culture

Musique

Girl in the Band: Hannah Hooper, la voix et la DA de Grouplove

On a interviewé les filles de groupes mixtes programmés à Rock en Seine, pour savoir si et comment le sexisme se présente dans la musique. Après Deluxe et Thérapie Taxi, Hannah Hooper de Grouplove.
Facebook/Grouplove © Yana Yatsuk
Facebook/Grouplove © Yana Yatsuk

Facebook/Grouplove © Yana Yatsuk


Grouplove, c’est l’histoire de la rencontre, en 2009, de Hannah Hooper, peintre, et Christian Zucconi, chanteur et guitariste. Elle le croise dans un bar new-yorkais, un soir où il donne un concert, apprécie sa musique et va lui parler. Très rapidement, elle l’invite à l’accompagner, alors qu’elle part en résidence d’artistes en Crète. Sur place, ils font la connaissance de Sean Gadd, Andrew Wessen et Ryan Rabin. “Un coup de chance, vraiment, raconte Hannah Hooper. Le hasard a fait que nous nous sommes tous retrouvés là au même moment.” Et l’alchimie a fonctionné.

À eux cinq, ils forment Grouplove, qui sort son premier album Never Trust a Happy Song en 2011. Depuis, Hannah Hooper et Christian Zucconi se sont mariés, et le groupe a sorti deux nouveaux albums: Spreading Rumours en 2013 et Big Mess en 2016. Ils seront à Rock en Seine le 25 août prochain. L’occasion de tendre le micro à la seule nana du groupe pour notre interview Girl in the band. On y rencontre des femmes qui évoluent entourées d’hommes dans le monde de la musique pour tenter de répondre à cette question: être une femme dans un groupe d’hommes expose-t-il forcément au sexisme?

 

La fois où on a voulu t’apprendre à chanter?

Ça n’est jamais vraiment arrivé! Il faut savoir que j’ai grandi avec un grand frère, une forte figure maternelle, et mon père aussi m’a beaucoup appris… J’ai su très jeune que j’étais une artiste, et j’ai toujours été très indépendante. Cela complique toute éventuelle attaque sur mon travail: j’ai trouvé assez tôt un équilibre entre rester refermée dans mon univers, et m’ouvrir en même temps sur le monde, le public. C’est ce qui, je pense, m’a protégée. 

La fois où on t’a prise pour une groupie?

Si c’est arrivé, je ne l’ai jamais su! Comme je me suis construit ce monde qui m’est propre, je ne remarque pas vraiment si l’on me prend de haut. Quand je suis sur scène, je m’habille de façon très sexy, je crée un personnage très féminin donc je suis, c’est vrai, potentiellement plus fragile face aux attaques. Mais, en dehors de la scène, je suis davantage protégée. J’ai même tendance à m’habiller comme un garçon. L’endroit où il serait le plus simple de venir me rabaisser, ce serait sur scène, sauf que c’est précisément là que je me sens le mieux, le plus libre.

Le truc que tu es la seule à maîtriser dans le groupe?

Je suis la seule à pouvoir porter un enfant! (Rires.) Je dis ça parce que j’en ai eu un avec Christian l’an dernier. Autrement, je suis la seule à faire des arts visuels: c’est moi qui crée les posters, les t-shirts, les couvertures d’album, etc. C’est très important pour moi: j’estime qu’un groupe vraiment complet doit être capable d’apporter tout son univers au public, et cela passe évidemment par la musique mais aussi par toute la dimension visuelle. Comme celle-ci fait partie de ma formation, c’est moi qui m’en charge.

 

Quand on te dit musicienne, tu penses à qui?

Patti Smith. C’est une figure féminine que j’ai toujours admirée, une artiste complète qui est à la fois poète, musicienne, mère, new-yorkaise, auteure… Elle est constamment artiste, et c’est elle qui m’a fait réaliser que j’étais normale: qu’en tant qu’artiste, il est impossible de se relaxer. On passe tout son temps à créer.

Pourquoi les femmes sont-elles minoritaires dans la musique selon toi?

À mon avis, on devrait moins se focaliser sur le genre, et davantage sur les idées. Mais c’est vrai, je ressens le manque de femmes. Par exemple, en backstage, je suis fréquemment la seule fille. Et je ne saurais pas vraiment dire à quoi c’est dû. Peut-être que c’est parce que les femmes artistes sont plus ouvertes, qu’elles expriment davantage de choses sur scène et que, cette sensibilité, c’est peut-être trop pour certains. Il y a des gens qui préfèrent les choses simples, et peut-être que la musique faite par des femmes, c’est trop pour eux.

Que faudrait-il pour que ça change?

Il faut juste que les femmes continuent à faire de l’art et que l’on trouve de nouvelles plateformes pour qu’elles puissent le diffuser. En tant qu’artiste, on ne veut pas avoir à se concentrer sur la partie business, mais on a besoin de gens comme ça. Peut-être que, par exemple, notre groupe pourrait grandir, et comme ça je pourrais y faire entrer davantage de femmes! (Rires.) Plus largement, je crois qu’il faudrait que les gens réalisent qu’on ne devrait pas avoir besoin de séparer femmes et hommes: en tant que femme, on ne montre jamais mieux nos différences que lorsqu’on est parmi des hommes. Donc être avec eux, c’est aussi se donner la possibilité d’être différente, plus féminine, plus forte. Il faut réaliser une bonne fois pour toutes que la mixité est un véritable atout. 

Propos recueillis par Mathilde Saliou


1. Owlle, magicienne pop qui aime l'ombre et la lumière

Quatre ans après son premier album, Owlle revient avec Summer Crisis, un nouvel Ep qui annonce le virage pop de son nouvel album, Heavy Weather, à paraître dans les mois qui viennent. 
Facebook/Grouplove © Yana Yatsuk - Cheek Magazine
Facebook/Grouplove © Yana Yatsuk

3. Elles ont crée Belleville, une maison d'édition consacrée aux littératures étrangères et engagées

Dorothy Aubert et Marie Trébaol, deux éditrices parisiennes, ont lancé la maison Belleville en 2015. Elles donnent ainsi la parole à des autrices et auteurs militant·e·s, venu·e·s de Turquie, d’Arménie ou encore d’Égypte, et nous entraîne à la découverte de nouvelles cultures. Entretien express.
Facebook/Grouplove © Yana Yatsuk - Cheek Magazine
Facebook/Grouplove © Yana Yatsuk

4. Whitney Houston aurait été sexuellement abusée enfant

Dans un documentaire évènement sur la vie de la chanteuse, le réalisateur Kevin Macdonald dévoile le témoignage du demi-frère de Whitney Houston qui accuse leur cousine Dee-Dee Warwick d’avoir abusé d’eux lorsqu’ils étaient enfants. 
Facebook/Grouplove © Yana Yatsuk - Cheek Magazine
Facebook/Grouplove © Yana Yatsuk

6. “Behind the Scars”: quand une photographe s'intéresse aux histoires derrière les cicatrices

Une opération, une chute ou des blessures auto-infligées: derrière les cicatrices se cache souvent une histoire. Pour son projet Behind the Scars, la photographe britannique Sophie Mayanne invite ses sujets à raconter la genèse de leurs marques et à examiner l’impact qu’elles ont eu sur la construction de leur identité. 
Facebook/Grouplove © Yana Yatsuk - Cheek Magazine
Facebook/Grouplove © Yana Yatsuk

7. Adelaïde Bon signe un roman incroyable sur le viol qu'elle a subi enfant

Elle avait 9 ans quand elle a été violée dans la cage d’escalier de son immeuble. Le coupable ne sera retrouvé et inculpé que 23 ans plus tard. Entre-temps, Adélaïde Bon a souffert et surtout culpabilisé jusqu’à l’autodestruction. Aujourd’hui, elle raconte son parcours dans La Petite fille sur la banquise, un récit littéraire saisissant qui dénonce la culture du viol et la tendance à minimiser un crime que la société peine à définir, à comprendre et donc parfois à punir.
Facebook/Grouplove © Yana Yatsuk - Cheek Magazine
Facebook/Grouplove © Yana Yatsuk