culture

Festival

Le festival Intersection propose deux jours pour lutter contre toutes les discriminations

Sexisme, racisme, homophobie… Pour combattre les inégalités, quelles qu’elles soient, le festival Intersection s’installe à Montreuil les 3 et 4 mars pour deux jours de rencontres et de musique. 
L'équipe d'I Still Rise My Body, un atelier de danse body positive proposé lors du festival, DR
L'équipe d'I Still Rise My Body, un atelier de danse body positive proposé lors du festival, DR

L'équipe d'I Still Rise My Body, un atelier de danse body positive proposé lors du festival, DR


En mars, on célèbre d’abord  la Journée internationale de lutte pour les droits des femmes (8 mars). Puis arrive celle pour l’élimination des discriminations raciales (21 mars). Cette proximité de dates à donné l’idée à un collectif de jeunes (qui préfère garder l’anonymat) d’organiser une journée qui lutterait de front contre toutes les inégalités: “Les oppressions sont imbriquées les unes dans les autres. Une personne peut à la fois être touchée par le racisme, le sexisme, l’homophobie, la transphobie, ou le classisme, explique l’équipe d’Intersection, il est important de lutter en simultané contre toutes ces discriminations.” Au programme, deux jours de musique hip-hop, de projections, de talks, de tables rondes et d’ateliers Beatmaking, par et pour les femmes, personnes racisées et membres de la communauté LGBTQ. Entretien express.

Le festival est sans hommes cis, pourquoi ce choix d’une mixité choisie ? 

Les artistes et les sujets mis en lumière pendant le festival sont invibilisé·e·s dans la société et dans la sphère artistique et culturelle. Même si les droits des femmes, queer et personnes racisées avancent, c’est toujours plus dur pour eux de trouver des espaces où s’exprimer qui ne soient pas saturés par des hommes cis. La mixité choisie est un bon moyen de gérer son espace et ses envies sans se retrouver de nouveau en minorité.  

Côté musique, la part belle est donnée au hip-hop, une musique choisie pour son lien avec le féminisme et la lutte anti-racisme ? 

Le hip-hop est une musique avec une histoire politique, mais pas que. C’est une musique de rage, de mots et de danses. C’est une musique qui rapproche et justement, nous voulons créer des liens entre les personnes pour qu’en retour se crée une solidarité, qu’ils échangent, et kiffent sur le dance floor ! En plus des chanteurs et chanteuses, nous avons également invité des artistes de toutes les disciplines, comme Tahnee, une stand-uppeuseGbwel une artiste peintre et illustratrice, ou encore Ana Laura Nascimento, dont l’objectif est de créer un spectacle de marionnettes sur les figures féminines de la mort: Méduse, les sirènes, les moires…

Lors du festival, sera également diffusé le documentaire d’ Adèle Albrespy et Johanna Makabi Méduse, cheveux afros et autres mythes : l’occasion d’ouvrir le débat sur la représentation des femmes noires ? 

Nous sommes au tout début de la reconnaissance des vies et des parcours des personnes racisées, dont les noir·e·s. L’idée de ce festival, c’est aussi de médiatiser ces initiatives qui sont créées par et pour des femmes noires. Créer et visibiliser de nouveaux modèles divers et inspirants est primordial pour nous.

Propos recueillis par Audrey Renault


2. Blachette, l’illustratrice made in France préférée de Rihanna

L’illustratrice de 29 ans, inconnue il y a encore quelques années, croule sous les projets et demandes de collaborations. Elle a dû quitter son poste de cadre pour enfin vivre de sa passion: le dessin. En plus de son coup de crayon stylé, c’est son regard engagé, son humour et son goût pour dessiner des femmes racisées qui font sa singularité. 
L'équipe d'I Still Rise My Body, un atelier de danse body positive proposé lors du festival, DR - Cheek Magazine
L'équipe d'I Still Rise My Body, un atelier de danse body positive proposé lors du festival, DR

4. A l'écran, les personnages de femmes queers prennent enfin de l'épaisseur

Avec Douglas, Feel Good, Twenties ou encore Work in progress, des humoristes queers à la féminité hors-norme et aux vies peu conventionnelles racontent leurs expériences et leurs points de vue. Une première. 
L'équipe d'I Still Rise My Body, un atelier de danse body positive proposé lors du festival, DR - Cheek Magazine
L'équipe d'I Still Rise My Body, un atelier de danse body positive proposé lors du festival, DR

5. Jehnny Beth explore son désir et sa sexualité dans un premier album solo brûlant

Sur scène, avec Savages, Jehnny Beth est explosive, sexuelle. En solo, elle explore le désir sur un premier album brûlant d’intensité, To Love Is To Live, qui devance la sortie d’un recueil de nouvelles érotiques.
L'équipe d'I Still Rise My Body, un atelier de danse body positive proposé lors du festival, DR - Cheek Magazine
L'équipe d'I Still Rise My Body, un atelier de danse body positive proposé lors du festival, DR

6. Comment l'art menstruel continue de se renouveler

Ces dernières années, une nouvelle génération d’artistes féministes se réapproprie le sang menstruel pour en faire la matière première d’installations, de tableaux et de performances. Un courant qui, même si loin d’être neuf, n’a pas fini de faire couler de l’encre.
L'équipe d'I Still Rise My Body, un atelier de danse body positive proposé lors du festival, DR - Cheek Magazine
L'équipe d'I Still Rise My Body, un atelier de danse body positive proposé lors du festival, DR

7. Dans son roman, Sarah Barukh ausculte une amitié féminine née dans les 90's

Envole-moi est le troisième roman de Sarah Barukh, qui nous fait découvrir une amitié intense entre deux ex-ados des années 90. 
L'équipe d'I Still Rise My Body, un atelier de danse body positive proposé lors du festival, DR - Cheek Magazine
L'équipe d'I Still Rise My Body, un atelier de danse body positive proposé lors du festival, DR