culture

Cinéma

Garance Marillier: Intense et précise, cette jeune actrice est la révélation de “Grave”

Adoubé à Cannes lors de la Semaine de la critique, Grave, le premier long-métrage au cinéma de Julia Ducournau, sort en salles cette semaine. On a rencontré son actrice principale, Garance Marillier. 
© Wild Bunch
© Wild Bunch

© Wild Bunch


Sans la profondeur intellectuelle et la maîtrise technique de sa réalisatrice Julia Ducournau, Grave aurait pu être un film de genre avalé et digéré à la vitesse d’une pizza. Un film sans conséquence, un film pas grave. Mais si Grave imprime autant la rétine que l’encéphale, c’est aussi grâce à la performance intense et précise de son actrice principale, Garance Marillier. À 19 ans, la lycéenne a appréhendé et endossé le rôle de Justine, adolescente qui se découvre cannibale, jusque dans ses moindres nuances physiques et psychologiques. Cette dernière en est convaincue, Grave n’a rien d’un film d’épouvante. D’ailleurs, elle-même avoue ne jamais regarder de cinéma d’horreur: “Je suis vraiment une flipette, grave.”

Au cours des années qui auront servi à l’écriture de Grave, faire appel à Garance Marillier pour donner corps à Justine est devenu une évidence.

Grave est, pour ainsi dire, l’aboutissement d’une première vie de cinéma pour Garance Marillier, qui a débuté à l’âge de 13 ans, alors qu’elle était un “garçon manqué”, “rebelle” et “insolente” avec sa famille. Sa mère, qui cherchait un moyen de la canaliser, a un jour l’idée de l’inscrire à un casting, “en mode ‘va faire ton cinéma ailleurs’. Garance Marillier s’y présente à reculons. Il s’agit d’un court-métrage intitulé Junior. Derrière la caméra, une fille “hyper charismatique et hyper belle” fait passer les essais. Elle provoque Garance, appuie là où ça fait mal, cherche à déclencher des émotions. “T’as vu comment t’es habillée, t’es une bouffonne”, lui lance-t-elle. C’est un jeu, bien sûr, mais Garance n’a pas le recul nécessaire. L’ado mal dans ses pompes se prend ces attaques en pleine face. “Quand je suis sortie de là, je la détestais”, se rappelle Garance Marillier. Avant d’ajouter: “Je ne savais pas que c’était la réalisatrice.” Voilà pour la première rencontre avec Julia Ducournau.

 

 

Après Junior -pour lequel elle sera finalement retenue-, Garance Marillier et Julia Ducournau tourneront ensemble Mange, un téléfilm diffusé sur Canal Plus qui voyait déjà apparaître certains fils rouges, comme le thème de la métamorphose ou le personnage de Justine. Pour autant, l’histoire devait en rester là et le rôle de Justine dans Grave n’était pas prévu pour Garance Marillier au départ. “Julia m’avait dit à la fête de fin de tournage de Mange qu’il n’y aurait pas de rôle pour moi dans Grave, car le personnage était trop âgé”. Au cours des années qui auront servi à l’écriture de Grave, faire appel à Garance Marillier pour donner corps à Justine est finalement devenu une évidence, au point que Julia Ducournau décide de rajeunir le personnage. “On s’est rejointes: elle a rajeuni le rôle, et moi j’ai grandi”, explique Garance Marillier.

 

 

Si l’actrice dit de la réalisatrice qu’elle aime “la fidélité” et préfère travailler, d’un film à l’autre, avec les mêmes équipes, elle n’a pas attendu que Julia Ducournau la rappelle après leur collaboration sur Junior pour se mettre sérieusement au boulot. Malgré ses airs détachés et sa diction traînante, Garance Marillier est une jeune femme déterminée qui érige le travail et la technique en valeurs fondamentales. Lorsqu’elle comprend, sur le tournage de Junior, qu’elle se sent bien au milieu des caméras, elle décide immédiatement de s’inscrire dans une école de théâtre, L’école du jeu, qu’elle fréquente encore assidûment à l’heure actuelle: “Être à l’aise ne suffisait pas, j’avais envie de me construire une vraie technique pour être capable de tout jouer.” Rigoureuse, elle aime aller au bout des choses et, si elle avoue que le lycée n’est pas son truc, elle met un point d’honneur à passer son bac avant d’envisager la suite.

 

Garance Marillier © Wild Bunch

DR

Laquelle ne s’écrira pas forcément avec Julia Ducournau. Garance Marillier a beau entretenir avec cette dernière une “relation totalement fusionnelle sur les plateaux” et être très proche d’elle dans la vie, elle précise que “Le but n’est pas de faire Truffaut et Jean-Pierre Léaud. Timide, la jeune femme rechigne à citer des noms de réalisatrices ou réalisateurs avec lesquels elle aimerait travailler, craignant que cela passe pour des “appels de phare” et préférant être repérée pour la qualité de son travail.

Pour l’heure, elle défend Grave sans trop se coller la pression. “Ce qui m’intéressait, c’était de tenir le personnage, pas spécialement le haut de l’affiche”, affirme-t-elle. Pour pouvoir jouer un rôle aussi intense sans devenir complètement cinglée, elle s’est appuyée sur la technique. “Je voulais avoir le recul nécessaire pour jouer des scènes intenses sans être traumatisée”, répond-elle quand on lui demande comment elle a abordé ce personnage. “Une fois que c’était coupé, je redevenais Garance, assure-t-elle, je ne me suis pas mangé le cerveau.” Cannibale, peut-être, mais seulement au cinéma.

Faustine Kopiejwski


1. Owlle, magicienne pop qui aime l'ombre et la lumière

Quatre ans après son premier album, Owlle revient avec Summer Crisis, un nouvel Ep qui annonce le virage pop de son nouvel album, Heavy Weather, à paraître dans les mois qui viennent. 
© Wild Bunch - Cheek Magazine
© Wild Bunch

3. Elles ont crée Belleville, une maison d'édition consacrée aux littératures étrangères et engagées

Dorothy Aubert et Marie Trébaol, deux éditrices parisiennes, ont lancé la maison Belleville en 2015. Elles donnent ainsi la parole à des autrices et auteurs militant·e·s, venu·e·s de Turquie, d’Arménie ou encore d’Égypte, et nous entraîne à la découverte de nouvelles cultures. Entretien express.
© Wild Bunch - Cheek Magazine
© Wild Bunch

4. Whitney Houston aurait été sexuellement abusée enfant

Dans un documentaire évènement sur la vie de la chanteuse, le réalisateur Kevin Macdonald dévoile le témoignage du demi-frère de Whitney Houston qui accuse leur cousine Dee-Dee Warwick d’avoir abusé d’eux lorsqu’ils étaient enfants. 
© Wild Bunch - Cheek Magazine
© Wild Bunch

6. “Behind the Scars”: quand une photographe s'intéresse aux histoires derrière les cicatrices

Une opération, une chute ou des blessures auto-infligées: derrière les cicatrices se cache souvent une histoire. Pour son projet Behind the Scars, la photographe britannique Sophie Mayanne invite ses sujets à raconter la genèse de leurs marques et à examiner l’impact qu’elles ont eu sur la construction de leur identité. 
© Wild Bunch - Cheek Magazine
© Wild Bunch

7. Adelaïde Bon signe un roman incroyable sur le viol qu'elle a subi enfant

Elle avait 9 ans quand elle a été violée dans la cage d’escalier de son immeuble. Le coupable ne sera retrouvé et inculpé que 23 ans plus tard. Entre-temps, Adélaïde Bon a souffert et surtout culpabilisé jusqu’à l’autodestruction. Aujourd’hui, elle raconte son parcours dans La Petite fille sur la banquise, un récit littéraire saisissant qui dénonce la culture du viol et la tendance à minimiser un crime que la société peine à définir, à comprendre et donc parfois à punir.
© Wild Bunch - Cheek Magazine
© Wild Bunch