culture

Le clip du jour

Le clip du jour: Chilla - Si j'étais un homme

Quand la musique s’écoute avec les yeux et se regarde avec les oreilles: Si j’étais un homme, de Chilla, c’est notre clip du jour. 
Le clip du jour: Chilla - Si j'étais un homme

Chilla, rappeuse de 22 ans originaire de Gex, près de Lyon, vient de sortir le clip de son single Si j’étais un homme -se mettre dans la peau du sexe opposé étant visiblement une tendance lourde, à en juger par le titre du nouveau film d’Audrey Dana

 

 

De son vrai nom Mareva Rana, cette jeune femme engagée, d’abord repérée par Biglfo et Oli avant de taper dans l’oreille du producteur Tefa, a fait parler d’elle en début d’année avec sa Lettre au président, dans laquelle elle s’adressait directement à François Hollande. Pour Si j’étais un homme, Chilla s’attaque désormais aux violences faites aux femmes, comme elle nous l’explique par mail:  “J’ai écrit Si j’étais un homme dans le but de projeter les ‘clichés négatifs’, le sexisme, le machisme, la discrimination et la violence faites aux femmes au quotidien dans la rue; la pression qu’une femme peut subir au sein d’un couple… Je ne blâme pas tous les hommes, je vise bien un type de comportement. C’est une manière de revendiquer ce dont nous pouvons souffrir au quotidien […] L’angoisse que l’on peut avoir lorsqu’on se fait accoster par un groupe de mecs, se faire insulter gratuitement dans la rue, l’égalité homme-femme en général, l’homme dominant, le macho, celui qui considère la femme comme son inférieur ou encore un objet sexuel.

 

Chilla DR

Chilla, alias Mareva Rana, DR

Si les rappeuses françaises prennent rarement la parole au sujet de l’égalité femmes-hommes (quelques exceptions ici), Chilla ose adopter un discours féministe dès le début de sa carrière et clame qu’il “n’est pas simple d’être une femme dans la société en général.” On salue la démarche, mais aussi le morceau -un hymne en puissance- et son clip réalisé par Tefa himself, chorégraphié par Sabrina Lonis et dansé par Christian Lo Presti et la géniale Marie-Jade Helmlinger

Suivre Chilla sur les réseaux sociaux:

Facebook

Instagram

Twitter


1. Owlle, magicienne pop qui aime l'ombre et la lumière

Quatre ans après son premier album, Owlle revient avec Summer Crisis, un nouvel Ep qui annonce le virage pop de son nouvel album, Heavy Weather, à paraître dans les mois qui viennent. 
Owlle, magicienne pop qui aime l'ombre et la lumière - Cheek Magazine

3. Elles ont crée Belleville, une maison d'édition consacrée aux littératures étrangères et engagées

Dorothy Aubert et Marie Trébaol, deux éditrices parisiennes, ont lancé la maison Belleville en 2015. Elles donnent ainsi la parole à des autrices et auteurs militant·e·s, venu·e·s de Turquie, d’Arménie ou encore d’Égypte, et nous entraîne à la découverte de nouvelles cultures. Entretien express.
Elles ont crée Belleville, une maison d'édition consacrée aux littératures étrangères et engagées - Cheek Magazine

4. Whitney Houston aurait été sexuellement abusée enfant

Dans un documentaire évènement sur la vie de la chanteuse, le réalisateur Kevin Macdonald dévoile le témoignage du demi-frère de Whitney Houston qui accuse leur cousine Dee-Dee Warwick d’avoir abusé d’eux lorsqu’ils étaient enfants. 
Whitney Houston aurait été sexuellement abusée enfant - Cheek Magazine

6. “Behind the Scars”: quand une photographe s'intéresse aux histoires derrière les cicatrices

Une opération, une chute ou des blessures auto-infligées: derrière les cicatrices se cache souvent une histoire. Pour son projet Behind the Scars, la photographe britannique Sophie Mayanne invite ses sujets à raconter la genèse de leurs marques et à examiner l’impact qu’elles ont eu sur la construction de leur identité. 
“Behind the Scars”: quand une photographe s'intéresse aux histoires derrière les cicatrices - Cheek Magazine

7. Adelaïde Bon signe un roman incroyable sur le viol qu'elle a subi enfant

Elle avait 9 ans quand elle a été violée dans la cage d’escalier de son immeuble. Le coupable ne sera retrouvé et inculpé que 23 ans plus tard. Entre-temps, Adélaïde Bon a souffert et surtout culpabilisé jusqu’à l’autodestruction. Aujourd’hui, elle raconte son parcours dans La Petite fille sur la banquise, un récit littéraire saisissant qui dénonce la culture du viol et la tendance à minimiser un crime que la société peine à définir, à comprendre et donc parfois à punir.
Adelaïde Bon signe un roman incroyable sur le viol qu'elle a subi enfant - Cheek Magazine