culture

Par amour du livre, Margaux Segré ouvre sa librairie itinérante en Charente-Maritime

Margaux Segré vient d’ouvrir Le Serpent d’étoiles, une librairie itinérante qui sillonne les routes de Charente-Maritime à la rencontre de ses habitants pour encourager les échanges autour de la littérature.
Margaux Segré sur le toit de sa librairie itinérante, DR
Margaux Segré sur le toit de sa librairie itinérante, DR

Margaux Segré sur le toit de sa librairie itinérante, DR


Créer un esprit de partage autour des livres et restaurer une relation de proximité avec la clientèle, loin des grandes surfaces commerciales et des géants de la vente en ligne: tel est le projet de Margaux Segré, 30 ans, lorsqu’elle décide de lancer Le Serpent d’étoiles, une librairie itinérante qui circulera en Charente-Maritime dès le mois d’octobre.

La jeune femme, originaire de ce même département, a passé trois ans au Service du livre et de la lecture du ministère de la Culture et de la Communication avant d’ouvrir sa propre librairie. Consciente de la nécessité de réinventer le métier de libraire, de recréer du lien social et culturel autour de la littérature mais aussi de préserver les commerces de proximité dans les communes rurales françaises, Margaux Segré accorde un soin tout particulier à sa sélection de 3000 livres contenus dans son bibliobus. Avec sa librairie généraliste, elle espère atteindre un public le plus large possible, en proposant des rayons aussi divers que la littérature de voyage, le jardinage, la bande-dessinée, la littérature jeunesse et les destins de femmes extraordinaires. Le petit plus? De la papeterie et une offre de restauration légère pour savourer sa lecture.

J’ai prévu de me rendre une fois toutes les deux semaines dans 10 à 15 communes, en plus des événements spéciaux, comme des festivals de musique, des projections de films, des marchés thématiques etc., précise la trentenaire. La sélection de livres pourra évoluer en fonction de ces événements.” Le Serpent d’étoiles, qui a pu se lancer grâce à des aides de la région et une campagne de financement participatiffixera donc des rendez-vous réguliers avec les habitants des communes concernées (notamment Sainte-Soulle, Périgny, Angoulins, Dompierre-sur-Mer, La Jarrie, Saint-Xandre, Sainte-Marie-de-Ré et Bois-Plage-en-Ré) pour tisser un lien durable avec eux. Elle proposera également un service de commande à l’unité pour ceux qui auraient une idée de lecture précise en tête. Rencontre avec la libraire aux manettes du Serpent d’étoiles.

Qu’est-ce qui t’a décidée à lancer ta propre librairie itinérante?

Le côté itinérant m’a toujours fait rêver -j’adore conduire- et ça fait longtemps que je nourris le projet d’ouvrir une librairie. À notre époque, où beaucoup de petits commerces ont disparu, les échanges sur la lecture se font de plus en plus rares. Ce que je souhaite faire, c’est réimplanter un centre d’échanges, un endroit où les gens viennent pour discuter -pas seulement acheter des livres-, un peu comme dans un café.

Pourquoi as-tu décidé de l’appeler “Le Serpent d’étoiles”?

C’est le titre d’un livre de Giono qui m’a beaucoup marquée. Il s’agit d’un livre très poétique sur l’itinérance, qui raconte la transhumance des moutons dans les Alpes de Provence. Ça me parlait d’autant plus que les thématiques du voyage, de la nature et de l’écologie sont très importantes en Charente-Maritime.

Dans ton communiqué de presse, tu évoques un rayon consacré aux destins de femmes extraordinaires: peux-tu en citer quelques-uns?

Il y a beaucoup de femmes que j’ai envie de mettre en avant dans ma sélection de livres, avec des types d’histoires très variés: Le Grand marin de Catherine Poulain, Just Kids de Patty Smith, mais aussi des livres de Simone de Beauvoir, Annie Ernaux, Germaine Tillion et bien sûr Virginie Despentes. Ce sont des parcours de femmes qui m’ont particulièrement inspirée. Comme je suis limitée par la taille de mon bibliobus, qui peut contenir 3000 livres, mon offre est assez restreinte mais ce sont des livres que je choisis plus intimement qu’une grande librairie.

 

Propos recueillis par Sophie Kloetzli


1. 7 BD Cheek à découvrir cet automne

La rentrée littéraire côté romans graphiques recèle de nombreuses pépites. Nous avons sélectionné pour vous quelques lectures incontournables.
Margaux Segré sur le toit de sa librairie itinérante, DR - Cheek Magazine
Margaux Segré sur le toit de sa librairie itinérante, DR

2. Pourquoi les femmes vampires font-elles aussi peur?

Alors que la Cinémathèque rend hommage au mythe des vampires avec son exposition Vampires, de Dracula à Buffy, on a voulu comprendre pourquoi cette figure effrayait particulièrement au féminin. Décryptage.
Margaux Segré sur le toit de sa librairie itinérante, DR - Cheek Magazine
Margaux Segré sur le toit de sa librairie itinérante, DR

4. De son blog à sa BD avec Ovidie, comment Diglee s’est éveillée au féminisme

Après avoir cosigné Libres avec Ovidie, l’autrice de 31 ans signe les illustrations du grimoire de Jack Parker, Witch Please. Diglee nous a raconté son parcours féministe.
Margaux Segré sur le toit de sa librairie itinérante, DR - Cheek Magazine
Margaux Segré sur le toit de sa librairie itinérante, DR

5. “Newport Beach”, brûlot féministe et anti-capitaliste des années 2000?

Sororité, empouvoirement, masculinité non-toxique, déclassement social volontaire et militantisme écolo… Et si Newport Beach, dont on fête cette année les 15 ans de la diffusion française, était une critique du mode de vie des 1% californiens?
Margaux Segré sur le toit de sa librairie itinérante, DR - Cheek Magazine
Margaux Segré sur le toit de sa librairie itinérante, DR

6. Le porno du futur est éthique et vient de Berlin

A Berlin, on croque de la techno et du sexe chaque soir. 80% des clubs de la capitale de l’électro sont “sex positive” et, depuis 2006, s’ajoute à l’obligatoire pèlerinage au Berghain (la cathédrale techno de la ville), une visite au plus grand festival porno d’Europe: le Porn Film Festival.
Margaux Segré sur le toit de sa librairie itinérante, DR - Cheek Magazine
Margaux Segré sur le toit de sa librairie itinérante, DR

7. Avec “Les Testaments”, Margaret Atwood imagine la victoire des luttes féministes

Près de trente-cinq ans après la parution de La Servante écarlate, l’autrice canadienne Margaret Atwood publie Les Testaments (ed. Robert Laffont, traduit de l’anglais par Michèle Albaret-Maatsch), une suite qui explore la chute de la République de Galaad. Un appel à faire tomber le système établi.
Margaux Segré sur le toit de sa librairie itinérante, DR - Cheek Magazine
Margaux Segré sur le toit de sa librairie itinérante, DR