culture

Série

“Gentleman Jack”, le biopic lesbien qui révolutionne le genre

Actuellement diffusée sur OCS city, la série Gentleman Jack raconte l’histoire de la première “lesbienne moderne”, Anne Lister. Exploratrice en haut-de-forme, elle a ouvert la voie à des futurs féministes.
© HBO / BBC One
© HBO / BBC One

© HBO / BBC One


Un biopic historique au XIXème siècle, centré sur une héroïne lesbienne. C’est le pitch rafraîchissant de la série Gentleman Jack co-produite par HBO et BBC, et diffusée actuellement sur OCS city. La série raconte l’histoire vraie de la voyageuse Anne Lister, connue outre-Manche comme la “première lesbienne moderne”. Entre costumes androgynes et correspondances féministo-épistolaires, la série dépoussière le genre (historique).

 

Une pionnière

Gentleman Jack commence en 1832. On est au nord de l’Angleterre, dans la campagne endormie. Sous la lumière d’une chandelle, Anne Lister est nue au lit avec sa maîtresse, sur le point de se marier avec un homme. “Tu devrais en épouser un. Tu aurais un titre, de l’argent, tout ce que tu veux”, lui conseille cette dernière. Un choix de raison, qui s’impose à presque toutes les femmes au XIXème siècle. Or, comme Elizabeth Bennet dans Orgueil et Préjugés, Anne Lister ne veut consentir qu’au mariage d’amour. Avec une seule, et révolutionnaire condition: qu’il soit avec une femme.“Si l’amour lesbien était un crime, ou si un jour, il le devenait, je devrais mettre ma tête à l’échafaud. Parce j’aime et je n’ai jamais aimé que les femmes”, déclare-t-elle dans la série.

Au XIXème siècle, Anne Lister est une pionnière. Elle parcourt les montagnes d’Europe et devient même la première femme à escalader le Mont Ventoux en France. Au début du biopic, elle est enfin de retour au bercail, dans le domaine de Shibden Hall à Halifax. Elle y retrouve sa famille dont la fortune s’amenuise. Son père vieillit, l’homme de confiance est malade… Elle décide de prendre elle-même les affaires en main. Avec son haut-de-forme et son air résolu, elle entre dans les pubs et parle à jeu égal avec les hommes. Elle se met à prospecter pour le développement de mines de charbon… comme une femme d’affaires sans peur et sans scrupules.

 

 

Une réalisation féministe

Écrite et réalisée par une femme, la showrunneuse britannique Sally Wainwright, la série marque d’abord par la justesse de son female gaze. Si l’on voit régulièrement des adaptations queer sur la BBC, il est rare d’avoir une représentation aussi dense d’une femme lesbienne à l’écran. Tour à tour coriace, enjôleuse ou sensible, Anne Lister est incarnée avec subtilité par l’actrice Suranne Jones, féministe et LGBT friendly. “Aujourd’hui, on peut vraiment raconter l’histoire d’Anne Lister, parce qu’on a une fenêtre d’expression pour parler de sexualité et de genre”, a-t-elle confié à la radio américaine.

La série montre une femme butch, qui déroge aux normes particulièrement codifiées de l’époque. A Halifax, tout le monde l’appelle Gentleman Jack, parce qu’elle s’habille comme un dandy. Elle porte le corset, mais enfile par-dessus de longs manteaux noirs, des tenues de cavalier et des montres à goussets. Une panoplie androgyne qui ne passe pas inaperçue en ville. “On murmurait souvent des insultes dans son dos, mais ça ne l’a jamais empêchée de s’habiller de la façon dont elle se sentait confortable”, explique Sally Wainwright. Grâce à sa force de caractère, elle trouve les moyens de défendre son style iconoclaste. Une beauté hors des normes hétéros, à laquelle est restée fidèle l’équipe de production: “La coupe de cheveux que j’ai vient d’un portrait très connu d’Anne Lister. On n’a pas essayé de m’embellir d’une quelconque manière”, raconte l’actrice Suranne Jones.

 

Gentleman Jack

© HBO/BBC One

L’intimité d’une femme du XIXème

Au temps de Jane Austen, la seule façon d’exister quand on était une femme queer était le contournement. “Gentleman Jack a trouvé une façon de vivre ses histoires d’amour en dehors des radars de la société”, remarque son interprète Suranne Jones. A l’époque d’Anne Lister, l’homosexualité est criminelle entre hommes, mais on n’en parle pas entre femmes. Alors il faut trouver des façons rusées d’exister et de se raconter. Ecrivaine reconnue de son vivant, Anne Lister tient assidûment un journal intime de près de 24 volumes. Côté pile, le journal raconte son quotidien de femme entrepreneure à Halifax. Mais côté face, c’est bien plus croustillant. Gentleman Jack code des passages entiers sur sa vie amoureuse: elle y raconte pêle-mêle ses rendez-vous galants, ses chagrins d’amour et ses tactiques de séduction… Tombé dans l’oubli, le journal est finalement décrypté par une historienne dans les années 90. A Halifax, les locaux comme Sally Wainwright redécouvrent Anne Lister comme une femme affranchie. La réalisatrice mûrit peu à peu le projet d’une adaptation.

 

Séduire comme unE gentleman.e

Dans la série, Gentleman Jack est perçue comme queer par son entourage. Si le mot n’existe pas à l’époque, tout le monde comprend qui elle est. On prépare les chambres pour elle et ses maîtresses. On l’encourage à “s’installer avec une compagne” et c’est sa tante elle-même qui lui parle d’une prétendante de choix: Anne Walker, une jeune et riche héritière à la santé mentale fragile. Au fur et à mesure des épisodes, Anne Lister lui fait la cour en subvertissant le genre. Comme un gentleman, elle lui envoie des lettres et vient la visiter pour prendre le thé. Elle nous rend même complice, en nous adressant des petits débriefs et des clins d’oeil à travers l’écran. Entre amour, stratégie et ragots, Gentleman Jack ne manque pas de matière à drama. On n’en dira pas plus pour ne pas spoiler, mais la saison 2 est d’ores et déjà commandée.

Manon Walquan


1. 7 BD Cheek à découvrir cet automne

La rentrée littéraire côté romans graphiques recèle de nombreuses pépites. Nous avons sélectionné pour vous quelques lectures incontournables.
© HBO / BBC One - Cheek Magazine
© HBO / BBC One

2. Pourquoi les femmes vampires font-elles aussi peur?

Alors que la Cinémathèque rend hommage au mythe des vampires avec son exposition Vampires, de Dracula à Buffy, on a voulu comprendre pourquoi cette figure effrayait particulièrement au féminin. Décryptage.
© HBO / BBC One - Cheek Magazine
© HBO / BBC One

5. “Newport Beach”, brûlot féministe et anti-capitaliste des années 2000?

Sororité, empouvoirement, masculinité non-toxique, déclassement social volontaire et militantisme écolo… Et si Newport Beach, dont on fête cette année les 15 ans de la diffusion française, était une critique du mode de vie des 1% californiens?
© HBO / BBC One - Cheek Magazine
© HBO / BBC One

6. Le porno du futur est éthique et vient de Berlin

A Berlin, on croque de la techno et du sexe chaque soir. 80% des clubs de la capitale de l’électro sont “sex positive” et, depuis 2006, s’ajoute à l’obligatoire pèlerinage au Berghain (la cathédrale techno de la ville), une visite au plus grand festival porno d’Europe: le Porn Film Festival.
© HBO / BBC One - Cheek Magazine
© HBO / BBC One

7. Avec “Les Testaments”, Margaret Atwood imagine la victoire des luttes féministes

Près de trente-cinq ans après la parution de La Servante écarlate, l’autrice canadienne Margaret Atwood publie Les Testaments (ed. Robert Laffont, traduit de l’anglais par Michèle Albaret-Maatsch), une suite qui explore la chute de la République de Galaad. Un appel à faire tomber le système établi.
© HBO / BBC One - Cheek Magazine
© HBO / BBC One