culture

LE CHEEK POINT

Quand Titiou Lecoq dénonce la récupération de l'image de Frida Kahlo

On a lu pour vous cet article de Slate à propos de la récupération de l’image de Frida Kahlo pour en faire une icône lisse du féminisme au préjudice de son œuvre et on vous le recommande.  
DR
DR

DR


“Son monosourcil a conquis le monde. Sur des t-shirts, en pendentifs, en coussins, en rideaux, sur des tasses, des assiettes, des aimants pour frigo, des baskets, des gâteaux, des coques de téléphone. (…)

Évidemment, on pourrait se réjouir de l’extraordinaire célébrité mondiale d’une femme artiste, handicapée, bisexuelle, métisse, communiste et sans enfant. Mais est-ce vraiment le cas? En réalité, ce n’est même plus Frida Kahlo qui est représentée, mais un symbole sourcillaire. La preuve, on ne reproduit plus ses auto-portraits, on les redessine dans des versions plus acceptables -autrement dit, bien lisses et propres. (…)

De Kahlo, on va dire qu’elle était belle (à mon avis non, elle était forte, ce qui la rendait belle), parce qu’une femme iconique doit forcément être belle –d’où le besoin de corriger ses autoportraits insuffisamment flatteurs. On ne va parler que de sa vie privée et pas de l’aspect politique de ses œuvres, ni de sa technique.”

Dans son article Frida Kahlo n’est pas une jolie poupée publié sur Slate le 8 juin, Titiou Lecoq dénonce la récupération, dans une logique commerciale, de l’image de Frida Kahlo. Si son visage (et principalement son monosourcil) est devenu un symbole du féminisme, son œuvre est nettement moins connue. Des peintures qui, selon la journaliste “dérange[nt] encore suffisamment pour que l’on décide de la karchériser, d’ôter ce qui dépasse et de lisser le tout”. Elle nous encourage alors à regarder l’exposition numérique réalisée par les employés de Google, qui “ne se sont pas foutus de notre gueule”, pour en savoir plus sur l’artiste mexicaine, son œuvre et sa vie.

À lire le plus rapidement possible sur Slate.


2. Avec “Poupée Russe”, Natasha Lyonne prend sa revanche

Après une adolescence sous les projecteurs, Natasha Lyonne a galéré. Problèmes de drogue, personnalité atypique: pendant 20 ans, elle a été cantonnée aux pages people et aux rôles secondaires. Avec Poupée russe, elle prouve son talent et signe son grand retour.  
DR - Cheek Magazine
DR

4. Eric Rohmer: le plus féministe des réalisateurs de la Nouvelle Vague?

Depuis le 9 janvier dernier et jusqu’au 11 février prochain, la cinémathèque française propose une rétrospective du célèbre réalisateur de la nouvelle vague Eric Rohmer. L’occasion de redécouvrir les chefs d’oeuvres d’un cinéaste féministe jusque dans sa façon de tourner. 
DR - Cheek Magazine
DR

5. Rappeuses et slut-shaming, le stigmate qui a la dent dure

Nicki Minaj, Cardi B, Liza Monet ou Shay, ces rappeuses “hardcore” se voient régulièrement slut-shamées en raison de leur image hypersexualisée et de leurs textes crus. Pourquoi ces artistes se retrouvent-elles encore confrontées à ces préjugés sexistes?
DR - Cheek Magazine
DR

6. Marina Rollman: du flop au top, comment l'humoriste suisse a trouvé sa voie

Savant mélange de gouaille et de douceur, Un Spectacle drôle de Marina Rollman fait souffler un vent d’air frais sur le stand-up français. Auréolée d’un succès grandissant, cette Franco-suisse est à l’image de ses blagues: marrante, sincère et captivante.
DR - Cheek Magazine
DR