culture

Festival / We Love Green

“Lorde s'est tout de suite reconnue dans l'esprit de We Love Green”

On a rencontré Marie Sabot, la fondatrice du festival We Love Green, qui se tient ce week-end au parc de Bagatelle à Paris.    
DR
DR

DR


Samedi 31 mai et dimanche 1er juin, le festival We Love Green investit de nouveau le parc de Bagatelle à Paris pour une troisième édition -printanière cette fois-ci, alors qu’il avait lieu jusque-là en septembre. Cette année encore, l’écologie va résonner au rythme d’une programmation pointue et éclectique avec, en têtes d’affiche, Lorde, London Grammar ou Cat Power. À l’initiative du festival, une femme, Marie Sabot, met tout en œuvre pour faire cohabiter deux notions qu’on croyait à tort incompatibles: grand rassemblement et respect de l’environnement. Cofondatrice de l’agence de production d’événements We Love Art, celle qui fait vibrer les nuits parisiennes depuis plus de 10 ans nous a parlé des spécificités de ce festival où l’herbe est plus verte. Interview.

Jusqu’ici, le festival avait lieu en septembre. Pourquoi ce changement de date?

On avait envie depuis le départ que le festival se déroule au printemps, mais c’est la pleine période de floraison des végétaux, et il faut les préserver absolument. La Ville de Paris a voulu voir comment le parc allait réagir face à un tel événement, et on a décidé ensemble de tester d’abord au mois de septembre. Après deux éditions, la mairie, contente du résultat,  nous a permis de l’organiser au printemps.

Quelles sont les autres nouveautés de cette édition?

Pour la première fois, on a une scène dédiée à la musique électronique. Pour moi, qui baigne dans ce genre musical depuis ses débuts, l’électro n’a jamais été associée à un hangar mais plus au plein air, à une sensation de plaisir et de partage. Danser en plein jour avec des artistes pointus, dans un cadre idyllique, c’est le geste fort de cette année.

“La pluie et les nuages ne sont pas un problème.”

We Love Green possède son propre générateur solaire pour fournir le festival en énergie. S’il pleut, les groupes joueront unplugged?

Non, pas du tout! La pluie et les nuages ne sont pas un problème, ça nous fait perdre seulement 10 % d’efficacité environ. Ce générateur a beau être un prototype, il alimente la scène depuis trois ans. À côté de ça, on a aussi un partenaire anglais, Firefly, qui est notre seul prestataire d’énergie. Il nous fournit des groupes électrogènes alimentés grâce à de l’huile recyclée. On utilise ces générateurs là où le fonctionnement des panneaux solaires n’est pas optimal.

À We Love Green, l’eau du robinet est potable: il y a vraiment des gens qui boivent de l’eau dans les festivals?

Bien sûr: on est aussi un festival familial. Et puis, en termes de santé publique, on est obligés de servir de l’eau. On propose aux festivaliers d’acheter une gourde trois euros et de la remplir à volonté, via des citernes d’eau de Paris importées tout spécialement. Ça évite d’avoir à évacuer des milliers de bouteilles en plastique. Au vu de l’attente devant les citernes, on peut dire que c’est un service très apprécié.

 

Rétrospectivement, quelles sont les plus grandes réussites de We Love Green?

La plus grande réussite, c’est sa fréquentation. On est contents que le gens répondent présents et que nos propositions alternatives en matière de musique reçoivent un accueil aussi chaleureux.

Et quels sont ses échecs, ou ce qu’il reste à améliorer?

On voudrait aller plus loin mais, pour des questions financières, c’est encore impossible. On aimerait programmer certains artistes, mais on n’a pas les moyens de les faire venir. 

Les paons du jardin de Bagatelle préfèrent-ils Lorde ou Cat Power? 

(Rires). Je pense qu’ils vont aimer les deux! Lorde vient de Nouvelle Zélande, elle est très attachée à la nature. Quand on lui a présenté le dossier, elle s’est tout de suite reconnue dans l’esprit du festival. Quant à Cat Power, elle préfère d’habitude jouer dans des salles pour des questions d’intimité; si elle a choisi de venir à We Love Green, c’est parce que l’environnement est une cause qui lui tient à cœur. 

“On a développé beaucoup de solutions alternatives pour se rendre au festival.”

À We Love Green, tout est mis en œuvre pour éviter que les gens viennent en voiture. Et les groupes, comment viennent-ils, en Vélib’? 

Malheureusement, non! Ils viennent de très loin et ont un agenda de fou furieux. Mais ils savent où ils viennent jouer et je pense que s’ils pouvaient faire autrement, ils n’hésiteraient pas. On a développé beaucoup de solutions alternatives pour se rendre au festival, notamment un partenariat avec Djump, un service de taxis entre particuliers. Tous les gens qui travaillent pour le festival passent par ce service, moi y compris: je n’ai même pas de voiture.

Tu organises des soirées depuis plus de 10 ans, notamment avec ta société We Love Art: après toutes ces années, ton énergie est-elle toujours renouvelable?

Carrément! Au départ, on était trois, maintenant on est 35. En ce moment, il y a une énergie assez drôle au bureau, très électrique. Et totalement renouvelable. Même après 10 ans!

Propos recueillis par Maëva Demougeot


1. Les BD Cheek à mettre sous le sapin à Noël

Tu pourrais me remercier, de Maria Stoian DR Ça raconte quoi: Pendant des mois, Maria Stoian a recueilli des témoignages d'anonymes en ligne et elle a dessiné leur histoire. Dans Tu pourrais me remercier, vingt personnes racontent leurs expériences des violences sexuelles et décrivent leur…
DR  - Cheek Magazine
DR

2. Tristan Lopin se demande à quoi sert Miss France (et nous aussi)

“Samedi soir, c’est l’élection de Miss France et je me demande: ça sert à quoi en fait?” Dans sa nouvelle vidéo, Tristan Lopin pose d'emblée la question qui nous hante toutes chaque année à l'approche de ce concours de beauté national dont on pronostique sans cesse la mort…
DR  - Cheek Magazine
DR

3. “Girls Trip”: Pourquoi le “Bridesmaids noir” va marquer l’histoire du cinéma

C’est l’histoire d’une bande de copines quadras qui, après des années passées chacune de son côté à faire sa vie, décident de se retrouver le temps d’un week-end et d’aller s’encanailler dans un festival organisé à la Nouvelle-Orléans. Il y a Ryan (Regina Hall), qui…
DR  - Cheek Magazine
DR

4. Le rappeur Vin'S fait un freestyle autour du hashtag #MeToo

Quelques jours après le #BalanceTonPorc de Chilla, c'est le rappeur montpelliérain Vin'S qui s'attaque aux violences faites aux femmes dans un freestyle engagé et inspiré, baptisé #MeToo. Dans un texte sans équivoque, très loin des clichés machistes qui collent à la peau des rappeurs, Vin'S…
DR  - Cheek Magazine
DR

5. Murielle Cohen, la grande prêtresse du graff à Tel Aviv

S’il est une chose que l’on ne sait pas sur Tel Aviv, c’est que c’est l’une des capitales mondiales du street art, une galerie à ciel ouvert. Dans le quartier hipster de Florentin se trouve la Mecque en la matière. Ici, une femme règne et fait…
DR  - Cheek Magazine
DR

6. Danse, cinéma, chanson: Aloïse Sauvage fait tout à fond

On l’a vue donner de la voix dans 120 Battements par minute de Robin Campillo, où elle animait les réunions hebdomadaires d’Act Up. Elle est actuellement en tournée avec la création 5èmes hurlants, de Raphaëlle Boitel, où elle fait de l’acro-danse, la spécialité avec laquelle…
DR  - Cheek Magazine
DR

7. Sexisme, harcèlement: les femmes du cinéma d'animation brisent le mythe

“C'est l'histoire d'un milieu professionnel qui se croyait épargné par le sexisme”. Ainsi ironisent les créateurs du Tumblr T'as pas d'humour, château des génériques Disney en arrière-plan. Ce n'est pas le film qu'on attendait. Pas plus que l'image de John Lasseter, jovial Winnie l'Ourson aux…
DR  - Cheek Magazine
DR