culture

Livres

6 livres féministes à lire en attendant le printemps

À l’approche de la Journée internationale des droits des femmes, les maisons d’éditions ont redoublé d’effort pour mettre en avant des voix féministes. Sélection.  
Image issue du film “Party Girl”, DR
Image issue du film “Party Girl”, DR

Image issue du film “Party Girl”, DR


La fin de l’hiver s’annonce riche en sorties. Si les jours de froid reviennent, vous pourrez les passer sous la couette avec des essais réconciliant toutes les générations de féministes. Des pionnières de la seconde vague (Betty Friedan et Gloria Steinem) aux féministes intersectionnelles (Valérie Rey-Robert, Réjane Sénac et Françoise Vergès) en passant par une voix qui s’élève contre les thérapies de conversion, il y a de quoi étendre son horizon. 

 

Une culture du viol à la française, de Valérie Rey-Robert

une culture du viol à la française

Ça raconte quoi? Dans son premier essai, la brillante blogueuse féministe Crêpe Georgette décrypte l’histoire de la culture du viol dans la société contemporaine. De l’origine du terme “rape culture” dans les années 70 aux États-Unis aux affaires DSK et Weinstein, elle explique la manière dont la parole des victimes de violences sexuelles a été tue.

Pourquoi on le recommande? Le blog de Valérie Rey-Robert a, au fil des années, permis à de nombreuses féministes en herbe de faire leur éducation. Dans son essai, elle continue sur cette voie en réalisant un travail extrêmement complet sur la culture du viol. En s’appuyant sur des chiffres, des affaires judiciaires et des exemples issus de la pop culture (comme les tristement célèbres scènes de Game of Thrones), elle montre la manière dont la société a inventé la figure du violeur tapi dans l’ombre d’une ruelle, faussant totalement la réalité des agressions sexuelles. L’essai analyse aussi des événements récents comme le traitement raciste des agressions sexuelles de Cologne en 2016, l’image de séducteur véhiculée par les médias après l’affaire DSK ou encore le mouvement #MeToo et la peur très française d’une “chasse aux sorcières”. Le féminisme de Valérie Rey-Robert est résolument intersectionnel et elle n’oublie jamais d’analyser les biais racistes ou classistes de cette culture. Dans la dernière partie de son essai, elle propose une analyse très actuelle et passionnante de “la culture du viol ‘à la française’ qui tendrait à prendre des actes qui sont des violences sexuelles pour des faits culturels typiquement français”. Elle arrive même à glisser, au milieu d’histoires toutes plus désespérantes les unes que les autres, quelques notes d’humour. Et une fin pleine d’espoir.

Paru au éditions Libertalia

 

Ma vie sur la route, de Gloria Steinem

Ma vie sur la route  Gloria Steineme

Ça raconte quoi? La journaliste et militante Gloria Steinem revient sur les grands moments de sa vie, de sa relation à son père à son voyage formateur en Inde en passant par le lancement du célèbre magazine Ms, son rôle de community organizer féministe ou son soutien à Hillary Clinton. La seconde vague du féminisme racontée par l’une de ses icônes.

 Pourquoi on le recommande? En bonne journaliste, Gloria Steinem problématise tous les événements de sa vie en rapport avec les grandes causes féministes qu’elle soutient: la difficulté d’être une femme dans les médias, l’importance de prôner l’inclusion dans le mouvement, la stigmatisation des femmes qui se lancent en politique… Mais ce qu’il y a de plus passionnant dans son autobiographie vient de son inébranlable esprit de sororité. Tout au long de son récit, elle fait l’éloge superbe de la force des femmes qui ont marqué sa vie: la militante pour les droits civils Florynce Kennedy, la présidente de la National Black Feminist Organization Margaret Sloane, l’activiste amérindienne Wilma Mankiller, les femmes politiques Bella Abzug et Hillary Clinton… Parfois, il s’agit simplement d’une anonyme croisée à un discours de Martin Luther King et qui a réussi à lui ouvrir les yeux. Tous les souvenirs de Gloria Steinem s’articulent autour des communautés de femmes et des cercles de parole qu’elle a su mettre en place dans des meetings à travers toute l’Amérique. On sort de la lecture de ses mémoires avec une foi toujours renouvelée en la force des femmes.

À paraître le 13 mars aux éditions Harper Collins

 

La femme mystifiée, de Betty Friedan

la femme mystifiee betty friedan belfond

Ça raconte quoi? Paru en 1963 et réédité par Belfond cette année, La Femme mystifiée de Betty Friedan met des mots sur un malaise ressenti par de nombreuses femmes au foyer américaines dans les années 50.

Pourquoi on le recommande? Avec ses longs témoignages de femmes, récoltés par l’autrice autour de l’année 1957, La Femme mystifiée ouvre une fenêtre sur les problématiques sexistes qui ont gangréné l’Amérique d’après-guerre. Friedan explore des pistes intéressantes pour expliquer la vague de dépression qui semble alors toucher des femmes blanches de la classe moyenne. Elle y décortique notamment l’impact qu’ont pu avoir la société de consommation, l’éducation genrée, le faible niveau des magazines féminins et la pensée freudienne obsédée par l’hystérie sur le moral des femmes. Difficile cependant de ne pas être gênée, en le lisant en 2019, par le désintérêt de Friedan pour les femmes qui ne sont pas blanches et issues des classes moyennes ou supérieures. Les solutions pour “démystifier” la femme se départissent rarement d’un capitalisme agressif et classiste. Gloria Steinem le résume parfaitement quand elle affirme qu’après Friedan est apparue une génération plus radicale, “qui ne voulait pas seulement un emploi et un morceau du gâteau existant, mais carrément faire un autre gâteau”. À lire pour la portée historique du document.

À paraître le 7 mars aux éditions Belfond. Traduit de l’américain par Yvette Roudy.

 

Un Féminisme décolonial, de Françoise Vergès

Un féminisme décolonial

Ça raconte quoi? Dans cet essai, Françoise Vergès analyse le féminisme blanc et fait le plaidoyer d’un féminisme décolonial.

Pourquoi on le recommande? Après avoir co-dirigé le manifeste Décolonisons les arts!, François Vergès continue sa réflexion avec Un Féminisme décolonial, un court essai très riche dans lequel elle dresse un panorama de la place des femmes racisées dans l’histoire du féminisme. Dans un style très limpide, accessible au plus grand nombre, elle développe notamment le concept d’un féminisme “civilisationnel”, hérité des colonies, qu’elle analyse dans le contexte français. Elle décortique ainsi l’obsession de notre pays pour le voile -vu comme le “symbole de la soumission féminine” par excellence-, l’indignation autour des réunions en non-mixité ou le désintérêt du pays pour le sort des femmes dans les départements d’outre-mer. “Les femmes racisées sont acceptées dans les rangs des féministes civilisationnelles à condition qu’elles adhèrent à l’interprétation occidentale du droit des femmes”, écrit-elle. Son livre est nécessaire si l’on veut comprendre comment désolidariser le féminisme du capitalisme et comment penser un mouvement véritablement intersectionnel.

Paru aux éditions La Fabrique

 

L’égalité sans condition, de Réjane Sénac

l'égalité sans condition Réjane Sénac

Ça raconte quoi? L’universitaire Réjane Sénac part de la devise de la France pour développer une pensée féministe et inclusive du principe d’égalité.

Pourquoi on le recommande? Dans un essai coup de poing, court mais terriblement efficace, l’autrice décortique le principe d’égalité en France. Pas seulement entre les hommes et les femmes, mais aussi entre les blancs et les personnes racisées, entre les riches et les pauvres, entre les hétérosexuels et les personnes LGBT, entre ce qu’elle nomme les “frères” et les “non-frères”. Elle montre à quel point la France a du mal à appliquer sa devise de “liberté, égalité, fraternité” et elle appuie sa démonstration sur des exemples récents et éclairants: l’indignation autour de la non-mixité du festival Nyansapo, les différences de traitement entre Orelsan et la chanteuse Mennel Ibtissem, le hashtag #NotAllMen qui a fait suite au mouvement #MeToo, les écrits de l’économiste Thomas Piketty… Un appel à s’émanciper des idées capitalistes, hétéronormées et racistes de la société contemporaine.

Paru aux éditions Rue de l’échiquier

 

Boy Erased, de Garrard Conley

Boy erased

Ça raconte quoi? Après avoir été victime d’un viol, Garrard Conley vit un coming out forcé et violent quand son agresseur dévoile son homosexualité à sa famille. Au sein de sa famille chrétienne fondamentaliste, la nouvelle est un choc. Ses parents décident de l’envoyer à Love in Action, un centre de conversion de Memphis.

Pourquoi on le recommande? Lorsqu’on sait que le vice-président des États-Unis a soutenu publiquement les centres de conversion, le récit autobiographique de Garrard Conley devient une lecture plus que nécessaire. Plus qu’une plongée dans ces séances de thérapie destructrices, que l’auteur partage avec des pédophiles et des zoophiles, Boy Erased est le récit déchirant d’une famille qui n’arrive pas à accepter l’homosexualité de son fils. C’est aussi le parcours initiatique d’un écrivain qui, aidé par la littérature et son imagination, va réussir à modeler son identité malgré les injonctions contradictoires qui le tiraillent. Au fil des pages, il déconstruit l’image rigide de la masculinité que son père et les formateurs du centre essaient de lui imposer. En dépit des violences sexuelles et du poids de sa religion, Conley réussit à faire émerger des pages de Boy Erased une grande beauté. Et c’est un bonheur pour la lectrice ou le lecteur de le voir trouver sa voix.

Paru aux éditions Autrement, traduit de l’américain par Jean-Baptiste Bernet

Pauline Le Gall 


4. L'humoriste Laurie Peret signe un hymne aux règles

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait cette ode au cycle menstruel signée Laurie Peret.
Image issue du film “Party Girl”, DR - Cheek Magazine
Image issue du film “Party Girl”, DR