culture

Cinéma

On a parlé féminisme et films d'horreur avec Julia Ducournau, la réalisatrice de “Grave”

Pour la sortie de Grave, film événement dopé à l’hémoglobine, on a rencontré sa réalisatrice, Julia Ducournau.   
© Pieter De Ridder
© Pieter De Ridder

© Pieter De Ridder


Grave associe le féminin au genre du film d’horreur. Justine (excellente Garance Marillier) intègre la même école vétérinaire que sa sœur. Son année sera celle d’une défloration sanglante. Un premier film fracassant, signé Julia Ducournau, une cinéaste détonante.    

Logo Le Deuxième Regard

Cet article est publié en partenariat avec Le Deuxième Regard. 

Le genre du film d’horreur est un territoire associé au masculin, à ton avis, pourquoi?

Une des raisons possibles, pour lesquelles on n’a pas laissé la place aux femmes dans la réalisation de films de genre historiquement, serait qu’on n’accepte pas que les femmes puissent receler d’une forme de violence et de colère. Or, le cinéma de genre et d’horreur est associé à l’expression d’une violence qui est détournée, transformée, liée à nos peurs et à une rébellion face à la finitude de notre condition. On voit la femme comme un adoucissant, pour parler avec des termes de lessive. Mais pourquoi est-on censées être douces? On n’est pas du papier toilette! C’est agaçant et c’est une idée très ancrée. On n’accorde pas aux femmes le droit d’exprimer la violence qu’elles ressentent au quotidien, et cette violence enfouie est dès lors trois fois plus frontale.

 

 

T’es tu posé la question de ton propre genre en écrivant ce film?

Je ne me suis jamais posé la question de mon genre sexuel au sein de mon travail. Ma féminité, je ne l’ai jamais questionnée. Je fais les choses et je ne me demande pas si mon point de vue est féminin ou masculin. Mais j’ai remarqué que les femmes qui s’emparent du film de genre, s’attaquent aux sujets comme la dévoration et le cannibalisme. Je pense à Claire Denis, Antonia Bird, Ana Lily Amirpour, Marina de Van.

D’après toi, pourquoi?

Le cannibalisme, c’est l’ouverture du corps. Les femmes ont un truc avec la peau. Les femmes déchirent la peau pour être à vif, ou pour faire peau neuve, face à ce regard qui essaye de faire de nous quelqu’un d’autre. J’aime beaucoup l’idée que dans le cinéma de genre, ce soit l’image qui prime: tu peux éteindre le son et comprendre. On se sent tous des monstres au fond et pour mon héroïne Justine, ses cicatrices intérieures vont se voir sur sa peau, pas besoin de les expliquer. C’est le feu qui sort, le refoulé qui apparaît à travers l’eczéma.

Mon film est totalement féministe. Je voulais que ce personnage échappe à tous les déterminismes possibles, sociaux, familiaux ou sexuels.

Le film de genre permet de toucher à ce qui est tabou dans notre société, de dévoiler nos peurs les plus profondes: en l’occurrence, tu t’attaques à des peurs liées au féminin, comme les règles, la perte de la virginité…

Je ne voulais pas que le sang de mon film soit associé aux menstruations, c’est trop lié à Carrie. Je ne voulais pas que ça soit réducteur, je voulais sortir le corps féminin de sa niche. Je voulais qu’on arrête soit de le sexualiser, pour plaire aux hommes, soit de le glamouriser pour donner des idéaux aux femmes. C’est pour ça que le sang ne peut pas être que le sang des menstruations, sinon on reste dans cette niche. Le corps féminin est porteur de l’humanité, je voulais que, dans la salle, les hommes et les femmes s’identifient à ce corps-là. Le corps féminin reste enfermé dans cette dichotomie de sexualisation ou glamourisation.

 

Grave © Wild Bunch

DR

Pourquoi choisir un personnage féminin comme personnage principal?

Je me suis demandé si mon personnage allait être un garçon, car oui, il faut le rappeler, on peut être une femme et écrire des rôles de garçons. La raison pour laquelle j’ai choisi une fille, c’est parce que dans tout “coming of age” (Ndlr: film d’apprentissage), il y a la découverte de la sexualité. Et j’avais beaucoup plus de choses à défendre dans le portrait d’une femme. Je voulais montrer que tous les êtres désirants tendent vers l’orgasme et que ça n’a rien de honteux.

Ton film est-il féministe?

Mon film est totalement féministe. Je voulais que ce personnage échappe à tous les déterminismes possibles, sociaux, familiaux ou sexuels. Je voulais abolir toutes les barrières et essayer de viser l’universalité. C’est un film transgenre. Autant dans sa forme que dans ses personnages. Mon personnage est transgenre parce que c’est une métamorphose permanente. Le corps est féminin, mais ce n’est pas ce qu’elle est. Elle représente le trajet vers l’humanité.

Propos recueillis par Iris Brey

Cet article a été initialement publié sur le site du Deuxième Regard


1. Owlle, magicienne pop qui aime l'ombre et la lumière

Quatre ans après son premier album, Owlle revient avec Summer Crisis, un nouvel Ep qui annonce le virage pop de son nouvel album, Heavy Weather, à paraître dans les mois qui viennent. 
© Pieter De Ridder - Cheek Magazine
© Pieter De Ridder

3. Elles ont crée Belleville, une maison d'édition consacrée aux littératures étrangères et engagées

Dorothy Aubert et Marie Trébaol, deux éditrices parisiennes, ont lancé la maison Belleville en 2015. Elles donnent ainsi la parole à des autrices et auteurs militant·e·s, venu·e·s de Turquie, d’Arménie ou encore d’Égypte, et nous entraîne à la découverte de nouvelles cultures. Entretien express.
© Pieter De Ridder - Cheek Magazine
© Pieter De Ridder

4. Whitney Houston aurait été sexuellement abusée enfant

Dans un documentaire évènement sur la vie de la chanteuse, le réalisateur Kevin Macdonald dévoile le témoignage du demi-frère de Whitney Houston qui accuse leur cousine Dee-Dee Warwick d’avoir abusé d’eux lorsqu’ils étaient enfants. 
© Pieter De Ridder - Cheek Magazine
© Pieter De Ridder

6. “Behind the Scars”: quand une photographe s'intéresse aux histoires derrière les cicatrices

Une opération, une chute ou des blessures auto-infligées: derrière les cicatrices se cache souvent une histoire. Pour son projet Behind the Scars, la photographe britannique Sophie Mayanne invite ses sujets à raconter la genèse de leurs marques et à examiner l’impact qu’elles ont eu sur la construction de leur identité. 
© Pieter De Ridder - Cheek Magazine
© Pieter De Ridder

7. Adelaïde Bon signe un roman incroyable sur le viol qu'elle a subi enfant

Elle avait 9 ans quand elle a été violée dans la cage d’escalier de son immeuble. Le coupable ne sera retrouvé et inculpé que 23 ans plus tard. Entre-temps, Adélaïde Bon a souffert et surtout culpabilisé jusqu’à l’autodestruction. Aujourd’hui, elle raconte son parcours dans La Petite fille sur la banquise, un récit littéraire saisissant qui dénonce la culture du viol et la tendance à minimiser un crime que la société peine à définir, à comprendre et donc parfois à punir.
© Pieter De Ridder - Cheek Magazine
© Pieter De Ridder