culture

Dossier Nouveaux Féminismes / En partenariat avec le CFPJ

Maëlle Guillaud: “La femme écrivain est sortie de son cantonnement”

En cette rentrée littéraire 2016, on a rencontré cinq jeunes auteures qui publient leur premier roman. Aujourd’hui, Maëlle Guillaud nous parle de Lucie ou la vocation, publié aux éditions Héloïse d’Hormesson.    
© Philippe Matsas Opale Leemage
© Philippe Matsas Opale Leemage

© Philippe Matsas Opale Leemage


À 42 ans, l’éditrice Maëlle Guillaud passe à l’écriture avec la publication d’un premier roman remarqué. Lucie ou la vocation, c’est l’histoire d’une étudiante en proie aux troubles de la jeune vie d’adulte. Un abandon de ses études et l’entrée au couvent marquent le début d’une remise en question magistrale: religion, découverte de soi et amitié, ce roman est une plongée intimiste et touchante dans la trajectoire incertaine mais lumineuse d’une héroïne pas si classique.

Peux-tu nous présenter l’héroïne de ton roman?

Lucie a 18 ans. Elle est amoureuse pour la première fois, et comme toutes les premières fois, ce sentiment est unique. Et l’amant qu’elle s’est choisi, l’est à un point qui est troublant puisqu’il s’agit de Dieu.

Ça fait quoi de publier un premier roman?

C’est une délicieuse et excitante traversée du miroir pour une éditrice. Et la rencontre avec ses lecteurs est galvanisante.

C’est dur d’être une femme écrivain?

Cette question me surprend. Il me semble que depuis un certain temps déjà, la femme est sortie de ce cantonnement à un rôle social attendu. Je ne fais pas de distinction entre les écrivains selon leur sexe. Et pour ma part, les premiers noms qui me viennent à l’esprit quand on prononce le mot “écrivain” sont Marguerite Duras et Simone de Beauvoir, publiées il y a près d’un demi-siècle.  J’espère surtout qu’un jour la question que vous me posez n’aura plus à l’être.

Propos recueillis par Arthur Montagnon  


1. Alexandra Badea: la metteuse en scène engagée pour qui tout est politique

En remuant les débris enfouis de notre histoire collective, Alexandra Badéa ravive une mémoire douloureuse, dans un effort salutaire pour donner la parole à celles et ceux que l’on n’entend pas. Sa dernière pièce, Points de non-retour (Thiaroye), premier volet d’une trilogie en représentation au théâtre national de la Colline du 19 septembre au 14 octobre prochain, revient sur le massacre des tirailleurs sénégalais de Thiaroye.
© Philippe Matsas Opale Leemage - Cheek Magazine
© Philippe Matsas Opale Leemage

5. Le Prince Miiaou, superhéroïne pop qui ne baisse jamais les bras

Seule à la tête du projet Le Prince Miiaou, la Française Maud-Elisa Mandeau continue de se réinventer sans renoncer à son indépendance. Sur son nouvel album, Victoire, elle se détourne du rock pour se plonger dans l’electro-pop. Rencontre avec une combattante.  
© Philippe Matsas Opale Leemage - Cheek Magazine
© Philippe Matsas Opale Leemage

6. Rentrée littéraire 2018: 3 romans français post-#MeToo à ne pas manquer

Les pressions sociétales exercées sur les femmes se frayent un chemin parmi les 567 titres de la première rentrée littéraire post-#MeToo. On a retenu pour vous trois romans à découvrir cet automne.
© Philippe Matsas Opale Leemage - Cheek Magazine
© Philippe Matsas Opale Leemage

7. “Ma fille”: un thriller aux airs de cauchemar familial réalisé par Naidra Ayadi

Avec son premier film, Ma fille, la comédienne, réalisatrice et metteuse en scène Naidra Ayadi nous embarque dans la course poursuite d’un père et de sa fille, qui arpentent les rues de Paris le temps d’une nuit, à la recherche de Leïla, l’aînée de la famille. Interview.
© Philippe Matsas Opale Leemage - Cheek Magazine
© Philippe Matsas Opale Leemage