culture

Spectacle

Courez voir “Grande”, un spectacle hors norme avec Vimala Pons

Inclassables, les funambules Vimala Pons et Tsirihaka Harrivel vont faire un petit tour en France avec GRANDE, une revue extraordinaire qui parle d’amour mais pas que, qui nous embrasse tous avec sa poésie, ses élucubrations et ses numéros bouleversants. 
© Grande
© Grande

© Grande


GRANDE, c’est du cirque et du théâtre, des déclamations poétiques, des notes électro et des coups de trompette, des numéros de claquettes, un strip-tease et de hautes galipettes. C’est surtout la plus belle poésie qu’il vous sera donné de voir, une jolie leçon aussi, sur l’amour tel que nous le vivons. L’amour total et sans majuscule, présenté à rebours et en mosaïques. Dans le hall du Centquatre parisien, où le spectacle a été donné à guichets fermés en septembre et octobre, les grandes lettres semblaient déjà nous prévenir, telles le cerbère des Enfers, que nous allions entrer dans un domaine dont nous aurions du mal à définir les contours. C’était vrai, et c’était bien le but affiché par les deux membres du collectif de cirque Ivan Mosjoukine: Vimala Pons et Tsirihaka Harrivel, les chantres sur scène et les génies derrière les ficelles de ce show hors norme en tournée dans plusieurs villes françaises à partir de demain

Les funambules nous étourdissent dans un contre-la-montre prodigieux, cousent et décousent l’intrigue de vies trentenaires, où l’enfance se perd à regret, où il faut apprendre à se connaître.

Dans le dédale d’une scénographie sans coulisses ni rideau, devant les yeux écarquillés des spectatrices et spectateurs, l’exercice en 8 revues est mécanique, ça fait soixante fois que les deux complices s’y plient. Pour raconter leur histoire -ou bien la nôtre?-, les funambules nous étourdissent dans un contre-la-montre prodigieux, cousent et décousent l’intrigue de vies trentenaires, où l’enfance se perd à regret, où il faut apprendre à se connaître, à fermer les portes à l’autre et danser avec lui. 

Pourquoi n’arrive-t-on pas à lâcher, pourquoi notre coeur pèse-t-il une tonne, pourquoi on s’exprime mal, pourquoi on aime trop, pourquoi on aime mal? Ces questionnements aussi personnels qu’universels sont travaillés sous le pinceau de la métaphore et pour notre plus grand plaisir. Tsirihaka Harrivel est transporté dans les airs, lance des couteaux, danse le quotidien pressé, tandis que Vimala Pons égraine en saccades des personnages grimaçants, s’effeuille jusqu’à la moelle, équilibre sur sa tête de lourds objets qui chancèlent. Comme nous chancelons et jubilons aussi. On a posé 3 questions à Vimala Pons:

On pourrait croire que c’est une faiblesse du spectacle de voir tout le décor, mais en vrai, tout est une surprise.

On sort fourbu.e.s du spectacle, qui est assez indéfinissable… C’était le but?

GRANDE, c’est un spectacle qu’on dit avec de la musique, avec de la transpi, avec de l’étonnement. Nous, on trouve que c’est plus drôle en général quand les contours sont flous. La cohérence, les fils, tu les découvres après coup. Si c’est indéfinissable, c’est parce qu’on a une grosse envie de “tout à la fois”. Nous aimons l’esthétique du cirque, et du music-hall, puis c’est aussi une poésie à compléter… Notre dispositif scénique, c’est un gros juke-box, un jeu de société. On voulait dire quelque chose, mais avec le plus d’outils possibles. Le truc “do it yourself”, où on manipule les machines et les accessoires, c’est ce qu’on appelle l’élégance de la nécessité: les objets (Ndlr: des centaines) sont posés sur un établi, détourés comme dans une scène de crime. On pourrait croire que c’est une faiblesse du spectacle de voir tout le décor, mais en vrai, tout est une surprise. On espère que le spectateur voit dans ce ballet des objets un peu de la magie du diamant qui bouge et se pose sur la bonne chanson sans qu’on l’ait vu venir.

Courrez voir “Grande”, un spectacle hors norme avec Vimala Pons

© Grande

Vous parlez de surprise, quelle est la place du spectateur dans la conception du spectacle? Est-ce une valse ou un jeu de ping pong?

Ce qu’on recherchait et qu’on a trouvé, c’est un échange d’énergie: avec ce qu’on raconte, on replace chaque personne dans sa solitude à un moment et on étreint tout le monde, aussi, à un autre moment. Le miracle, c’est qu’à la fin de la représentation, on s’est tous constitués un souvenir, ensemble. Et puis, depuis le temps qu’on le joue, devant tous les publics, le spectacle a beaucoup changé. Avant, on était dans un huis clos total, c’est le public qui nous a donné un regard extérieur. On s’est vraiment rendu compte de ce qu’on avait écrit après 20 représentations, et après on a changé des trucs.

La mort, la fin d’une histoire, la perte d’un boulot, celle de l’enfance: tout ça constitue l’apprentissage de la vie.

À un moment, dans un hurlement, vous implorez “je me suis organisée pour t’aimer”. Y a t il une façon meilleure de parler de l’amour contemporain?

Finalement, on n’a pas fait exprès de parler de l’amour, c’est après coup qu’on s’en est rendu compte. Mais en vrai, l’amour c’est tout ce qu’on a devant nous. La mort, la fin d’une histoire, la perte d’un boulot, celle de l’enfance: tout ça constitue l’apprentissage de la vie. Je pense que l’amour romantique, central est un truc qui s’épuise. Il y a un truc générationnel passionnant: l’amour aujourd’hui, ce sont les polyamoureux, ce sont les couples exclusifs où le mec ou la nana va voir ailleurs, c’est tout le monde qu’est un peu bi sans y toucher, c’est habiter ensemble ou pas… Bref, on a tendance à aller contre les institutions du couple tradi, mais sans vraiment y croire. On essaie de brûler les idoles. C’est comme ça qu’on provoque son imaginaire: au lieu de se coltiner la réalité, on peut s’en libérer par la composition des choses.

Propos recueillis par Anne-Laure Pineau

Le spectacle débute une tournée en France dès demain, en commençant par Tours, mais il passera également à Valence, Poitiers, Calais ou encore Quimper. Retrouvez toutes les dates ici


2. Avec son roman, Sara Collins a imaginé une Jane Eyre noire

Quand elle était jeune, Sara Collins dévorait les romans des sœurs Brontë et de Mary Shelley. Aujourd’hui, elle vient de sortir son premier roman, Les Confessions de Frannie Langton, inspiré de ces classiques. Avec pour héroïne une ancienne esclave embarquée de la Jamaïque à Londres.
© Grande  - Cheek Magazine
© Grande

3. Avec “Hors la loi”, elles rejouent le procès de Bobigny sur l’IVG

La pièce Hors la loi de Pauline Bureau, met en scène à la Comédie Française l’histoire de l’ado Marie-Claire Chevalier, jugée pour avoir avorté en 1971 alors que c’était encore illégal en France. Trois bonnes raisons de prendre sa place avant le 7 juillet.
© Grande  - Cheek Magazine
© Grande

5. “Gentleman Jack”, le biopic lesbien qui révolutionne le genre

Actuellement diffusée sur OCS city, la série Gentleman Jack raconte l’histoire de la première “lesbienne moderne”, Anne Lister. Exploratrice en haut-de-forme, elle a ouvert la voie à des futurs féministes.
© Grande  - Cheek Magazine
© Grande

7. Pourquoi les personnages féminins sont toujours coincés dans des stéréotypes sexistes

Des séries aux blockbusters en passant par les sagas littéraires, la conception de personnages féminins nuancés et inspirants demeure un défi parfois insurmontable pour l’industrie du divertissement qui se repose souvent sur des tropes stéréotypés.
© Grande  - Cheek Magazine
© Grande