culture

Elle a lancé Glory Book Box, la box littéraire féministe qui met en avant les autrices

On a posé 3 questions à Mélina Oligo, créatrice de Glory Book Box, première box littéraire féministe et 100% autrices. 
© Glory Book Box
© Glory Book Box

© Glory Book Box


Une box littéraire composée uniquement d’ouvrages de femmes? Une initiative féministe plus que bienvenue. Après des études de cinéma et quelques années en librairie, Mélina Oligo, jeune femme de 26 ans, lance la Glory Book Box. Dans cette boîte, qui porte le nom de la célèbre chanson du groupe Portishead, deux livres de poche, des goodies et un livret, contenant des recommandations de lectures, de podcasts ou de films, sont envoyés chaque mois pour 24 euros. Interpellée par l‘absence des écrivaines dans les écoles mais aussi dans les grands prix littéraires, Mélina Oligo, passionnée de lecture, veut montrer qu’il reste beaucoup à découvrir en littérature féminine. 

 

Pourquoi avoir choisi de présenter uniquement des autrices? 

Pour replacer les femmes au centre de la littérature, parce qu’elles sont très oubliées et subissent des préjugés. Quand j’ai lancé la box, j’ai eu des remarques du type “les femmes c’est gnangnan”, “elles n’écrivent que des romans d’amour”, et ça m’avait beaucoup choquée. Une fois, on m’a même dit: “Mais deux livres de femmes par mois à lire, ça fait pas beaucoup quand même?”. Dans un post sur son blog, l’illustratrice Diglee expliquait qu’elle s’était mise à rattraper son retard en lisant des autrices et les gens lui faisait la réflexion “Mais pourquoi tu ne lis que des femmes?” alors que personne n’aurait fait la remarque s’il s’agissait d’hommes. Ce choix, c’est pour remettre de la diversité dans la littérature. J’avais vraiment ce besoin de mettre des femmes en avant. 

© Glory Book Box

© Glory Book Box 

Tu choisis des livres contemporains mais aussi des livres plus anciens, qui ont été rédigés des siècles plus tôt. Qu’est-ce que ces ouvrages peuvent nous apprendre en tant que féministe aujourd’hui? 

Je pense qu’il faut d’abord connaître son passé avant de pouvoir connaître son futur. Dans certains textes, on se rend compte que, finalement, le féminisme n’a pas tant changé que ça. C’est assez fou et c’est important d’avoir une référence historique pour pouvoir ensuite poursuivre sur des bases plus contemporaines. Je pense aussi qu’il est essentiel de faire connaître des livres plus anciens pour montrer que les femmes étaient là, qu’elles n’ont pas débarqué au 21ème siècle. 

Rencontres-tu des difficultés à trouver des autrices dans les différents genres littéraires? 

Pas tant que ça. Étant une très grande lectrice, j’ai déjà une grille de lecture bien fournie. Ce qui s’avère compliqué, en revanche, c’est de retrouver leurs ouvrages réédités. Dans la fantaisie et la science-fiction, les femmes sont moins faciles à trouver. Elles ne sont pas si absentes que ça, c’est surtout que leurs livres ne sont plus trouvables ou ne sont pas édités en français. C’est déjà un genre qui est sous-côté en général, on dit qu’il est destiné aux adolescent·e·s alors qu’il y a de très bons bouquins de science-fiction pour adultes. Donc si tu es une autrice, ça passe encore moins. En revanche, elles sont très présentes dans la romance. C’est un genre qui est censé être pensé pour les femmes donc je pense que lorsqu’on est une autrice, c’est celui où on a le plus de chance d’être publiée. 

Wendy Le Neillon


1. Comment la série “Sex Education” met en scène une masculinité non toxique

Otis est le héros de la série Netflix Sex Education. Il a 16 ans, il est hétéro, s’habille assez banalement et plaît parfois aux filles. Ah, et il se déguise une fois par an en drag queen pour aller voir le film Hedwig and the Angry Inch.
© Glory Book Box - Cheek Magazine
© Glory Book Box

2. Comment Violette Leduc est devenue une icône féministe et queer

Le 2 février prochain, la mairie du 11ème arrondissement de Paris inaugurera la nouvelle médiathèque Violette Leduc. Une reconnaissance tardive, pour une figure féministe du XXème siècle, protégée par Simone de Beauvoir. Enquête sur une écrivaine redécouverte par les jeunes féministes et queers.
© Glory Book Box - Cheek Magazine
© Glory Book Box

3. Avec “Hunger”, Roxane Gay signe un récit féministe sur le traumatisme et la grossophobie

Un peu moins d’un an après la sortie en français de Bad Feminist, Denoël publie l’essai autobiographique de Roxane Gay Hunger, une histoire de mon corps. Dans ce récit puissant et nécessaire, elle aborde son agression sexuelle, son rapport à son corps, son féminisme et son expérience quotidienne de la grossophobie.
© Glory Book Box - Cheek Magazine
© Glory Book Box

4. 3 films musicaux à découvrir au festival F.A.M.E

Pour sa cinquième édition, le festival de films musicaux F.A.M.E affiche une programmation ultra excitante, où les femmes tiennent le haut de l’affiche. 
© Glory Book Box - Cheek Magazine
© Glory Book Box

6. Nicole Kidman méconnaissable dans “Destroyer”, un thriller en salles en février

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait la bande-annonce de Destroyer, un film réalisé par Karyn Kusama, dans lequel Nicole Kidman, méconnaissable, incarne une détective de police plus badass que jamais. 
© Glory Book Box - Cheek Magazine
© Glory Book Box