garder l’anonymat) d’organiser une journée qui lutterait de front contre toutes les inégalités: “Les oppressions sont imbriquées les unes dans les autres. Une personne peut à la fois être touchée par le racisme, le sexisme, l’homophobie, la transphobie, ou le classisme, explique l’équipe d’Intersection, il est important de lutter en simultané contre toutes ces discriminations.” Au programme, deux jours de musique hip-hop, de projections, de talks, de tables rondes et d’ateliers Beatmaking, par et pour les femmes, personnes racisées et membres de la communauté LGBTQ. Entretien express.

Le festival est sans hommes cis, pourquoi ce choix d’une mixité choisie ? 

Les artistes et les sujets mis en lumière pendant le festival sont invibilisé·e·s dans la société et dans la sphère artistique et culturelle. Même si les droits des femmes, queer et personnes racisées avancent, c’est toujours plus dur pour eux de trouver des espaces où s’exprimer qui ne soient pas saturés par des hommes cis. La mixité choisie est un bon moyen de gérer son espace et ses envies sans se retrouver de nouveau en minorité.  

Côté musique, la part belle est donnée au hip-hop, une musique choisie pour son lien avec le féminisme et la lutte anti-racisme ? 

Le hip-hop est une musique avec une histoire politique, mais pas que. C’est une musique de rage, de mots et de danses. C’est une musique qui rapproche et justement, nous voulons créer des liens entre les personnes pour qu’en retour se crée une solidarité, qu’ils échangent, et kiffent sur le dance floor ! En plus des chanteurs et chanteuses, nous avons également invité des artistes de toutes les disciplines, comme Tahnee, une stand-uppeuseGbwel une artiste peintre et illustratrice, ou encore Ana Laura Nascimento, dont l’objectif est de créer un spectacle de marionnettes sur les figures féminines de la mort: Méduse, les sirènes, les moires…

Lors du festival, sera également diffusé le documentaire d’ Adèle Albrespy et Johanna Makabi Méduse, cheveux afros et autres mythes : l’occasion d’ouvrir le débat sur la représentation des femmes noires ? 

Nous sommes au tout début de la reconnaissance des vies et des parcours des personnes racisées, dont les noir·e·s. L’idée de ce festival, c’est aussi de médiatiser ces initiatives qui sont créées par et pour des femmes noires. Créer et visibiliser de nouveaux modèles divers et inspirants est primordial pour nous.

Propos recueillis par Audrey Renault


1. Cowboys femmes, cowboys noirs: Cannes réinvente une vieille figure de la virilité

Journaliste, enseignante et autrice de l’essai Sex and the Series, Iris Brey interroge les représentations genrées dans les films du festival de Cannes 2019. Cette chronique est réalisée en partenariat avec Les Inrockuptibles. 
L'équipe d'I Still Rise My Body, un atelier de danse body positive proposé lors du festival, DR - Cheek Magazine
L'équipe d'I Still Rise My Body, un atelier de danse body positive proposé lors du festival, DR

2. Emilia Clarke, Agnès Varda, Aïssa Maïga: dans le podcast Women In Motion, des femmes de cinéma évoquent leur engagement

A travers cinq épisodes, des personnalités féminines, actrices ou réalisatrices, racontent leur métier et la façon dont elles tentent de faire bouger les lignes.
L'équipe d'I Still Rise My Body, un atelier de danse body positive proposé lors du festival, DR - Cheek Magazine
L'équipe d'I Still Rise My Body, un atelier de danse body positive proposé lors du festival, DR

3. Les 10 films les plus Cheek de Cannes 2019

Presque tous réalisés par des femmes, ces 10 films présentés au festival de Cannes 2019 nous font très, très envie. 
L'équipe d'I Still Rise My Body, un atelier de danse body positive proposé lors du festival, DR - Cheek Magazine
L'équipe d'I Still Rise My Body, un atelier de danse body positive proposé lors du festival, DR

4. Elles ont lancé “Gang de biches”, un magazine féministe façon pochette-surprise

A mi-chemin entre le magazine et la box, Gang de biches a inventé un nouveau concept aux accents féministes, livré directement dans votre boîte aux lettres. 
L'équipe d'I Still Rise My Body, un atelier de danse body positive proposé lors du festival, DR - Cheek Magazine
L'équipe d'I Still Rise My Body, un atelier de danse body positive proposé lors du festival, DR

5. “Il fallait que je vous le dise”: Aude Mermilliod raconte son IVG en bande dessinée

Dans Il fallait que je vous le dise (éditions Casterman), l’autrice et dessinatrice Aude Mermilliod raconte avec honnêteté et sensibilité son expérience de l’IVG. Elle espère briser le silence qui règne toujours autour de ce sujet.
L'équipe d'I Still Rise My Body, un atelier de danse body positive proposé lors du festival, DR - Cheek Magazine
L'équipe d'I Still Rise My Body, un atelier de danse body positive proposé lors du festival, DR

6. De Goa à Lyon, Tracy de Sá imprègne son rap de féminisme intersectionnel

À l’occasion du festival marseillais Intersections et de la sortie de son premier album Commotion, la rappeuse Tracy de Sá nous a livré son parcours, de Goa à Lyon tout en revenant sur son engagement politique et son amour pour le hip-hop. Portrait d’une rappeuse féministe intersectionnelle.
L'équipe d'I Still Rise My Body, un atelier de danse body positive proposé lors du festival, DR - Cheek Magazine
L'équipe d'I Still Rise My Body, un atelier de danse body positive proposé lors du festival, DR

7. “Pretty Woman” est-il un film problématique en 2019?

“Je ne pense pas qu’on pourrait sortir Pretty Woman aujourd’hui. Il y a tellement de choses qu’on trouverait à redire”, a récemment déclaré Julia Roberts à The Guardian. Faisons le test.
L'équipe d'I Still Rise My Body, un atelier de danse body positive proposé lors du festival, DR - Cheek Magazine
L'équipe d'I Still Rise My Body, un atelier de danse body positive proposé lors du festival, DR