culture

Interview / Sophie-Marie Larrouy

“La frontière entre la folie et la non folie est aussi fine qu'un fil de salive”

À l’affiche de la Comédie des 3 Bornes pour son spectacle Sapin le jour, Ogre la nuit, l’humoriste Sophie-Marie Larrouy a parlé art et bipolarité avec notre contributrice Safia Bahmed-Schwartz
DR
DR

DR


Salut toi, t’es qui?

Je m’appelle Sophie-Marie Larrouy, aka SML, aka Vaness la bomba. Aka Minette aussi: les gens m’appellent comme ça parce que je suis trop mignonne.

Tu fais quoi dans la vie?

Je suis journaliste à la base, mais j’ai bifurqué vers des trucs de comédienne. J’aime pas dire que je suis comédienne, il y a un aspect péjoratif pour moi. Mais je le suis.

Être humoriste pour toi, c’est être comédienne?

Oui, parce qu’il y a un jeu, je ne fais pas que des blagues, ce n’est pas du stand-up. Il y a un vrai souci de mise en scène. J’ai travaillé mon spectacle pendant deux mois pleins, avec Océane Rose Marie.

Peux-tu me raconter la genèse de ton spectacle?

J’ai toujours eu envie de faire rigoler les gens, je le faisais un peu chez Canal+, mais je ne pouvais pas dire tout ce que je voulais donc j’avais une petite frustration. Quand j’ai arrêté Canal, j’étais sur le Mouv’ et j’ai rencontré Océane, qui est rapidement devenue une amie. Après qu’elle m’a vue faire une première partie, elle m’a dit: “C’est bien, mais il faut travailler maintenant.” Puis elle a proposé de me mettre en scène. L’année dernière, je me suis séparée de mon mec: soit je me suicidais, parce que j’avais beaucoup trop de chagrin pour une seule personne, soit je mettais à profit cette énergie chelou. C’est à ce moment qu’Océane m’a chopée et m’a dit d’écrire mon spectacle. Deux mois après, il était prêt.

Sophie-Marie Larrouy

DR

Est-ce que tu te considères comme une artiste?

Encore un terme extrêmement péjoratif pour moi mais oui, je me considère comme telle. Parce que je réfléchis tout le temps à ce qui pourrait améliorer le vulgus du peuple, et que ça passe par la création. C’est beau ce que je viens de dire, non? (Rires.)

Oui, très! J’aime bien le mot “vulgus”.

Je l’ai appris dans une BD d’Astérix et Obélix. 

“Vaness est l’un des prismes à travers lesquels je me vois.”

Tu ne trouves pas qu’être humoriste, c’est faire du profit avec une qualité que beaucoup de gens possèdent?

Je ne fais pas vraiment de profit parce que c’est énormément d’investissement. C’est une nécessité pour moi de régler quelque chose, un complexe d’infériorité, par rapport aux autres et du coup, par rapport à moi. Mais surtout, rien ne me rend plus heureuse que de faire oublier aux gens leurs problèmes pendant une heure.

Dans ton spectacle, tu es habitée par ton double maléfique, Vaness la bomba. Tu es bipolaire?

Non. Vaness est l’un des prismes à travers lesquels je me vois, j’ai créé ce personnage comme un mécanisme de défense quand j’étais ado et que je ne me sentais pas la force de dire ce que je pensais.

Tu parles à plusieurs reprises de Francis Heaulme dans ton spectacle. Tu le connais personnellement?

Mon oncle l’a fréquenté. Il étaient amis, la famille de Francis Heaulme habitait juste à coté de chez lui, il me racontait que c’étaient de pauvres gens… Personne n’est fou, la frontière entre la folie et la non folie est aussi fine qu’un fil de salive. Quand tu t’en rends compte, tu n’excuses pas, mais tu relativises. Même nous, en tant que meufs, ça nous arrive de vriller, quand on harcèle un mec par exemple.

C’est quoi tes prochains projets?

Avec Virginie Mosser, alias Navie, et Pénélope Bagieu, on bosse sur Garçon sensible, la série qui t’a inspiré les tatouages que tu as faits à la comédienne Aude Pépin et moi (ndlr: voir photo ci-dessous). C’est un projet qui nous tient vraiment à coeur parce qu’on n’a pas de série de meufs pour les meufs en France, un Girls à la française. J’écris aussi une BD sur les hipsters avec Mark The Ugly de So Foot. Et puis j’essaye de me trouver un gars, c’est mon projet.

tatouages Safia

© Safia Bahmed-Schwartz

Propos recueillis par Safia Bahmed-Schwartz

Les vendredis et samedi à 20h15 à la Comédie des 3 Bornes. 32 rue des Trois Bornes, Paris 11ème.


1. Owlle, magicienne pop qui aime l'ombre et la lumière

Quatre ans après son premier album, Owlle revient avec Summer Crisis, un nouvel Ep qui annonce le virage pop de son nouvel album, Heavy Weather, à paraître dans les mois qui viennent. 
DR - Cheek Magazine
DR

3. Elles ont crée Belleville, une maison d'édition consacrée aux littératures étrangères et engagées

Dorothy Aubert et Marie Trébaol, deux éditrices parisiennes, ont lancé la maison Belleville en 2015. Elles donnent ainsi la parole à des autrices et auteurs militant·e·s, venu·e·s de Turquie, d’Arménie ou encore d’Égypte, et nous entraîne à la découverte de nouvelles cultures. Entretien express.
DR - Cheek Magazine
DR

4. Whitney Houston aurait été sexuellement abusée enfant

Dans un documentaire évènement sur la vie de la chanteuse, le réalisateur Kevin Macdonald dévoile le témoignage du demi-frère de Whitney Houston qui accuse leur cousine Dee-Dee Warwick d’avoir abusé d’eux lorsqu’ils étaient enfants. 
DR - Cheek Magazine
DR

6. “Behind the Scars”: quand une photographe s'intéresse aux histoires derrière les cicatrices

Une opération, une chute ou des blessures auto-infligées: derrière les cicatrices se cache souvent une histoire. Pour son projet Behind the Scars, la photographe britannique Sophie Mayanne invite ses sujets à raconter la genèse de leurs marques et à examiner l’impact qu’elles ont eu sur la construction de leur identité. 
DR - Cheek Magazine
DR

7. Adelaïde Bon signe un roman incroyable sur le viol qu'elle a subi enfant

Elle avait 9 ans quand elle a été violée dans la cage d’escalier de son immeuble. Le coupable ne sera retrouvé et inculpé que 23 ans plus tard. Entre-temps, Adélaïde Bon a souffert et surtout culpabilisé jusqu’à l’autodestruction. Aujourd’hui, elle raconte son parcours dans La Petite fille sur la banquise, un récit littéraire saisissant qui dénonce la culture du viol et la tendance à minimiser un crime que la société peine à définir, à comprendre et donc parfois à punir.
DR - Cheek Magazine
DR