culture

La vidéo du jour

Jessica Chastain balance à son tour sur les écarts de salaires à Hollywood

Si vous ne deviez voir qu’une vidéo aujourd’hui, ce serait celle-ci. 


L’écart de salaire entre les hommes et les femmes à Hollywood n’en finit plus d’être pointé du doigt. Si Jennifer Lawrence ou Gwyneth Paltrow étaient les dernières en date à dénoncer le “wage gap” qui sévit dans l’industrie du cinéma américain, Jessica Chastain vient allonger la liste des mécontentes qui osent prendre la parole.

Alors que Seul sur Mars, de Ridley Scott, sort en salles ce mercredi 21 octobre, Jessica Chastain, qui y tient un rôle aux côtés de Matt Damon, a expliqué aux journalistes du Huff Post Live avoir touché beaucoup moins que la somme qui avait été avancéE dans la presse. “Quelqu’un a rédigé un article sur Seul sur Mars: il disait que j’avais touché une certaine somme pour ce film. En vérité, j’ai touché moins du quart de cette somme”, explique-t-elle. D’après le Huffington Post, Jessica Chastain fait référence à un article de Star Magazine qui annonçait en juin dernier que l’actrice avait été payée 7 millions de dollars. Et le Huff Post de faire le calcul: “À en croire ses révélations sur le plateau du HuffPost Live, la comédienne aurait touché un peu moins de 2 millions de dollars au final. Star Magazine évoquait 25 millions pour Matt Damon… Si ce dernier chiffre est exact, l’écart de salaire est encore plus criant.”

O.R. 


3. “Mon Tissu préféré” fait souffler un vent de liberté sur le cinéma syrien

Repéré dans la sélection Un Certain Regard du dernier festival de Cannes, Mon Tissu préféré est un conte initiatique construit comme une invitation au voyage, dans l’intimité d’une jeune femme en quête de liberté individuelle, sur fond de guerre civile syrienne.
“Mon Tissu préféré” fait souffler un vent de liberté sur le cinéma syrien - Cheek Magazine

5. Samantha Bailly, la romancière en lutte pour défendre les auteur·rice·s

Autrice, scénariste et youtubeuse, Samantha Bailly est récemment devenue présidente de la Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse et vice-présidente du Conseil Permanent des Écrivains. Du haut de ses 29 ans, elle bouscule le très masculin monde de l’édition à coup de hashtags et d’agitprop.
Samantha Bailly, la romancière en lutte pour défendre les auteur·rice·s - Cheek Magazine