culture

Cinéma

Cinéma: 3 Cheek films à découvrir cette semaine

Girl, Galveston et RBG: on a sélectionné pour vous trois films en salles ce mercredi 10 octobre. 
Elle Fanning dans “Galveston” © Les Bookmakers/The Jokers
Elle Fanning dans “Galveston” © Les Bookmakers/The Jokers

Elle Fanning dans “Galveston” © Les Bookmakers/The Jokers


Vous êtes plutôt documentaire pop-culture, road-movie sauce Mélanie Laurent ou drame ovationné à Cannes? Entre RBG, qui revient sur l’histoire d’une juge de 85 ans à la Cour Suprême des États-Unis, Galveston qui raconte la fuite d’un petit gangster accompagné d’une jeune prostituée au Texas, et Girl, le récit d’une ado trans qui se rêve danseuse étoile, ce mercredi 10 octobre au cinéma, on a choisi de ne pas choisir. 

 

Girl, de Lukas Dhont

Le pitch: Lara, une ado trans de 15 ans, rêve de devenir danseuse étoile. Soutenue par sa famille, elle intègre l’une des meilleures écoles de Belgique, et tente de rattraper son retard sur les autres élèves. En parallèle, la ballerine débute un traitement hormonal, et attend avec impatience l’opération qui lui permettra enfin de se débarrasser de son sexe masculin.

Pourquoi c’est Cheek: Caméra d’or du Festival de Cannes 2018, Girl est un film dans lequel la transidentité est abordée sans voyeurisme, et avec un angle singulier. Plutôt que de se concentrer sur les discriminations ou le rejet dont aurait pu être victime Lara, Lukas Dhont choisit de montrer le regard que porte le personnage sur son propre corps. On découvre une jeune femme aimée par sa famille, idéalement prise en charge sur le plan médical, mais bourrée de complexes. De quoi sérieusement empiéter sur son bien-être mental, physique, et sa vie amoureuse. Belle découverte également: l’acteur Victor Polster, qui interprète la jeune danseuse, et remporte le prix d’interprétation dans la section Un Certain regard, à seulement 16 ans.

 

RBG, de Betsy West et Julie Cohen

Le pitch: Juge à la Cour Suprême des États-Unis, Ruth Bader Ginsburg, aka RBG, est une figure féministe américaine de 85 ans. Dans le documentaire RBG, Betsy West et Julie Cohen retracent le parcours de ce personnage hors du commun, de ses études dans un milieu très masculin à ses engagements politiques pour l’égalité femmes-hommes et la défense des minorités, en passant par le couple qu’elle a réussi à construire sur des bases anti-sexistes. 

Pourquoi c’est Cheek: Un docu sur une juge à la Cour Suprême de 85 ans. Barbant? Détrompez-vous. Les réalisatrices de RBG ont eu la bonne idée de faire dialoguer Ruth Bader Ginsburg avec quelques représentant·e·s de la génération Y. Elle parle “place des femmes” avec sa petite fille, donne une conférence pour des étudiant·e·s et se bidonne même devant l’imitation que fait d’elle Kate McKinnon dans le Saturday Night Live. Le tout agrémenté de quelques punchlines bien senties, du type: “Je ne réclame aucune faveur pour les personnes de mon sexe. Tout ce que je demande à nos frères, c’est qu’ils veuillent bien retirer leurs pieds de nos nuques.

 

Galveston, de Mélanie Laurent 

Le pitch: Roy (Ben Foster), un gangster de la Nouvelle-Orléans, embarque dans sa cavale Rocky (Elle Fanning), une jeune prostituée que le destin a mis sur sa route. Il vient d’être diagnostiqué d’un méchant truc aux poumons, elle a toute la vie devant elle, mais un passé plombé par de sacrées casseroles. Sorte de chevalier aux airs de cowboy Marlboro, Roy va tout faire pour l’aider à s’offrir un avenir.

Pourquoi c’est Cheek: Nerveux, désenchanté et viril, ce premier film de Mélanie Laurent à Hollywood marque un nouveau jalon important dans l’incroyable parcours de la réalisatrice et actrice -on rappelle qu’en 2017, seuls 7% de films hollywoodiens étaient réalisés par des femmes; quant à ceux réalisés par une femme française, on n’en connaît tout simplement pas. Mais, bien au-delà du symbole, Galveston compte aussi parmi les meilleures réalisations de la cinéaste. On y retrouve la patte très reconnaissable de son fidèle chef opérateur Arnaud Potier, qui fait en permanence vaciller ses films entre ombre et lumière, liberté et claustrophobie. Dans une prédominance de bleu, Galveston explore l’envers du rêve américain, mais aussi celui d’une certaine masculinité. Avec son anti-héros cabossé au premier plan et la violence qui s’exerce envers les femmes dans tous les recoins de l’histoire, Galveston dézingue l’idée d’une certaine masculinité. 

Margot Cherrid et Faustine Kopiejwski 


1. Avec sa “Ligue des super-féministes”, Mirion Malle parle de féminisme aux enfants

À 26 ans, Mirion Malle sort La Ligue des super féministes, un premier album jeunesse qui parle d’égalité, d’intersectionnalité, de représentation, de consentement, d’homosexualité et d’identité de genre aux enfants. Rencontre.
Elle Fanning dans “Galveston” © Les Bookmakers/The Jokers  - Cheek Magazine
Elle Fanning dans “Galveston” © Les Bookmakers/The Jokers

2. Comment la série “Sex Education” met en scène une masculinité non toxique

Otis est le héros de la série Netflix Sex Education. Il a 16 ans, il est hétéro, s’habille assez banalement et plaît parfois aux filles. Ah, et il se déguise une fois par an en drag queen pour aller voir le film Hedwig and the Angry Inch.
Elle Fanning dans “Galveston” © Les Bookmakers/The Jokers  - Cheek Magazine
Elle Fanning dans “Galveston” © Les Bookmakers/The Jokers

3. Comment Violette Leduc est devenue une icône féministe et queer

Le 2 février prochain, la mairie du 11ème arrondissement de Paris inaugurera la nouvelle médiathèque Violette Leduc. Une reconnaissance tardive, pour une figure féministe du XXème siècle, protégée par Simone de Beauvoir. Enquête sur une écrivaine redécouverte par les jeunes féministes et queers.
Elle Fanning dans “Galveston” © Les Bookmakers/The Jokers  - Cheek Magazine
Elle Fanning dans “Galveston” © Les Bookmakers/The Jokers

4. Avec “Hunger”, Roxane Gay signe un récit féministe sur le traumatisme et la grossophobie

Un peu moins d’un an après la sortie en français de Bad Feminist, Denoël publie l’essai autobiographique de Roxane Gay Hunger, une histoire de mon corps. Dans ce récit puissant et nécessaire, elle aborde son agression sexuelle, son rapport à son corps, son féminisme et son expérience quotidienne de la grossophobie.
Elle Fanning dans “Galveston” © Les Bookmakers/The Jokers  - Cheek Magazine
Elle Fanning dans “Galveston” © Les Bookmakers/The Jokers

5. 3 films musicaux à découvrir au festival F.A.M.E

Pour sa cinquième édition, le festival de films musicaux F.A.M.E affiche une programmation ultra excitante, où les femmes tiennent le haut de l’affiche. 
Elle Fanning dans “Galveston” © Les Bookmakers/The Jokers  - Cheek Magazine
Elle Fanning dans “Galveston” © Les Bookmakers/The Jokers

7. Nicole Kidman méconnaissable dans “Destroyer”, un thriller en salles en février

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait la bande-annonce de Destroyer, un film réalisé par Karyn Kusama, dans lequel Nicole Kidman, méconnaissable, incarne une détective de police plus badass que jamais. 
Elle Fanning dans “Galveston” © Les Bookmakers/The Jokers  - Cheek Magazine
Elle Fanning dans “Galveston” © Les Bookmakers/The Jokers