culture

LE CHEEK POINT

Quand Titiou Lecoq dénonce la récupération de l'image de Frida Kahlo

On a lu pour vous cet article de Slate à propos de la récupération de l’image de Frida Kahlo pour en faire une icône lisse du féminisme au préjudice de son œuvre et on vous le recommande.  
DR
DR

DR


“Son monosourcil a conquis le monde. Sur des t-shirts, en pendentifs, en coussins, en rideaux, sur des tasses, des assiettes, des aimants pour frigo, des baskets, des gâteaux, des coques de téléphone. (…)

Évidemment, on pourrait se réjouir de l’extraordinaire célébrité mondiale d’une femme artiste, handicapée, bisexuelle, métisse, communiste et sans enfant. Mais est-ce vraiment le cas? En réalité, ce n’est même plus Frida Kahlo qui est représentée, mais un symbole sourcillaire. La preuve, on ne reproduit plus ses auto-portraits, on les redessine dans des versions plus acceptables -autrement dit, bien lisses et propres. (…)

De Kahlo, on va dire qu’elle était belle (à mon avis non, elle était forte, ce qui la rendait belle), parce qu’une femme iconique doit forcément être belle –d’où le besoin de corriger ses autoportraits insuffisamment flatteurs. On ne va parler que de sa vie privée et pas de l’aspect politique de ses œuvres, ni de sa technique.”

Dans son article Frida Kahlo n’est pas une jolie poupée publié sur Slate le 8 juin, Titiou Lecoq dénonce la récupération, dans une logique commerciale, de l’image de Frida Kahlo. Si son visage (et principalement son monosourcil) est devenu un symbole du féminisme, son œuvre est nettement moins connue. Des peintures qui, selon la journaliste “dérange[nt] encore suffisamment pour que l’on décide de la karchériser, d’ôter ce qui dépasse et de lisser le tout”. Elle nous encourage alors à regarder l’exposition numérique réalisée par les employés de Google, qui “ne se sont pas foutus de notre gueule”, pour en savoir plus sur l’artiste mexicaine, son œuvre et sa vie.

À lire le plus rapidement possible sur Slate.


5. Charmed, Buffy… les remakes de nos séries d'adolescentes font-ils du femwashing?

Charmed, Buffy, Sabrina l’apprentie sorcière… Un violent vent de nostalgie souffle sur les chaînes américaines. Des reboots de ces séries sont soit sur le point de débarquer sur nos écrans, soit en projet, et on nous les vend comme plus féministes et plus intersectionnels que jamais. Faut-il se réjouir de ce sursaut post-#MeToo ou déplorer une certaine paresse? Retour sur une tendance qui n’a pas fini de se développer.
DR - Cheek Magazine
DR

7. Podcast “3.55”: Chanel vous emmène dans les coulisses de l'Opéra de Paris

Précurseur en matière de podcast dans l’univers du luxe, Chanel a confié un micro à Anne Berest, qui s’est immiscée dans les coulisses de l’Opéra de Paris. Aurélie Dupont, Keira Knightley ou l’étoile russe Diana Vishneva se racontent en face à face avec l’écrivaine. 
DR - Cheek Magazine
DR