culture

Par amour du livre, Margaux Segré ouvre sa librairie itinérante en Charente-Maritime

Margaux Segré vient d’ouvrir Le Serpent d’étoiles, une librairie itinérante qui sillonne les routes de Charente-Maritime à la rencontre de ses habitants pour encourager les échanges autour de la littérature.
Margaux Segré sur le toit de sa librairie itinérante, DR
Margaux Segré sur le toit de sa librairie itinérante, DR

Margaux Segré sur le toit de sa librairie itinérante, DR


Créer un esprit de partage autour des livres et restaurer une relation de proximité avec la clientèle, loin des grandes surfaces commerciales et des géants de la vente en ligne: tel est le projet de Margaux Segré, 30 ans, lorsqu’elle décide de lancer Le Serpent d’étoiles, une librairie itinérante qui circulera en Charente-Maritime dès le mois d’octobre.

La jeune femme, originaire de ce même département, a passé trois ans au Service du livre et de la lecture du ministère de la Culture et de la Communication avant d’ouvrir sa propre librairie. Consciente de la nécessité de réinventer le métier de libraire, de recréer du lien social et culturel autour de la littérature mais aussi de préserver les commerces de proximité dans les communes rurales françaises, Margaux Segré accorde un soin tout particulier à sa sélection de 3000 livres contenus dans son bibliobus. Avec sa librairie généraliste, elle espère atteindre un public le plus large possible, en proposant des rayons aussi divers que la littérature de voyage, le jardinage, la bande-dessinée, la littérature jeunesse et les destins de femmes extraordinaires. Le petit plus? De la papeterie et une offre de restauration légère pour savourer sa lecture.

J’ai prévu de me rendre une fois toutes les deux semaines dans 10 à 15 communes, en plus des événements spéciaux, comme des festivals de musique, des projections de films, des marchés thématiques etc., précise la trentenaire. La sélection de livres pourra évoluer en fonction de ces événements.” Le Serpent d’étoiles, qui a pu se lancer grâce à des aides de la région et une campagne de financement participatiffixera donc des rendez-vous réguliers avec les habitants des communes concernées (notamment Sainte-Soulle, Périgny, Angoulins, Dompierre-sur-Mer, La Jarrie, Saint-Xandre, Sainte-Marie-de-Ré et Bois-Plage-en-Ré) pour tisser un lien durable avec eux. Elle proposera également un service de commande à l’unité pour ceux qui auraient une idée de lecture précise en tête. Rencontre avec la libraire aux manettes du Serpent d’étoiles.

Qu’est-ce qui t’a décidée à lancer ta propre librairie itinérante?

Le côté itinérant m’a toujours fait rêver -j’adore conduire- et ça fait longtemps que je nourris le projet d’ouvrir une librairie. À notre époque, où beaucoup de petits commerces ont disparu, les échanges sur la lecture se font de plus en plus rares. Ce que je souhaite faire, c’est réimplanter un centre d’échanges, un endroit où les gens viennent pour discuter -pas seulement acheter des livres-, un peu comme dans un café.

Pourquoi as-tu décidé de l’appeler “Le Serpent d’étoiles”?

C’est le titre d’un livre de Giono qui m’a beaucoup marquée. Il s’agit d’un livre très poétique sur l’itinérance, qui raconte la transhumance des moutons dans les Alpes de Provence. Ça me parlait d’autant plus que les thématiques du voyage, de la nature et de l’écologie sont très importantes en Charente-Maritime.

Dans ton communiqué de presse, tu évoques un rayon consacré aux destins de femmes extraordinaires: peux-tu en citer quelques-uns?

Il y a beaucoup de femmes que j’ai envie de mettre en avant dans ma sélection de livres, avec des types d’histoires très variés: Le Grand marin de Catherine Poulain, Just Kids de Patty Smith, mais aussi des livres de Simone de Beauvoir, Annie Ernaux, Germaine Tillion et bien sûr Virginie Despentes. Ce sont des parcours de femmes qui m’ont particulièrement inspirée. Comme je suis limitée par la taille de mon bibliobus, qui peut contenir 3000 livres, mon offre est assez restreinte mais ce sont des livres que je choisis plus intimement qu’une grande librairie.

 

Propos recueillis par Sophie Kloetzli


1. Avec “Le Dérangeur”, ce collectif veut décoloniser la langue française

Le collectif Piment lâche le micro de son émission sur Radio Nova le temps d’écrire son premier livre Le Dérangeur, petit lexique en voie de décolonisation. Passionné de cultures noires, le quatuor signe un lexique d’un nouveau genre à la fois drôle et impertinent.
Margaux Segré sur le toit de sa librairie itinérante, DR - Cheek Magazine
Margaux Segré sur le toit de sa librairie itinérante, DR

4. Arlo Parks: la future star de la néo-soul est bisexuelle et engagée

Du haut de ses 19 ans, la Londonienne Arlo Parks aborde avec justesse la bisexualité, la quête de soi et les troubles de santé mentale des millennials.  
Margaux Segré sur le toit de sa librairie itinérante, DR - Cheek Magazine
Margaux Segré sur le toit de sa librairie itinérante, DR

5. 7 séries Cheek à regarder cet été

Nous avons sélectionné sept séries engagées à ne pas manquer cet été.
Margaux Segré sur le toit de sa librairie itinérante, DR - Cheek Magazine
Margaux Segré sur le toit de sa librairie itinérante, DR

6. 5 films Cheek à aller voir pour la réouverture des cinémas

De la comédie américaine au documentaire, voici 5 films à voir pour célébrer la réouverture post-Covid-19 des cinémas en France.
Margaux Segré sur le toit de sa librairie itinérante, DR - Cheek Magazine
Margaux Segré sur le toit de sa librairie itinérante, DR

7. Les femmes noires vont-elles enfin trouver leur place dans l'industrie musicale en France?

Alors que le racisme est redevenu une discussion mondiale, l’industrie musicale, à l’initiative de deux de ses cadres, Brianna Agyemang and Jamila Thomas, a décidé de faire son introspection, notamment sur la place des artistes noir·e·s. Les femmes noires y sont les moins visibles et les plus fragilisées, malgré leurs succès. 
Margaux Segré sur le toit de sa librairie itinérante, DR - Cheek Magazine
Margaux Segré sur le toit de sa librairie itinérante, DR