culture

Elles ont lancé Madame Rap, un site dédié aux rappeuses du monde entier

Avec Madame Rap, Eloïse Bouton et Emeralda Ayakashi veulent offrir une visibilité aux rappeuses et casser les clichés qui collent au hip hop. 
Eloïse Bouton et Emeraldia Ayakashi, DR
Eloïse Bouton et Emeraldia Ayakashi, DR

Eloïse Bouton et Emeraldia Ayakashi, DR


Le hip hop, un milieu misogyne dont les femmes sont les grandes absentes? Depuis un an, Éloïse Bouton s’active pour prouver le contraire. Avec Madame Rap, le site qu’elle a lancé en août 2015, cette ex-Femen, journaliste et militante, offre une visibilité sans précédent aux rappeuses du monde entier. Désormais épaulée par la Dj et productrice Emeraldia Ayakashi, Eloïse Bouton allie sa passion du hip hop à son militantisme féministe au sein de ce projet qui prend de plus en plus d’ampleur.

Outre le média, qui recense et donne la parole aux rappeuses de tous les pays, Madame Rap se développe aussi en tant que label et e-shop, et organisera sa première soirée à Paris le 29 septembre. Au programme: un open mic réservé aux femmes, des dj sets et les lives des rappeuses A2N et Valore. Alors que Cheek s’associe à Madame Rap pour des articles mensuels autour du hip hop féminin, on vous fait les présentations avec Éloïse Bouton. 

 

Quand et pourquoi as-tu lancé Madame Rap?

J’ai lancé Madame Rap en août 2015 parce que j’en avais assez d’entendre des clichés récurrents sur les femmes et le hip hop, du type “il n’existe aucune rappeuse digne de ce nom” ou “le rap est la musique la plus sexiste”.  La DJ et productrice Emeraldia Ayakashi a rejoint l’aventure quelques mois plus tard et nous avons fondé une association de loi 1901 dédiée à la mise en lumière des femmes dans le hip hop.

Un an après, où en êtes-vous?

Aujourd’hui, Madame Rap recense plus de 1000 rappeuses du monde entier et propose des news ainsi que des interviews d’artistes internationales en français et en anglais. Plus qu’un site Internet et une association, Madame Rap est aussi un label, un shop en ligne et un espace d’information et d’éducation alternatif qui a pour mission de célébrer les féminismes, l’art et les cultures urbaines et de leur offrir une réelle visibilité!

“Le patriarcat a fait du rap un bouc émissaire bien pratique, qui lui permet de se dédouaner.”

Comme tu le dis toi-même, le rap passe pour le milieu misogyne par excellence: cliché ou réalité?

Cliché et réalité! Entre 22% et 37% des paroles de rap seraient misogynes et 67% objectiveraient sexuellement les femmes. Mais ces violences verbales ne tombent pas du ciel et proviennent directement de la manière dont les femmes sont traitées dans la société. Le hip hop ne fait que tendre ce miroir. En outre, tout le hip hop n’est pas misogyne et surtout, il ne l’est pas plus que d’autres musiques, il use juste de codes différents, sans détours et sans fioritures, ce qui rend le problème plus visible. Les autres styles musicaux produisent un sexisme plus mainstream et pernicieux, presque indécelable et surtout beaucoup mieux accepté, car normé et blanc.

Pourquoi cette vision réductrice du rap a-t-elle la peau si dure?

Parce que certains artistes perpétuent des codes inhérents au hip hop sans les déconstruire. Mais surtout, parce que le patriarcat a fait du rap un bouc émissaire bien pratique, qui lui permet de se dédouaner. Pendant qu’on s’insurge contre cette musique issue principalement de classes populaires et produite par des artistes d’origines ou de religions diverses, non blancs, au langage qui ne correspond pas à la norme, personne ne prête attention au vrai problème, c’est-à-dire au sexisme à la source. Mettre une femme à poil dans une pub ou objectiver les femmes dans la variété semble acceptable alors que dire “salope” dans un texte de rap paraît insupportable.

 

Madame Rap Eloïse Bouton et Emeraldia Ayakashi DR

DR

Certains rappeurs font-ils attention à parler des femmes autrement?

Oui! De nombreux hommes tentent de faire évoluer le discours ambiant, comme Kendrick Lamar, Drake, Talib Kweli, Lupe Fiasco ou Common. En France, il y a Kery James, D’ de Kabal et Abd al Malik.

On a l’impression que les femmes dans le rap ont seulement deux choix: être un lascar ou une chaudasse. Est-ce le cas?

Là encore, il s’agit seulement du reflet de la société et, entre autres, du mythe de la maman et de la putain. Comme toute la société, le rap souffre de cette binarité. Mais depuis les années 2000, on voit des femmes émerger qui ne rentrent pas dans la case “mec” ou “chaudasse”, mais qui sont des “justes milieux”, des artistes et des individus à part entière qui ne jouent pas de cette opposition comme outil marketing.

Qui sont les rappeuses françaises qui émergent en ce moment?

Sianna, Shay, KT Gorique, Emma Emotrip, Ladea, Pumpkin, Liza Monet, A2N

Se revendiquent-elles féministes?

Presque toutes les rappeuses que nous avons interviewées avec Madame Rap disent être féministes: Liza Monet, Pumpkin, Keny Arkana… Peut-être qu’on ne le sait pas parce qu’on ne leur offre pas l’espace médiatique pour s’exprimer ou que quand elles l’ont, personne ne leur pose jamais la question.

“J’ai l’impression que le terme ‘féministe’ est davantage compris comme ‘croire à l’égalité des droits entre les femmes et les hommes’ à l’étranger.”

Et ailleurs dans le monde? 

Aussi! GOTAL (Sénégal), Reverie (US), Reykjavíkurdætur (Islande), Speech Debelle (UK), Rebeca Lane (Guatemala), Dee MC (Inde), nous ont toutes dit être féministes. Néanmoins, j’ai l’impression que le terme “féministe” est davantage compris comme “croire à l’égalité des droits entre les femmes et les hommes” à l’étranger, alors qu’en France, il reste parfois perçu comme réducteur ou péjoratif, donc stigmatisant.

Quid de l’homosexualité? Est-ce toujours un tabou dans le rap? 

Je pense que ça reste un tabou en France. Ailleurs, et notamment aux États-Unis, certains artistes font bouger les lignes. Un “rap queer” a émergé depuis le début des années 2010, inspiré de la ball culture et de l’electro grime, avec de nombreux artistes LGBTQ comme Frank Ocean, Leaf, Siya, Zebra Katz ou Angel Haze, qui font tomber des tabous.

Si tu devais conclure avec une punchline bien féministe, tu choisirais quoi? 

“Male or female, it make no difference. I stop the world, world stop”, dixit Nicki Minaj!

 

Propos recueillis par Faustine Kopiejwski


1. Owlle, magicienne pop qui aime l'ombre et la lumière

Quatre ans après son premier album, Owlle revient avec Summer Crisis, un nouvel Ep qui annonce le virage pop de son nouvel album, Heavy Weather, à paraître dans les mois qui viennent. 
Eloïse Bouton et Emeraldia Ayakashi, DR - Cheek Magazine
Eloïse Bouton et Emeraldia Ayakashi, DR

3. Elles ont crée Belleville, une maison d'édition consacrée aux littératures étrangères et engagées

Dorothy Aubert et Marie Trébaol, deux éditrices parisiennes, ont lancé la maison Belleville en 2015. Elles donnent ainsi la parole à des autrices et auteurs militant·e·s, venu·e·s de Turquie, d’Arménie ou encore d’Égypte, et nous entraîne à la découverte de nouvelles cultures. Entretien express.
Eloïse Bouton et Emeraldia Ayakashi, DR - Cheek Magazine
Eloïse Bouton et Emeraldia Ayakashi, DR

4. Whitney Houston aurait été sexuellement abusée enfant

Dans un documentaire évènement sur la vie de la chanteuse, le réalisateur Kevin Macdonald dévoile le témoignage du demi-frère de Whitney Houston qui accuse leur cousine Dee-Dee Warwick d’avoir abusé d’eux lorsqu’ils étaient enfants. 
Eloïse Bouton et Emeraldia Ayakashi, DR - Cheek Magazine
Eloïse Bouton et Emeraldia Ayakashi, DR

6. “Behind the Scars”: quand une photographe s'intéresse aux histoires derrière les cicatrices

Une opération, une chute ou des blessures auto-infligées: derrière les cicatrices se cache souvent une histoire. Pour son projet Behind the Scars, la photographe britannique Sophie Mayanne invite ses sujets à raconter la genèse de leurs marques et à examiner l’impact qu’elles ont eu sur la construction de leur identité. 
Eloïse Bouton et Emeraldia Ayakashi, DR - Cheek Magazine
Eloïse Bouton et Emeraldia Ayakashi, DR

7. Adelaïde Bon signe un roman incroyable sur le viol qu'elle a subi enfant

Elle avait 9 ans quand elle a été violée dans la cage d’escalier de son immeuble. Le coupable ne sera retrouvé et inculpé que 23 ans plus tard. Entre-temps, Adélaïde Bon a souffert et surtout culpabilisé jusqu’à l’autodestruction. Aujourd’hui, elle raconte son parcours dans La Petite fille sur la banquise, un récit littéraire saisissant qui dénonce la culture du viol et la tendance à minimiser un crime que la société peine à définir, à comprendre et donc parfois à punir.
Eloïse Bouton et Emeraldia Ayakashi, DR - Cheek Magazine
Eloïse Bouton et Emeraldia Ayakashi, DR